Photos, vidéos, réseaux sociaux : les flics veillent !

Indymedia Nantes / mercredi 27 avril 2016

Presse océan annonce qu’il y a eu des interpellations la semaine dernière de deux personnes en dehors de manifs. On y apprend que les flics la brigade « violences urbaines » passent leur temps sur les réseaux sociaux pour dénicher des vidéos des dernières manifs à Nantes afin d’interpeller et poursuivre des personnes. 2 personnes ont été embarquées par les flics dans ce cadre (peut-être plus). L’une a été relâchée sans poursuites, l’autre passe au tribunal en mai.

Déjà la semaine précédente la presse avait parlé d’une arrestation lors d’un contrôle d’identité dans la rue (un jour sans manif), la personne aurait été reconnue là aussi à cause de vidéos et passe au tribunal en juin…

Il semble donc nécessaire de faire passer le mot le plus largement possible : ne publions pas d’images, vidéos et messages sur le net qui risquent de nous procurer des emmerdes, que ça soit des images de soi ou des autres !

Et pour celles et ceux qui continuent à faire des images en manif et à les publier et qui disent « De toutes façon les flics font déjà des images, ça change rien » : vous voyez bien que ça change quelque chose puisqu’ils paient des gens à fouiner sur le net à la recherche d’images qu’ils n’auraient pas eu sans ça !

Dans l’un des cas cité par le journal, la personne publiait avec un pseudo. Cela veut dire que, contrairement à ce qui se dit parfois, Facebook a donné aux flics l’identité de la personne, ou au moins son adresse IP…

*****

Après les manifs, ils avaient fait les « kékés » sur Facebook

Presse Océan / mardi 26 avril 2016

Sous un pseudo, le premier, 17 ans, avait posté une vidéo et se vantait d’avoir « nicker du flic»   (sic!),  lors d’une manifestation mouvementée à Nantes (celle du 31 mars, en l’occurrence). Il n’a pas fallu longtemps aux policiers pour obtenir l’identité de cet adolescent, âgé de 17 ans, qui a été convoqué au commissariat central illico.
Devant les enquêteurs, il a expliqué qu’il avait simplement voulu faire « le kéké », qu’il n’était même pas présent lors de la manifestation en question, mais qu’il se trouvait en réalité en stage à Saint-Nazaire au moment des faits, et pas à Nantes, donc. Sa mère, son maître de stage et l’étude de la téléphonie ont confirmé ses dires. Il ne sera donc pas poursuivi.
Un autre jeune homme, âgé de 17 ans lui aussi, a été récemment placé en garde à vue. Sur Internet encore, il s’était vanté sur une vidéo « d’avoir fait Go Sport la dernière fois et d’avoir eu des chaussures gratuites ». Deux paires ont en effet été retrouvées chez lui, en perquisition.
Ces derniers jours, les enquêteurs de la brigade dite des « violences urbaines » (Bvur) ont passé des heures et des heures à regarder toutes ces vidéos réalisées par des amateurs, récemment publiées sur les réseaux sociaux. Au commissariat central, ils sont plusieurs à surfer sur le net et sur Facebook notamment, à la recherche de vidéos susceptibles de confondre les auteurs de dégradations et/ou de violences commises lors des dernières manifestations nantaises….

This entry was posted in Les outils de l'ennemi and tagged , , , . Bookmark the permalink.