(Débats et réflexions) – Propriété de la révolte ou spécialistes de la parole ?

NdAttaque : Nous voulons donner plus d’espace à la publication de textes théoriques concernant des pratiques offensives contre ce monde, dans une perspective anarchiste. Voilà donc que vous trouverez sur Attaque, à côté des usuels articles sur des actes de révolte, plus d’écrits venant de lieux et époques différents, pour que cela puisse contribuer à approfondir la réflexion.

—————

Propriété de la révolte ou spécialistes de la parole ?

Brescia [Italie ; NdT], vendredi 18 décembre 2015 : aux alentours de quatre heure et demi du matin, un engin explosif pète devant la porte de la Polgai, l’école de police.

Monde virtuel, vendredi 18 décembre : avec leur rapidité habituelle, les rédacteurs du site Finimondo publient le texte « Sotto pressione »1. Un texte qui m’a fait penser au rapport d’un employé indolent, dont le travail serait de mettre son tampon sur ce qui se passe. Un peu de rhétorique facile, une quinzaine de lignes pour qu’on ne dise pas que celui qui l’a écrit ne soutient pas l’action directe. Je peux même être d’accord avec la supposition selon laquelle ce sont « la pression d’une vie d’exploité », « les désirs les plus merveilleux mortifiés », etc. qui ont poussé la main qui a construit et posé la bombe de Brescia. Qui le sait ? Au final c’est facile de faire des suppositions. Mais cette rapidité à écrire m’a semblé trahir la volonté de se réapproprier la parole sur cette attaque. Rien de nouveau de la part de Finimondo. En somme, du papier gaspillé, si nous n’étions pas dans le monde virtuel.

Monde un peu moins virtuel, 4 janvier 2016 : avec un mail anonyme au site Informa-azione2, les compagnons de la Cellula anarchica Acca revendiquent cette action. Un deuxième mail répond au texte « Sotto pressione ». Il explique que l’interprétation qui en a été donnée dans le texte de Finimondo ne correspond pas aux motivations qui les ont poussés à attaquer une structure du pouvoir. Les compagnons de la Cellula Acca posent deux questions aux auteurs de « Sotto pressione » : « Les actions ne parlent-elles pas toutes seules ? Pourquoi parler des actions, maintenant ? ». Il s’agit, bien sûr, de rappeler à ceux qui ont voulu parler pour eux ce que précisément les rédacteurs de Finimondo maintiennent dans d’autres textes.

Quelques jours plus tard, sur Finimondo est publié l’écrit « Atto di rivolta, bene privato ? »3 (on remarquera que, au contraire, le texte de revendication écrit par la Cellula Acca n’y a jamais été publié, même pas comme contribution au débat). Dans ce texte suinte toute la suffisance de quelques personnes qui depuis longtemps voudraient se placer en tant que prof de l’anarchisme, ceux qui enseignent ce qu’il faut ou qu’il ne faut pas faire, et comment le faire. Des compagnons qui se considèrent comme l’incarnation de la pureté d’un mouvement anarchiste que, pourtant, ils méprisent (peut-être parce que les autres ne leur reconnaissent pas toute cette importance), puis qui s’indignent si quelqu’un leur répond quelque chose dans le genre : « nous agissons, vous bavardez et en plus vous dites des conneries, et maintenant ? ».

Les auteurs de « Acte de révolte, bien privé ? » disent que c’est le propre de tous les anarchistes de soutenir ouvertement les actes de révolte, en les défendant publiquement. Je suis complètement d’accord avec cela. Mais ils ajoutent que « pour nous, défendre un acte de révolte n’a rien à voir […] avec le fait de plaire aux auteurs de cet acte », en insinuant que revendiquer une attaque (et diffuser cette revendication) reviendrait à « un certain nihilisme qui voudrait transformer les lueurs nocturnes individuelles en bien privé ». Comprenons-nous : qu’est ce qu’on entend par défendre [un acte de révolte ; NdT] ? Si je parle à la place de quelqu’un d’autre, en lui faisant dire ce que je veux, est-ce que je suis en train de le défendre ? Si cette autre personne se tait, je ne le sais pas, je peux donc continuer à parler à sa place en bonne foi. D’ailleurs, la séparation entre l’action et la parole (propagande, réflexion, débat) est due à des évidentes raisons de sécurité. Mais parfois l’auteur d’une attaque exprime clairement son point de vue, ou bien il répond plus tard aux interprétations qui en ont été données, disant que celles-ci ne correspondent pas à ses motivations, celles qui l’ont poussée à agir. Les rédacteurs de Finimondo répliquent de manière hautaine : « Comme si un acte de révolte était un fait privé, propriété exclusive de ceux qui sont en mesure d’en certifier la paternité ». Cela reviendrait à dire que ce sont eux qui ont raison quant aux motivations de cet acte, même si ce sont d’autres personnes qui ont mis cette bombe. Et ils ont le culot d’accuser la Cellula Acca (et beaucoup d’autres) de vouloir « transformer les lueurs nocturnes […] individuelles en bien privé ». Mais qu’est ce qu’ils sont en train de faire, eux, avec leur prose pédante, si non s’approprier cette attaque ?

Avec ce petit jeu rhétorique, qui met de côté, comme si de rien n’était, la différence entre ce qu’ils appellent « propriété », ce que j’appellerais concrétisation d’idées et tensions individuelles et que d’autres, en robe de magistrat, appellent « responsabilité pénale », les compagnons de Finimondo sont en train de nous arnaquer. Ils critiquent ce qu’ils appellent « propriété de la révolte », mais ils sont en train de s’approprier la parole sur la révolte. Ils voudraient s’arroger le monopole de la vérité révolutionnaire, même quand cela va au détriment de la situation réelle où un acte de révolte s’est produit. Trop facile, trop politicien.

Les rédacteurs de Finimondo ne prennent pas le risque de répondre aux deux questions des compagnons de la Cellula Acca (« Les actions ne parlent-elles pas toutes seules ? Pourquoi parler des actions, maintenant ? »). Ça serait un peu compliqué, parce qu’ils devraient reconnaître que la pertinence ou pas de la revendication d’une attaque n’est pas une question de « propriété » d’un acte, mais une question de la perspective dans laquelle cet acte s’insère.

Quelqu’un pourrait poser une bombe devant une banque parce qu’il est dégoûté par l’idée d’une vie régie par la valeur de l’argent. Quelqu’un d’autre parce qu’il veut punir une banque qui lui a fait perdre les épargnes d’une vie avec des investissements risqués4. Quelqu’un d’autre encore parce que la banque lui a refusé un prêt. Le premier veut une vie libre, le deuxième veut son argent, le troisième veut… peut-être un financement pour son entreprise d’artisan. J’ai beaucoup en commun avec le premier : une fin pour laquelle lutter. Qu’est ce que j’aurais en commun avec les deux  autres ? Peut-être des moyens possibles  ? Tous les trois ont posé une bombe, mais cette bombe est un simple moyen et il est ridicule d’exalter des moyens. Il vaudrait mieux s’interroger sur les fins, et alors nous ne pourrions plus faire abstraction des raisons (revendiquées ou hypothétiques) d’une action.

Le problème, selon moi, n’est pas d’écrire ce qu’on pense d’une action. Mais ce qui est implicite dans « Acte de révolte, bien privé ? » est que précisément ceux qui ont mené l’action devraient garder le silence, afin de ne pas contredire les spécialistes de la parole.

Répéter des phrases toutes faites comme « une action peut appartenir à tous seulement si personne ne se l’attribue »5 ne résout rien, bien au contraire. Déjà, on se trouve devant une ambiguïté à propos du terme « revendication », une ambiguïté avec laquelle jouent les deux camps du soi-disant « débat sur l’anonymat »6. Je pense qu’il faut plus de clarté sur ce qu’est une revendication, sur ce qu’est une « signature », sur ce qu’est l’anonymat, sur ce qu’est le silence à propos d’une attaque.

Une revendication n’est pas forcément une tentative d’attribution d’une action à un groupe précis, comme il est sous-tendu dans plusieurs textes et aussi dans « Acte de révolte, bien privé ? ». Elle peut l’être si elle est signée par une organisation stable ou presque (j’ai en tête l’exemple de groupes qui ont assumé une identité « stable », comme la Conspiration des Cellules de Feu). Une telle approche organisationnelle rentre, à mon avis, dans un calcul quantitatif pour lequel revendiquer ne signifie pas seulement expliquer la raison d’une attaque, mais aussi la comptabiliser dans le registre de ses hauts faits. En effet, cela pourrait pousser d’autres à se limiter au rôle de supporteurs, spectateurs d’une bataille entre l’État et son équipe préférée, à laquelle on ne peut pas participer.

Une revendication anonyme, c’est à dire non signée ou signée avec un nom ou un sigle de fantaisie ou « à usage unique », n’attribue rien à personne. Elle est simplement un moyen pour que d’autres compagnons (et d’autres personnes en général) prennent connaissance d’une attaque, de ses motivations, de ses fins. Nous nous trouvons, dans le cas contraire, à dépendre des journaux. Parce que nos purs tenants de la « non revendication », de la capacité autonome de parole des actions (c’est-à-dire du silence de leurs auteurs en tant qu’auteurs) finit par dépendre des médias pour trouver les sources de leurs élucubrations. Mais parfois les journaux ne mentionnent pas certaines actions ou bien ils les déforment (souvent délibérément).

On me répondra que le dommage en soi est le premier objectif d’une attaque. D’accord, mais il est aussi important que ce dommage soit connu, afin qu’il pousse d’autres à attaquer, afin que certaines pratiques offensives se diffusent avec des idées de liberté. Je ne crois pas que la révolution soit une petite guerre privée entre quatre bandes d’anarchistes et leurs ennemis directs, quelques centaines de policiers et de juges, se fichant du reste du monde, y compris de plein d’autres compagnons et de milliards d’exploités, parmi lesquels pourraient y avoir (et y a!) d’autres possibles révoltés.

Dire, comme le font certains tenants de l’ « anonymat », que les actions doivent « parler d’elles mêmes »7, qu’il ne faut donc pas les revendiquer même de façon anonyme, ça revient à dire que leur sens doit être évident pour n’importe qui. Mais cela dépend beaucoup de la situation dans laquelle une action a eu lieu. Il n’est pas certain que le sens d’une action soit toujours clair pour les compagnons, il ne l’est presque jamais pour l’homme de la rue. Je doute que cette masse d’exploités qui pourrait se révolter sache déjà tout des motivations qui poussent quelques uns à attaquer, qu’en voyant une vitrine brisée le long d’une rue, tout le monde comprenne que c’est parce que telle entreprise fait telle chose. Certaines attaques, dans des situations particulières, peuvent être « lisibles » par tout le monde et de manière univoque. Tant mieux, mais n’en faisons pas un dogme. Dans certains cas peut-être qu’il n’y a besoin d’aucune revendication, dans d’autres cas elle est indispensable pour éviter des ambiguïtés. Un simple tag sur un mur peut déjà dire beaucoup, mais parfois pas assez et puis il le dit seulement à ceux qui passent par là – ou aux journaux, auxquels on laissera donc le choix de faire ou pas caisse de résonance pour les actions des anarchistes.

J’ajoute qu’à mon avis, même si la grande majorité de la population était contraire à une série d’attaques, tandis que certains compagnons seraient fermement convaincus de leur nécessité, ils ne devraient pas s’en abstenir parce que leurs actions ne « parleraient pas toutes seules » ou parleraient « mal ». Mettons que tout le monde ou presque soit d’accord sur le fait que, même si les biotechnologies sont une horreur, celles visant une utilisations médicales sont un moindre mal, pour soigner des maladies ou autre. Une opposition claire à toutes les biotechnologies, même à celles qui promettent des miracles dans le champ médical, pourrait donc être impopulaire. Mais une telle impopularité n’enlève rien à la nécessité d’une opposition. Nous ne devons pas accepter le langage médiocre du consensus, pas même pour respecter le dogme selon lequel les actions doivent être compréhensibles par tout le monde. Mes idées, ma sensibilité sont plus importantes que le consensus (mais avec cela je ne veux pas dire qu’il soit inutile de diffuser les raisons d’une telle opposition, de diffuser les idées).

Les compagnons de Finimondo voudraient nous apprendre que le mouvement anarchiste dans son ensemble devrait « mettre à disposition de tous » les raisons de la révolte. Je suis d’accord, mais prenons garde : cela ne doit pas porter à la spécialisation de quelques profs qui ont la prétention de donner des notes à ceci et cela au nom de leur vision de l’anarchisme. Parce que ce sont les raisons de ceux qui écrivent qui sont mises à disposition de tous. Souvent les raisons de ceux qui écrivent et celles de ceux qui agissent sont les mêmes, mais parfois pas. Voilà les inconvénients de la dichotomie entre ceux qui attaquent et ceux qui, derrière un ordinateur, nous expliquent les tenants et aboutissants. Certes, personne ne peux savoir ce que font les personnes quand elles ne sont pas devant l’ordinateur – une théorie confortable qui est portée surtout par ceux qui passent beaucoup de temps devant leurs ordis. Mais le fait est que même si ceux qui se posent en tant que détenteurs de la vérité anarchiste agissaient en plus d’écrire (ce que je ne peux pas savoir), cela ne changerait rien à ce qu’ils ont écrit et au but dans lequel ils l’ont fait : donner des notes, se poser en guides pour nous tous. J’estime, au contraire, qu’il appartient aux compagnons qui attaquent de décider si et comment revendiquer ou pas leur actions, selon leur sensibilité, la situation dans laquelle ils agissent, les buts qu’ils se donnent. Au delà de toute règle, même « anarchiste ».

La volonté d’imposer des règles à propos de la nécessité ou pas de revendiquer les actions a déjà mené à des bassesses remarquables. Le 7 juin 2013, la CCF, avec d’autres groupes de la FAI/FRI, a fait exploser la voiture de la directrice de la prison grecque de Koridallos. L’action a été immédiatement revendiquée dans un long texte8. Sur Finimondo9 on trouve trois lignes qui ne contiennent aucune allusion à qui a effectué cette action. Pourtant les rédacteurs de Finimondo sont au courant du fait que les compagnons de la CCF ont une vision opposée à la leur et pensent qu’il est nécessaire de revendiquer les attaques avec des sigles fixes (CCF, FAI/FRI, justement). Ils ont lu, entre autre, le texte « Ne dis pas que nous sommes peu ; dis seulement que nous sommes déterminés »10, que les compagnons de la CCF ont envoyé à une rencontre anarchiste qui a eu lieu à Zurich du 10 au 13 novembre 2012. Ce texte-là a été écarté du débat de manière délibérée par les organisateurs, qui ne l’ont pas traduit, le jugeant « non pertinent ». Et parmi les organisateurs de cette rencontre-là, des rédacteurs de Finimondo. Du coup, les défenseurs de l’anonymat, des actions qui parlent toutes seules, font devenir anonymes (et non revendiquées) aussi les actions de ceux qui pensent qu’elles doivent être revendiquées et signées. Réduisant au silence, en faisant comme si de rien n’était, les positions d’autres compagnons. Ils parlent pour tout le monde, même pour ceux qui ont risqué la taule pour donner des exemples à leur rhétorique.

Je ne pense pas que les actions parlent forcément toutes seules (et, soit dit en passant, je pense que les mots ont une valeur seulement s’ils s’accompagnent de faits). Les motivations qui ont poussé ceux qui ont agi sont importantes, sinon nous nous bornons à une sacralisation des moyens, indépendamment des fins. Il y a le risque de construire des châteaux en Espagne à propos d’une prétendue « rébellion diffusée » qui, si nous creusons un peu, peut peut-être se concrétiser par des formes destructives, mais trop souvent n’a pas de but subversif. Il y a le risque de se contenter de fantasmer sur des accidents ou des faits douteux11, au lieu d’essayer de construire des parcours offensives d’attaque contre ce monde.

Il est facile de construire des contes de fées romantiques, pendant que d’autres risquent la taule, mais il serait temps d’arrêter de croire aux contes de fées.

Cependant, les rédacteurs de Finimondo n’ont toujours pas répondu aux deux questions que les compagnons de la Cellula Acca leur ont posé : « Les actions ne parlent-elles pas toutes seules ? Pourquoi parler des actions, maintenant ? ».

février 2016,
Kalin

(pour contacts : kalin.chiornyy [at] riseup.net)

[Traduit de l’italien d’Informa-Azione]

Notes:

1 « Sous pression ». En italien ici : https://www.finimondo.org/node/1769

2 En français ici : http://www.non-fides.fr/?Brescia-Italie-Revendication-d-une

3 « Acte de révolte, bien privé ? ». En français ici : http://cettesemaine.info/breves/spip.php?article1407&lang=fr

4 « Nella calza della Befana », http://finimondo.org/node/1784

5 « Sur quelques vieilles questions d’actualité parmi les anarchistes, et pas seulement ». Ici : https://fr-contrainfo.espiv.net/2012/07/23/sur-quelques-vieilles-questions-dactualite-parmi-les-anarchistes-et-pas-seulement/

6 Quelques textes qui touchent cette question, en plus du précédent : « Lettre à la galaxie anarchiste » (http://www.non-fides.fr/?Lettre-a-la-galaxie-anarchiste), « Ne dis pas que nous sommes peu ; dis seulement que nous sommes déterminés » (https://fr-contrainfo.espiv.net/2012/12/12/grece-ne-dis-pas-que-nous-sommes-peu-dis-seulement-que-nous-sommes-determines-par-lor-de-la-ccf-et-theofilos-mavropoulos/ – voir note 10), « L’anonymat » (http://cettesemaine.info/spip/IMG/pdf/anon.pdf), « … su una polemica malnata » (« …sur une polémique mal née », in Blasphemia, n. 1, mai 2014).

7 Cf. « L’anonymat », cit.

8 En italien ici : https://it-contrainfo.espiv.net/2013/06/11/atene-rivendicazione-di-responsabilita-per-lattacco-esplosivo-contro-la-macchina-della-direttrice-del-carcere-maschile-di-koridallos-nel-quartiere-di-dafni-il-7-giugno-2013/

10 Même si cela a peu à voir avec le débat actuel, je trouve très discutable un passage comme celui-ci : « Il n’y a pas d’innocents. Nous faisons tous partie de la machine sociale du pouvoir. La question est : est-ce que nous sommes l’huile ou le sable dans ses rouages ». Il n’y a pas que l’huile et le sable, les responsabilités, même celles « pour inaction » (c’est à dire « être huile » dans la machine du pouvoir) doivent être évaluées au cas par cas, elles sont individuelles et ne peuvent pas se résumer au dualisme schématique « huile Vs. sable ». Il n’y a pas que anarchistes et serviteurs du pouvoir, mais aussi des masses d’exploités qui parfois se révoltent par eux-mêmes, que parfois ça pourrait être intéressant de rencontrer à travers la révolte.

11 Cf. « Feux sacrés », en français ici: http://cettesemaine.info/breves/spip.php?article1162

This entry was posted in Réflexions et débats sur l'attaque et l'anarchisme and tagged , , , . Bookmark the permalink.