Paris : Les chefs des bidasses réunis en un seul endroit

L’Obs societé / jeudi 5 novembre 2015

balardLe ministère de la Défense vient de s’installer dans un nouveau complexe, situé à proximité du métro Balard. […] Les états-majors des trois armées (Terre, Air, Marine) viennent de s’installer en toute discrétion dans ce nouveau siège, situé dans le 15ème arrondissement de Paris, au métro Balard. Ils ont aussi fait de la place pour leur coeur
opérationnel, le Centre de planification et de commandement des opérations (CPCO) qui dialogue avec toutes les forces françaises sur le terrain : avions de chasse, forces terrestres, bâtiments de guerre… du Mali à l’océan Indien.


Petite révolution en perspective, les commandements des trois armées, qui cultivaient leurs différences dans leurs sièges respectifs (Balard, Hôtel de la Marine et « îlot » Saint-Germain pour l’armée de Terre), se retrouvent côte à côte sur les mêmes plateaux. L’idée c’est qu’on ne soit pas chacun dans son coin dans son immeuble mais le plus proche possible les uns des autres », résume Jean-Paul Bodin, secrétaire général de l’administration au ministère. Grosse exception à la règle : le ministre de la Défense continuera à travailler et à recevoir ses hôtes à l’Hôtel de Brienne, une discrète demeure du 18è siècle proche du coeur du pouvoir, l’Elysée et Matignon, même s’il disposera aussi d’un bureau à Balard.

1,2 milliard d’euros ont été nécessaires pour financer le « Balardgone ». L’investissement provient d’un partenariat entre l’Etat et des entreprises privées, dont Bouygues. Le ministère de la Défense s’est engagé à leur verser un loyer annuel de 154 millions d’euros sur une durée de 30 ans au terme de laquelle il deviendra propriétaire du bâtiment. Si ce loyer peut paraître élevé, il correspond aux dépenses de fonctionnement des douze sites précédemment utilisés, souligne Jean-Paul Bodin. Leur rénovation et mise aux normes aurait coûté en outre 600 à 700 millions d’euros tandis que leur vente, désormais programmée, va venir renflouer les caisses de l’Etat.

L’ami Bouygues a raflé un marché de 3,5 milliards pour construire et entretenir le nouveau ministère de la Défense. Mais de vilains soupçons de ‘corruption’ et de ‘favoritisme’ viennent gâcher la fête », avait dénoncé « le Canard enchaîné » en décembre 2011. Le journal rapportait qu’une information judiciaire était ouverte sur d’éventuelles malversations lors de l’attribution du contrat. Le géant du BTP a été débouté en première instance puis en appel de ses poursuites contre l’hebdomadaire.

4.000 militaires et civils ont déjà pris leurs quartiers dans ce nouveau siège, surnommé « Balardgone », en référence au célèbre Pentagone, mastodonte de la Défense américaine à Washington. Lorsque tout le personnel du ministère, aujourd’hui éparpillé sur douze sites parisiens, aura rejoint les lieux à l’automne, ils seront 9.000 à articuler la politique de défense française.

—————-

comiteliaisondefense / lundi 9 novembre 2015

[…] Secret Défense oblige, le déménagement a été conçu comme une opération militaire, dans des camions plombés. Le bâtiment a été conçu de façon à ne pas s’effondrer si un véhicule explose sur le périphérique ou le long du boulevard Valin. Quant au ménage, il n’est fait que quand les bureaux sont occupés.

This entry was posted in Antimilitarisme, Les outils de l'ennemi, Portraits de collabos and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.