Port de Lers (Ariège) : Le Tour arrive, les gendarmes ramassent les clous

La Dépêche / jeudi 16 juillet 2015

Une grande quantité de clous de tapissier a été méthodiquement répandue hier, en tout début d’après-midi, sur la route du Tour, dans la montée du port de Lers, après Massat, et dans la descente vers Vicdessos. Des milliers de clous, selon différents témoignages recueillis sur place auprès des passionnés du Tour de France comme auprès d’agents des services des routes du conseil départemental. «Les clous, ils ont été répandus par là-bas, croit savoir l’occupante d’un camping-car épargné par les crevaisons, désignant le début de la descente vers Vicdessos. J’ai vu les gendarmes, ils en ramassé plein». Mais sur place, l’une des victimes, venue de Toulouse avec son camping-car, explique qu’il est arrivé par… Massat. Plusieurs conducteurs confirment : ils ont bien rencontré les clous dans cette partie du col. De leur côté, les agents du conseil départemental ont également trouvé des clous dans la descente : «Jusqu’à Vicdessos», précise l’un d’eux. Des deux côtés du col, finalement.

Des camping-caristes, des cyclistes venus se frotter à ce col classé en première catégorie, et même des gendarmes de la Garde Républicaine, selon nos informations figurent parmi les victimes. «Je suis furieux, confie un camping-cariste. J’ai trois pneus endommagés. Il faut que j’arrive à me faire dépanner. Je ne comprends pas ceux qui ont fait ça». Un second ajoute : «Pourquoi on s’en prend à nous ? Nous ne sommes pas d’ici, mais on participe à l’économie locale. On s’est arrêté à Massat en arrivant pour faire les courses».

Hier, une enquête a été ouverte sur cet acte de vandalisme survenu à quelques heures du passage du Tour. Les gendarmes ont été vus dans les environs du col à plusieurs reprises. Mais, comme en 2012 (lire ci-dessous), l’enquête promet d’être compliquée. C’est la seconde fois qu’en Ariège, des clous sont répandus sur la chaussée à l’occasion du passage du Tour. En 2012, déjà, des clous de tapissier avaient été dispersés sur la route du col de Péguère, entre le passage de la caravane et l’arrivée des coureurs, déclenchant une série de crevaisons et de chutes parfois graves. L’enquête n’a pas permis d’identifier les auteurs de ce premier acte de vandalisme.

Hier, les équipes du conseil départemental ont effectué plusieurs passages avec une balayeuse pour sécuriser la route. L’inquiétude, à quelques heures de l’arrivée du Tour, était palpable.

 

This entry was posted in Bouffe du riche and tagged , , , . Bookmark the permalink.