Créteil (Val-de-Marne) : Nike la rénovation urbaine

Le Parisien / lundi 20 avril 2015

L’assemblage de préfabriqués tient encore vaillamment debout mais il ne reste rien de son contenu. Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie a ravagé le bâtiment de deux étages où les ouvriers du chantier de construction de logements du quartier de La Sablière à Créteil stockent leurs affaires. Le feu s’est déclaré autour de 4 heures « dans un grand bruit métallique » selon une habitante qui s’interroge : « Quel intérêt à faire brûler un tel bâtiment ? ». Car si la police qualifie toujours d’indéterminée la cause de l’incendie — dans l’attente des résultats du laboratoire scientifique —, pour les témoins, cela ne fait guère de doute. « Quand j’ai vu ça, j’ai tout de suite pensé à un sabotage », commente une riveraine. Même suspicion de la part des ouvriers des deux entreprises présentes sur le chantier. Ils s’appuient sur des dégradations constatées ce lundi matin : les vitres d’un de leurs engins ont été brisées et des allumettes ont été retrouvées près du réservoir. Des traces noires ont également été notées sur un second véhicule, « comme si on avait tenté d’y mettre le feu ». Enfin, une inscription « nike la police » a été constatée au bas des préfabriqués.

Jusque-là, les entreprises n’avaient pas connu d’incident majeur dans le secteur. « Il nous est quand même arrivé des bricoles. Un soir, une porte avait été facturée et des gamins avaient essayé de jouer avec les machines. Ils avaient 11-12 ans, raconte un ouvrier. Mais la journée, on ne voit personne. Des bruits des alentours disaient qu’on dérangeait un petit commerce local mais il n’y avait pas vraiment de signes avant-coureurs. » Le bailleur social Valophis, à l’origine de ces travaux d’ampleur, se dit également « assez surpris » : « Il n’y avait pas de tension particulière autour de ce chantier. » Les travaux devraient prendre un mois de retard, le temps de réinstaller les baraquements. Un gardiennage avec chien et un système de vidéo-surveillance devraient rapidement être mis en place sur le site. « Il se passe tellement de choses ici », commentait, blasé, un couple de retraités habitant la Sablière. Sans un oeil pour les vestiges du préfabriqué.

This entry was posted in ACAB, Gentrification toi-même ! and tagged , , . Bookmark the permalink.