Sedan (Ardennes) : Des compteurs électriques victimes de sabotage

L’union-L’Ardennais / mercredi 12 mars 2014

DSC_9454.JPG

Depuis plusieurs semaines, les installations électriques qui contrôlent l’éclairage public sont la cible d’acte de vandalisme. Les automobilistes qui empruntent l’avenue Charles-de-Gaulle à la nuit tombée ont pu s’en apercevoir. Depuis plusieurs semaines, l’éclairage public est régulièrement éteint. Pas par souci d’économie, mais à la suite d’actes de vandalisme à répétition sur plusieurs casiers électriques de la commune.

«  Quand ça arrive en semaine, ça peut être résolu rapidement, explique Jacky Raynaud, premier adjoint au maire de Balan. Mais quand ils sont vandalisés le vendredi, vous imaginez bien qu’il faut plusieurs jours. »

Pour la municipalité, la situation devient pesante. Au moins quatre armoires, placées sur la voie publique rue Delorme, avenue Charles-de-Gaule et résidence du château, sont régulièrement ouvertes et détériorées.

Des actes dangereux

«  Ce sont sûrement les mêmes personnes à chaque fois  », suppose le maire André Drouard. Celui-ci pointe le danger que représentent ces actes. «  Il y a du 380 volts là-dedans. Un jour, il y en a un qui va s’électrocuter. » D’autant qu’une fois forcés, les tableaux électriques restent accessibles à tous les passants.

L’équipe municipale pointe les défauts de conception de ces boîtiers électriques. «  S‘ils étaient placés plus haut sur les murs, il serait déjà plus difficile de les atteindre, explique Jacky Raynaud. Et puis la lucarne permet tout de suite de les identifier. »

Et ces dégradations coûtent cher à la commune. Si ErDF est responsable de l’emplacement et de la conception de ces équipements, c’est la mairie qui en est propriétaire. À chaque acte de vandalisme, celle-ci est obligée de faire intervenir un électricien. «  Ces boîtiers sont considérés comme du mobilier urbain, on n’a pas d’assurance  », conclut André Drouard.

This entry was posted in Antitech and tagged , , . Bookmark the permalink.