Barcelone (Espagne) : Neuf nuits de révolte, suite à l’arrestation du rappeur Pablo Hasél

Act for freedom now! / lundi 1er mars 2021

28 février 2021. Cela fait, jusqu’à aujourd’hui, 9 nuits que des émeutes ont lieu dans la ville de Barcelone, après l’arrestation et l’emprisonnement du rappeur communiste Pablo Hasél, condamné à 9 mois de prison pour des propos politiques contenus dans ses chansons. Pablo a été arrêté lundi 15 février, alors qu’il était barricadé avec 50 camarades solidaires dans l’université de Lérida (à 150 km de Barcelone).

Il y a eu des émeutes et des manifestations contre la détention de Pablo Hasél aussi dans d’autres villes espagnoles, comme Madrid, Valence, Murcie, Vigo, etc., mais, cette fois-ci, Barcelone tape fort. Jusqu’à présent, environ 85 camarades ont été arrêté.e.s par les flics dans la seule Barcelone. Il y a des barricades et des incendies partout !

Samedi dernier, de nombreux magasins de luxe ont été détruits ou pillé, dans la grande avenue commerçante Passeig de Gracia. Des postes de police ont également été attaqués.

A l’heure actuelle, les grandes entreprises commerciales et les banques font pression sur le gouvernement catalan « parce que la police n’arrête pas les émeutes et le gouvernement ne fait que critiquer la violence policière ». La police catalane, les Mossos d’Esquadra, a utilisé des flashballs contre les manifestant.e.s et mardi dernier une fille a perdu un œil, pendant une manifestation.

Samedi 20 il y a eu la plus grande manifestation jusqu’à aujourd’hui, avec environ 7000 personnes dans les rues. Des centaines de poubelles ont brûlé, ainsi que des motos et des voitures en flammes !
Le lobby des commerçant parle de chaos incontrôlés dans la ville…
Mardi 23 soir, les émeutes avaient un côté antifasciste, parce que le parti fasciste VOX avait appelé à une démonstration dans le quartier nord du quartier Sarriá, mais les flics ont empêche la confrontation directe avec les nazis (il y en a que 15 qui se sont pointés) ; il y a quand-même eu des affrontements mineurs avec les flics. Il y avait 500 personnes dans la foule antifasciste…

Ce la fait longtemps que, à Barcelone, on sent qu’une exploitation sociale va arriver ; la détention de Pablo Hasél a simplement été l’excuse nécessaire, pour beaucoup d’anarchistes, de communistes ou pour tou.te.s les autre jeunes émeutier.e.s, pour reprendre les rues et détruire ou brûler toute la merde qu’ils/elles détestent : les symboles capitalistes et étatiques.
Les émeutes ont commencé le lendemain des élections catalanes, où les 46% des ayant droit s’est abstenu. Les « ingouvernables » sont dans la rue pour donner une « bienvenue » chaleureuse aux politiciens indépendantistes du nouveau gouvernement catalan et à leur milieu commercial. Jusqu’à présent, un million d’euros de dégâts et de drôles de conflits entre tous les partis politiques ne sont que le début de la chute de leur système démocratique de merde. Chaque nuit est bonne pour une nouvelle émeute !

Mise à jour : Après deux nuits de calme, samedi 27 février il y a eu une nouvelle manifestation, avec 5000 personnes, pour exiger la libération de Hasél, pour protester contre tous les problèmes sociaux, ainsi que pour dénoncer la loi Mordaza [« Loi organique de protection de la sécurité publique», ou loi « bâillon », de 2015, qui limite le droit d’expression et de réunion – son adoption avait déjà provoqué des grosses protestations à l’époque ; NdAtt.] et la violence de la police.
Après la manifestation, il y a eu des barricades dans le quartier Raval et le poste de police de la Rambla a été attaqué, un fourgon de police a été incendié avec un cocktail Molotov, un grand hôtel de la Rambla a également été vandalisé. Quatorze camarades ont été arrêtés cette nuit-là.

Au total, depuis le 16 février, 137 manifestant.e.s ont été arrêté.e.s et au moins un est accusé de l’incendie d’un fourgon de police.

*****

Barcelone : Huit compas interpellé.e.s

reçu par mail / lundi 1er mars 2021

Aujourd’hui, 1er mars, au matin, la Brigada Mobil des Mossos d’Esquadra (la police catalane) a perquisitionné 2 squats dans la zone du Maresme : le squat Nabat à Mataró et un autre à Canet de Mar.
Huit compas ont été arrêté.e.s samedi soir, en relation avec un fourgon de police incendié après la manifestation de solidarité avec Pablo Hasél, qui a eu lieu samedi 27 au poste de police de la Rambla.
Nous savons seulement qu’ils/elles doivent être présenté.e.s au juge demain (mardi).
[…]
Nous sommes en attente de plus de nouvelles.
Solidarité et force.

Anarchistes

This entry was posted in Bouffe du riche, International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.