Berlin (Allemagne) : De la casse chez les Verts

de.indymedia.org / samedi 23 janvier 2021

FORET DE DANNENROD : LES VERTS MAIN DANS LA MAIN AVEC STRABAG, DESTRUCTEUR DE L’ENVIRONNEMENT

La forêt de Dannenrod, en Hesse, doit faire place à l’autoroute A49 et être abattue. Ces derniers mois, des squatter.euse.s ont défendu la forêt contre les pelles et les machines de STRABAG et d’autres entreprises. L’État s’est une fois de plus fait le larbin des intérêts capitalistes et est venu avec sa violence et sa répression, pour intimider les défenseur.euse.s et briser leur résistance.

Les Verts n’ont pas joué un rôle anodin, dans cette histoire. Le parti se cache derrière une nouvelle image, jeune, et il veut fricoter avec les Friday for Future et d’autres mouvements en faveur du climat. Mais, en même temps, les Verts serrent les mains de monopolistes et d’ennemis de l’environnement comme STRABAG. À Berlin aussi, il est clair que les Verts s’adonnent à des sales affaires et continuent à pousser les opprimé.e.s hors de la ville. Les formes d’organisations de base contre la vente de la ville aux spéculateurs sont récupérées : les vrais gentrifieurs et les profiteurs de l’embourgeoisement collent un autocollant contre le déplacement des pauvres sur les vitres polies de leurs start-up branchées et font perdre sa signification au concept de lutte. Le parti des Verts a toujours parfaitement rempli sa fonction de diviseur, dans la lutte pour la maison à Francfort, dans la lutte contre l’élargissement de l’aéroport de Francfort [dans les années 70 et 80 ; NdAtt.], dans le mouvement pacifiste et anti-nucléaire, jusqu’à son ouverture à une gentrification intelligente, il est toujours prêt à faire en sorte que les forces de sécurité qui lui sont subordonnées appuient sur la gâchette.

Une ville qui résiste et une forêt qui résiste ne se laissent pas entraîner dans des compromis bidons. Dans la forêt de Danni, à Berlin et au niveau international nous savons que les Verts nous ont trahis eux aussi. Ce parti veut gouverner à tout prix. Il y a un un gouvernement rouge-vert [SPD-Verts ; NdAtt.] derrière le déboisement de la forêt de Hambach, en Rhénanie du Nord-Westphalie, un gouvernement noir-vert [CDU-Verts ; NdAtt.] derrière le déboisement de la forêt de Danni, en Hesse. Un gouvernement rouge-rouge-vert [SPD-Linke-Verts ; NdAtt.] derrière l’abattage des espaces collectifs à Berlin. Vert tout seul dans le noyautage de la lutte de Bizim [une épicerie de quartier qui a tenu bon contre les tentatives d’expulsion et qui est devenue un symbole de la lutte contre la gentrification dans ce secteur de Berlin ; NdAtt.], à Kreuzberg.

Le 22 janvier 2021, nous avons brisé les vitres du bureau électoral de Marianne Burkert-Eulitz, dans la Wrangelstraße, pendant qu’elle discutait des « contradictions et de la nécessité d’un changement de politique climatique pour les transports urbains, dans le cadre de l’atelier #GreenClimateConference ». Pour éviter toute ambiguïté sur les motifs de ce caillassage, nous avons aussi collé nos affiches explicatives sur le local. Nous avons été encouragé.e.s par des dégradations similaires des permanences des Verts dans tout le pays.

Des fenêtres brisées – c’est bon pour le secteur de Wrangelkiez, c’est bon pour tous les ingérables.

This entry was posted in Gentrification toi-même !, International and tagged , , , , . Bookmark the permalink.