Drôme : Le média Ricochets visé par la répression en juillet dernier

Ricochets / mercredi 7 octobre 2020

Le 9 juillet 2020, une adresse à Saillans et le domicile crestois d’un contributeur (pseudo : Gé) à RICOCHETS ont été perquisitionnés par des gendarmes.
Notre ami a ensuite été placé en garde à vue à Valence pendant 28h. Lors de cette opération, son matériel informatique (entre autre) a été saisi et mis sous scellé ! Il s’agit de matériel professionnel indispensable à l’exercice de son activité.

Le fait reproché est la publication sur ricochets.cc le 26 avril 2020 d’un article intitulé « Plus que jamais, pour l’action directe ».
Pour le système judiciaire, ce texte provoquerait à l’action de destruction de biens pouvant être dangereuse pour des personnes, ce qui serait poursuivable même si ce n’est pas suivi d’effets.
Gé a été considéré comme responsable de ce média participatif, et comme responsable de tout ce qui y est publié.

Une des lois « scélérates » promulguées en 1893 pour réprimer anarchistes et révolutionnaires est toujours en vigueur et s’appliquerait ici. […]

Bref, il semble que cette basse répression se situe surtout dans le délit d’opinion, et que le texte incriminé (qui a été publié à plusieurs endroits sur internet à partir de fin mars) soit d’abord un prétexte pour intimider, ficher, enquêter, punir. Il s’agirait de faire peur et de tenter de nuire à un média qui dérange l’ordre établi ?
Nous reviendrons sur cette affaire qui est d’ors et déjà une atteinte grave à la presse libre et participative.
En attendant, le collectif continue bien sûr de gérer le média, et, avec d’autres, soutient Gé.

Le collectif d’animation de RICOCHETS

Procès de Gé prévu le 03 novembre au tribunal de Valence (report possible)
[…]

This entry was posted in Nique la justice and tagged , , , , . Bookmark the permalink.