Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) : L’énième crasse policière allume l’envie de revanche

Le Monde / dimanche 19 avril 2020

[…] La scène s’est déroulée samedi 18 avril au soir, à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Le conducteur de la motocross, âgé de 30 ans, vient de faire demi-tour et roule à vive allure, sans casque, lorsqu’il repasse à côté du véhicule de police banalisé arrêté à un feu rouge. D’après un policier, il ne s’est pas rendu compte qu’il s’agissait d’une voiture des forces de l’ordre. Stéphane Gas, l’avocat de la famille, confirme que son client l’ignorait. Un commissaire, qui est assis à la place du passager, ouvre la portière « pour le contrôler », assure une source policière. Le motard percute la portière et est propulsé contre un poteau antistationnement. Souffrant d’une fracture ouverte de la jambe, il a été opéré une première fois dimanche à l’hôpital Beaujon, à Clichy (Hauts-de-Seine), puis une seconde, à l’hôpital Bichat, à Paris.

Dans la foulée, des échauffourées ont éclaté entre habitants et forces de l’ordre. « Les petits sont remontés, ils comptent bien en découdre, raconte un éducateur du département qui préfère garder l’anonymat. Pour les habitants, il est impensable d’imaginer que ça puisse être un accident, c’est évidemment intentionnel. » […]

Dans la nuit de dimanche à lundi, des échauffourées ont à nouveau éclaté entre jeunes et forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Un important dispositif policier avait été déployé dans la ville où du mobilier urbain a été incendié et divers projectiles lancés en direction des policiers : feux d’artifices, mortiers, cocktails Molotov, un four à micro-ondes et un écran d’ordinateur, selon le parquet. D’autres incidents se sont également produits notamment à Aulnay-sous-Bois (où quatre personnes ont été arrêtées), Villepinte et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), à Gennevilliers, Nanterre, Rueil-Malmaison et Suresnes (Hauts-de-Seine) ou encore à Toulouse.

*****

L’envie de vengeance s’étend

Le Parisien / lundi 20 avril 2020

[…] L’accident de cet individu, connu des services de police et déjà condamné à quatorze reprises, a provoqué des tensions entre jeunes et forces de l’ordre ce dimanche soir à Villeneuve-la-Garenne.
Comme la veille, une partie de la soirée a été rythmée par les feux de poubelles et les tirs de feux d’artifice en direction des forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène. « Les premières échauffourées ont commencé vers minuit et ont duré pendant plus d’une heure, glisse un policier. Le calme est à peu près revenu vers 1 h 30 du matin… »
Sans que l’on sache s’il existe un lien avec les événements de Villeneuve-la-Garenne, d’autres incidents ont éclaté dans plusieurs villes des Hauts-de-Seine. Des feux d’artifice ont également résonné dans les rues de Suresnes et des voitures ont été incendiées à Gennevilliers, Nanterre ainsi que dans la cité des Fouilleuses, à Rueil-Malmaison. Au total, 25 conteneurs poubelles ont été brûlés. […]

*****

Métropole lilloise : Coups de chaud pour la mairie de quartier et des nombreuses bagnoles

La Voix du Nord / lundi 20 avril 2020

Coup de chaud dans la nuit de dimanche à ce lundi. Les pompiers ont été sollicités pour une série d’incendies de véhicules dans différents quartiers de la métropole lilloise. Une dizaine de voitures ont été brûlées à Lille, Roubaix, Ronchin, Faches-Thumesnil et Wattignies, entre 0 h et 3 h. « C’est très inhabituel, relève un officier des pompiers. D’ordinaire, c’est beaucoup plus calme, surtout en cette période de confinement. »
De plus, les secours sont intervenus pour des feux de « détritus ou de mobilier urbain », qui ont également concerné d’autres communes (La Madeleine, Wattrelos et Armentières). À Lille, la mairie de quartier de Lille-Sud, rue du Faubourg-des-Postes, a ainsi été visée : la porte d’entrée a été dégradée par les flammes. […]
Comment expliquer cette poussée de fièvre ? Un responsable des pompiers évoque une possible répercussion des événements de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), où un homme de 30 ans a été grièvement blessé après avoir percuté, samedi soir, une voiture de police.

selon Lilleactu / lundi 20 avril 2020

[…] A Lille-Sud justement, la mairie de quartier a été la cible d’un ou plusieurs incendiaires. Ces derniers auraient disposé des détritus devant la porte d’entrée avant d’y mettre le feu.
Ce lundi matin, l’entrée était entièrement calcinée, certaines vitres se sont fendues sous la chaleur des flammes et des équipements ont fondu. Des panneaux de bois ont été posés après l’intervention des sapeurs-pompiers. Et l’on peut encore apercevoir une grosse trace noire au sol, signe du foyer de l’incendie.

*****

Val-de-Marne : Des feux dans des nombreuses villes

Le Parisien / lundi 20 avril 2020

La nuit de dimanche à lundi a été agitée dans le Val-de-Marne, département voisin des Hauts-de-Seine où un pilote de moto-cross a été grièvement blessé à la jambe dans un accident avec une voiture de police à Villeneuve-la-Garenne samedi soir.

Les échauffourées les plus importantes ont eu lieu, semble-t-il, à Champigny et surtout à Fontenay-sous-Bois. Dans cette dernière ville, selon une source policière, il a fallu fermer le parking de l’Hôtel-de-Ville après des incendies volontaires de motos et d’une voiture. D’autres feux, notamment des poubelles, ont été allumés boulevard de Verdun, rue des Ormes et avenue du Maréchal-Joffre. « Ils ont tous eu lieu en cinq minutes à des endroits différents », a constaté la même source. Le laboratoire central de la police s’est rendu sur place. Une compagnie de sécurisation et d’intervention était attendue ce lundi après-midi.

A Champigny, des tirs de mortier et des jets de projectiles sur les forces de l’ordre ont été relevés notamment dans le quartier des Mordacs. Là aussi, aucun blessé ne serait à déplorer. Les policiers ont fait usage à deux reprises du LBD et d’autres moyens de défense.

A Créteil, les pompiers sont intervenus pour un feu de détritus près de l’Hypercacher rue Gabriel-Fauré. Le rideau métallique du commerce a été noirci et les techniciens de la police scientifique se sont déplacés. « Les gars ont essayé d’allumer deux feux à cet endroit, soupire un riverain. C’est dommage qu’il n’y ait pas de vidéosurveillance ici. »

A Villejuif, rue Gagarine, les policiers municipaux auraient été pris à partie par une dizaine d’individus avec des jets de projectiles dont des bouteilles de verre. «On était pas du tout sur de l’émeute, relativise un fonctionnaire. Le petit groupe qui en temps normal met le bazar dans le quartier a tenté de caillasser mais il a pris la fuite assez rapidement ».

*****

Dans les Yvelines, on caillasse les flics

Le Parisien / lundi 19 avril 2020

Durant la nuit de dimanche à lundi, les forces de l’ordre ont une nouvelle fois été attaquées aux Mureaux, à Mantes-la-Jolie et à Sartrouville.

Au Mureaux, vers 19h30, la patrouille a essuyé des pierres lancées par un groupe d’une quinzaine de personnes rue Louis-Blériot. Le véhicule n’a pas été touché et les fonctionnaires ont passé leur chemin sans riposter.

Un peu plus tard, à Mantes-la-Jolie, les forces de l’ordre sont intervenues pour une dispute au sein d’une famille, rue du commandant Bouchet. En sortant de l’immeuble, vers 23h30, les policiers ont été visés par un groupe d’une quinzaine de personnes qui leur ont lancé divers projectiles. Les fonctionnaires ont riposté en faisant usage de quatre grenades incapacitantes et ont quitté rapidement les lieux.

À Sartrouville, les policiers sont intervenus vers 1h45 avenue du Général-de-Gaulle, après avoir reçu un appel leur signalant l’incendie de quatre conteneurs poubelles. Les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) arrivés dans le secteur ont repéré un groupe fort d’une dizaine de jeunes visiblement prêts à en découdre. Les policiers ont été visés par trois tirs de mortiers de feux d’artifice. Les hommes de la BAC ont riposté en lançant deux grenades incapacitantes, parvenant à disperser le groupe des fauteurs de troubles. Le feu qui embrasait les poubelles représentant un risque de propagation pour les immeubles, les pompiers ont été appelés pour éteindre l’incendie, sous la protection de la police.

Durant la nuit précédente, c’est à Chanteloup-les-Vignes, entre 21 heures et 1h40, sur le mail du Coteau, que des échauffourées ont éclaté entre la police et un groupe d’environ 80 personnes. Les fonctionnaires intervenaient à la Noé sur fond de rodéo moto et ont été bombardés de pierres. L’un des auteurs du rodéo a été identifié et arrêté.

*****

Toulouse : Les flics pris au piège

actuToulouse / lundi 20 avril 2020

Un guet-apens en bonne et due forme. Des policiers qui intervenaient dans le quartier du Mirail, à Toulouse, suite à un appel d’urgence au 17 sont tombés dans un piège, dimanche 19 avril 2020, vers 22 heures.
Selon les premiers éléments, l’équipage qui intervenait pour un incendie de véhicule sur un parking, selon une source proche de l’enquête, a vu sa progression freinée par des poubelles enflammées qui obstruaient la chaussée, à hauteur de la rue de Kiev. C’est alors que des projectiles se sont abattus sur les policiers : pierres, fusées d’artifices, ainsi que « quatre ou cinq » cocktails Molotov… Une trentaine d’individus hostiles « vêtus de sombre et capuche rabattue » auraient été dénombrés. Grâce à l’intervention de renforts, qui ont fait usage de grenades lacrymogènes, l’équipage pris pour cible a pu se dégager. Aucun blessé n’est à déplorer et aucun assaillant n’a été interpellé. […]

*****

Evry (Essonne) : Pierres bouteilles et mortiers

Le Républicain de l’Essonne / lundi 20 avril 2020

Après des incidents à Grigny le week-end dernier et ce week-end, cette fois c’est à Evry, dans le quartier des Epinettes, que les fonctionnaires de la Police nationale ont été pris pour cibles. Les faits se sont produits dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 avril rue Eugène-Pottier. Les policiers ont été la cible de jets de pierre, bouteilles en verre et, plus grave encore, de tirs de mortier.

L’effet d’un pavé bien lancé

L’effet d’un mortier bien tiré

*****

MAJ du 21/04 : Rillieux-la-Pape (Rhône) : Scènes de guérilla urbaine

Le Progrès / lundi 20 avril 2020

Plusieurs témoins évoquent des « scènes de guérilla urbaine », des violences graves. Le maire Alexandre Vincendet, lui, est dans une colère noire.
Alors que plusieurs individus avaient déjà semé le trouble, dans la nuit du 11 au 12 avril, dans les quartiers populaires de Rillieux-la-Pape, de nouveaux incidents ont éclaté ce lundi soir. « Encore plus fort, c’était brutal, ça fait longtemps qu’on n’avait pas vu ça », témoigne un habitant.
Ainsi, dès 21 heures, plusieurs groupes très mobiles sont venus menacer la police. Plusieurs véhicules ont été endommagés, des mortiers et feux d’artifice ont été tirés, et du mobilier urbain a été dégradé, des abris bus brisés.
« C’est monté d’un cran » par rapport aux derniers événements raconte ce même témoin.
[…] Les pompiers sont intervenus pour des feux de voie publique, des poubelles notamment. Le calme ne serait revenu que vers 1 heure du matin.
Un déchainement de violences en plusieurs endroits de la cité nouvelle (avenue de l’Europe mais aussi aux Allagniers et aux Semailles) orchestré dans la journée sur les réseaux sociaux.
Selon plusieurs sources, certains jeunes auraient fait référence à Villeneuve-la-Garenne, commune des Hauts-de-Seine théâtre d’affrontements ce week-end.
[…] Dans l’agglomération lyonnaise, la soirée a été tendue également à Villeurbanne, dans le quartier de Saint-Jean, où des jeunes s’en sont pris à du mobilier urbain et ont incendié des poubelles.

This entry was posted in ACAB, Collectivités territoriales, Des mauvais moments pour les bleus, Le virus, l'État et son confinement and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.