Pontoise : Vandalisme en série des armoires de fibre optique

La gazette du Val-d’Oise / vendredi 28 février 2020

Au moins une vingtaine de boîtiers et d’armoires de raccordement à la fibre Internet ont été dégradés dans différents quartiers de Pontoise.
Après la parution de plusieurs articles concernant des dégradations (boîtiers arrachés, locaux forcés, fils sectionnés, câblages emmêlés, etc.) dans les quartiers de Marcouville et en plein centre-ville de Pontoise (Val-d’Oise), au restaurant Lucy Bistro, de nombreux lecteurs et internautes ont signalé avoir été victimes ou témoins de faits similaires un peu partout.

Même chose quartier des Louvrais près de la piscine. L’armoire est grande ouverte ! », indique Michel.
« Idem pour celle de la Poste, face à la mairie et rue de Gisors face à la Citadelle », précise Étienne Doumenc, l’ancien président de l’association de commerçants Les Vitrines de Pontoise.
« Très souvent les armoires du centre-ville sont ouvertes. J’ai moi-même été victime d’un arrêt Internet après un acte de vandalisme rue de la Bretonnerie », confie Élisabeth.
« Les armoires sont ouvertes en permanence. N’importe qui peut trifouiller dedans ! », regrette Daniel.[…] Des faits pas seulement observés à Pontoise.

Mais qui est responsable de ces « hubs » de raccordement ?
« Seul le premier opérateur à avoir installé les boîtiers peut déposer une plainte en cas de vandalisme, répond la Ville de Pontoise. C’est donc Orange sur la quasi-totalité du territoire de la commune. Excepté pour certains grands ensembles collectifs qui ont opté pour une répartition des charges entre les bailleurs et les opérateurs. » […]
« Notre réseau a subi récemment des dégradations dues aux intempéries et surtout au vandalisme », admet Orange.
L’opérateur téléphonique indique qu’il « remet en état son réseau, en coordination avec les municipalités, en particulier celle de Pontoise, dont la réactivité est à saluer ».
Quant au remplacement des hubs :
« Dans quelques cas, l’armoire doit être reprise totalement avec les autres opérateurs présents, ce qui se fait avec un certain délai variable selon chaque interlocuteur. Il faut intégrer que les interventions sur les connexions clients ne sont réalisées que par l’opérateur du client, selon la règle de la concurrence. Un délai d’au moins un mois est, en général, nécessaire. » […]

La mairie de Pontoise refuse, par ailleurs, « d’affirmer qu’il s’agit bien de délits ». Selon elle, les vandalismes peuvent tout aussi bien être liés à « des conflits de voisinage, à l’expression d’une opposition sociale, à certains prestataires employés par les opérateurs qu’à un réseau organisé ».
Selon un cadre technique de chez Orange, il n’y aurait « rien de financièrement intéressant à voler » dans ces fameuses armoires. Pour ce dernier, l’existence d’un trafic serait donc « fortement improbable ». Le commissariat de Cergy-Pontoise ne dispose, quant à lui, « pas d’élément sur le sujet ».

Certains habitants craignent cependant pour la sécurité de leurs données personnelles.
« Non seulement les armoires contiennent du câblage, mais des dispositifs de gestion qui contiennent, entre autres, des adresses IP. Cerise sur le gâteau, des informations techniques assez confidentielles sont dans une pochette plastique dans la porte intérieure », remarque Jean-Noël Wintergerst, internaute bien connu à Pontoise, qui se dit « du métier ».
« Non seulement le réseau d’un hub de raccordement est passif, mais il est impossible de s’y raccorder sans un matériel de pointe et des compétences exceptionnelles, tant le signal est puissant. Pour pirater les données des utilisateurs, il faut auparavant connaître les identifiants et mots de passe de chacun. Un tel fait n’a jamais été constaté en France », répond le cadre technique de chez Orange.

This entry was posted in Antitech, Bloquer les flux and tagged , , , . Bookmark the permalink.