Minsk (Biélorussie) : Solidarité avec l’anarchiste emprisonné Nikita Emelyanov

A2day.net / s.d. [mais peu avant le 23 février 2020]

Emelyanov était en troisième année à l’Université technique nationale de Biélorussie et travaillait comme coursier à côté de ses études. Il a été arrêté avec un complice le 20 octobre 2019, car soupçonné d’avoir essayé de mettre le feu à la prison pour détentions provisoires de Minsk, le SIZO1. L’action a été menée en solidarité avec des prisonniers politiques. Le juge Alexander Yakunchikhin l’a condamné à 7 ans de prison dans une colonie à régime renforcé.

Emelyanov est arrivé à l’anarchisme progressivement, en évoluant à partir d’une position social-démocrate, avec un bref passage par des idées nationalistes de gauche. Il était administrateur du canal Telegram « Chorny Supracivus ».

« Je ne voulais pas m’adresser à des dirigeants, je voulais être autonome ».

Se rendant compte qu’il était anarchiste, Nikita a pris la sage décision de ne pas rejoindre les organisations existantes. Les groupes anarchistes, qui sont sous étroite surveillance policière, ne peuvent vous apprendre que l’intrigue et la façon ne pas dépasser les limites établies par le système, transformant ainsi la lutte anarchiste en une farce. Au lieu de simuler un activisme, Nikita a choisi le chemin des attaques directes contre l’État.

Après avoir mené une belle attaque contre la prison et avoir réussi à s’échapper, le compagnon est tombé sur une patrouille de police et a été interpellé, avec un complice.

« La patrouille a vu deux jeunes hommes à un feu de circulation. Les fonctionnaires se sont approchés d’eux et leur ont demandé de montrer leurs documents et ouvrir sacs à dos. Ils ressemblaient à des randonneurs et ce qui était encore plus suspect, c’est qu’ils étaient habillés assez légèrement, par rapport au temps qu’il faisait. Ils avaient des pulls à capuches et des coupe-vents dans leurs sacs à dos, l’un d’eux sentait les produits chimiques ». (d’après le témoignage des flics)

Malheureusement, des erreurs qui ont été commises ont attiré l’attention de la patrouille. Des habits bizarres pour la saison, de l’essence dans son sac à dos, attendre à un feu de circulation, à un endroit visible… Une fois arrêté, Nikita s’est comporté avec fermeté, il a refusé de déverrouiller son téléphone et de parler aux enquêteurs.

Les recherches ultérieures et l’expertise informatique n’ont donné aucun résultat. La préparation de l’action avait été faite avec soin ; les matériels compromettants et les informations sur les participant.e.s avaient été nettoyés à l’avance. Aucune substance combustible n’a été trouvée sur les vêtements ou sous les ongles. L’itinéraire de retour a été retracé grâce à des caméras de surveillance de différents magasins, de son lieu de résidence à d’autres endroits de la ville, mais les participant.e.s à l’action n’y apparaissent pas.

N’ayant aucune preuve directe, les policiers ont eu recours à leur solution préférée et ont fait pression sur le complice de Nikita, Komar. Celui-ci a rapidement craqué et a signé une confession. En réalisant que son complice avait craqué et compte tenu des circonstances de son arrestation, Nikita a décidé de ne pas nier l’ensemble des accusations et a essayé de tout prendre sur lui. De cette façon, le tribunal n’aurait pas pu les inculper d’ « association » et les peines auraient été bien plus légères. Cependant, dans son témoignage lors de l’enquête, Nikita a commis une erreur et a dit qu’il y avait eu une distribution des rôles (prendre des photos, faire le guet, monter la vidéo), et que l’achat du matériel pour le cocktail Molotov avait été fait ensemble.

Pendant sa détention, Emelyanov n’a pas perdu courage, malgré l’interdiction de recevoir ou envoyer du courrier pendant toute la durée de l’enquête. Pour protester contre l’interdiction de correspondance, il a envoyé des lettres avec des dessins de flics, avec ses commentaires, ce qui lui a valu le mitard. Les policiers ont demandé les noms des participant.e.s à d’autres actions, ainsi que l’accès à son canal Telegram, en vain.

Au cours du procès, face à la possibilité d’une longue peine de prison, Nikita a fait preuve de courage et de dignité personnelle, sans se rabaisser à demander clémence. Contrairement aux inculpés de l’affaire « Réseau », Emelyanov n’a pas caché ses idées, afin de faire passer comme un pacifiste, et sa dernière déclaration au procès a été faite avec impassibilité. « Je crois que, dans la lutte pour la liberté, la justice et les droits humains, le but justifie les moyens ».

Nikita Emelyanov a prouvé qu’il était un anarchiste cohérent et un combattant digne d’exemple. Des idéaux et des qualités personnelles élevés exigent un prix élevé, que notre compagnon a accepté la tête haute, ce pour quoi il est respecté et tenu en grande estime.

This entry was posted in International, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.