Brest et Rennes : Les soirées des réacs ne se passent pas comme prévu

Brest (Finistère) : L’obscénité c’est notre vie

La Croix / mardi 28 janvier 2020

Le bâtiment de la Mission Saint-Luc, à Brest (Finistère), a été victime de vandalisme dimanche 26 janvier. Des inscriptions dégradantes (« Jésus est né d’une PMA ») et des menaces de mort (« I hope you die ») ont été taguées pendant la nuit sur les murs. Les serrures ont été vandalisées avec de l’huile de vidange ou des clés cassées. L’une des salles du centre devait accueillir, le lendemain, lundi 27 janvier, une conférence vidéo sur la bioéthique, organisée par le mouvement pro-vie, Alliance Vita.

« Une précédente rencontre, lundi 20 janvier, avait été perturbée par une soixantaine de personnes qui avaient tenté de s’y opposer. Alliance Vita avait dû faire appel à la police pour calmer le jeu », rapporte Mgr Laurent Dognin, évêque de Quimper et Léon. […]
La réunion, transférée dans un autre lieu de Brest, s’est finalement déroulée sans difficulté. Elle s’inscrit dans un cycle de visioconférences de l’Université de la vie, proposé par Alliance Vita. […]

À Rennes, une autre visio-conférence avait dû être annulée le 13 janvier, en raison de l’irruption d’une centaine de personnes dans l’auditorium de la Maison des associations, se revendiquant de mouvements féministes et LGBT. La police était intervenue pour évacuer les militants. Les gestionnaires du site, qui devait accueillir le cycle de l’Université de la vie, avaient préféré dénoncer leur contrat de mise à disposition passé avec Alliance Vita, après avoir reçu des renseignements de la préfecture indiquant que de nouvelles actions étaient envisagées lors des réunions des 20 et 27 janvier.

En septembre 2019, plusieurs tags relatifs à la question de la procréation médicalement assistée (PMA) et hostiles à l’Église catholique avaient été inscrits sur les murs de la façade de la maison du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.

*****

Rennes : On a vu de la lumière, alors on est rentré.e.s

Ouest-France / mardi 14 janvier 2020

Une centaine de personnes, certaines encagoulées, ont empêché l’association Alliance Vita , connue pour son positionnement anti-PMA et mariage pour tous, d’organiser une soirée sur le thème « Quel sens à la vie ? », ce lundi 13 janvier, à la maison des associations de Rennes. Du gaz lacrymogène aurait été utilisé, des documents de l’association détruits.

La délégation d’Ille-et-Vilaine de l’association Alliance Vita organisait lundi 13 janvier à partir de 20 h 15, à la maison des associations de Rennes, la première des quatre soirées de conférences prévues en janvier sur le thème « Quel sens à la vie ? ».

Une soirée qui n’a pas pu avoir lieu : vers 20 h, près de cent personnes, appartenant à différents mouvements de gauche ou d’extrême gauche, certaines encagoulées, sont arrivées sur place avec pour objectif d’empêcher la tenue de la réunion. Alertée, une patrouille de police est rapidement intervenue et est restée jusqu’au départ des manifestants peu après 21 h. Lundi soir, il n’y a eu aucune interpellation.

Alliance Vita se revendique en association « d’aide aux personnes confrontées aux épreuves de la vie » qui œuvre à la « sensibilisation du public et des décideurs à la protection de la vie humaine ». Ces dernières années, Alliance Vita a notamment participé aux manifestations contre l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, contre l’extension de la PMA (procréation médicale assistée) et la légalisation de la GPA (gestation pour autrui) et mené aussi des campagnes d’information sur la fin de vie. Récemment, une campagne d’affichage à Paris a été décriée.

« Nous étions huit adhérents d’Alliance Vita à l’intérieur de la salle quand nos opposants sont entrés. Nous étions arrivés vers 20 h, pour préparer la salle et accueillir la centaine de personnes inscrites », explique le délégué départemental d’Alliance Vita. Nous n’avons pas pu faire grand-chose. Deux d’entre nous ont reçu du gaz lacrymogène. Et tous nos documents prévus pour la formation ont été jetés ou détruits. La soirée a été annulée. »

L’action a été revendiquée par au moins deux collectifs militants homosexuels LGBTI (lesbienne, gay, bisexuelle, trans, queer, intersexe) et féministes qui considèrent Alliance Vita comme un mouvement d’extrême droite. [bah, ouais, ce sont des réacs ; NdAtt.] « Nous le rappelons, Alliance Vita milite contre l’avortement, le mariage homosexuel et la PMA. C’est pourquoi une centaine de personnes se sont retrouvées pour manifester leur mécontentement face à la tenue d’une telle réunion, revendique le collectif Noustoutes.org 35, dans un communiqué diffusé ce mardi matin. Car ces idées ne s’arrêtent pas à des mots mais ont de réelles conséquences sur la vie des femmes et personnes LGBTI. Humiliations, négation de droits, discriminations, agressions physiques et verbales ont lieu tous les jours. »

This entry was posted in Anticlérical, Antifa, Contre le patriarcat and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.