Du Rhône aux Bouches-du-Rhône : toujours essayer de regagner la liberté

Villefranche-sur-Saône (Rhône) : Cours, mec, cours !

Le Progrès / vendredi 17 janvier 2020

Incarcéré à la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône, ce Caldois de 25 ans était conduit ce jeudi 16 janvier au commissariat dans le cadre d’une enquête préliminaire pour vol avec effraction. Alors qu’il descendait, escorté par les forces de l’ordre, du fourgon de police, il a réussi a retirer ses menottes et à s’enfuir, blessant un policier au passage. Le détenu est activement recherché pour évasion. [article payant ; NdAtt.]

*****

Luynes (Bouches-du-Rhône) : Comme l’éclair

La Provence / mercredi 15 janvier 2020

Un homme, les mains menottées, courant à contresens sur l’A 51. Dans l’autre sens de circulation, des véhicules hurlants, gyrophares tournoyant, lancés à ses trousses pour tenter de l’attraper et de le sauver de sa folie. C’est à cette scène digne d’un film d’évasion qu’ont pu assister, samedi dernier, les automobilistes qui circulaient entre Aix et Marseille, au niveau de Luynes.

Tout commence un peu avant 15 heures. Un équipage de gendarmes ramène à la maison d’arrêt un individu placé sous main de justice. L’homme est menotté. Au moment où les portes du fourgon s’ouvrent, il bondit et s’enfuit à travers la forêt en direction de la rue des Trois-pigeons. Des renforts sont appelés pour tenter de rattraper le fugitif, repéré une première fois au niveau d’un rond-point, en direction de Bouc-Bel-Air. La police arrive en appui de la gendarmerie et s’engage sur l’autoroute en direction de Marseille lorsqu’elle aperçoit, sur la voie opposée, le détenu au pantalon rouge qui court comme un dératé sur la bande d’arrêt d’urgence en direction d’Aix-en-Provence.

À la vue des policiers, ce dernier tentera de traverser les voies au péril de sa vie et de la sécurité des automobilistes. La circulation sera coupée par mesure de sécurité, permettant l’interpellation de l’évadé, après 90 minutes de cavale. Il a réintégré sans attendre sa cellule à la maison d’arrêt.

*****

Grasse (Alpes-Maritimes) : Huit mois de taule en plus pour sa tentative d’évasion

RTL / vendredi 17 janvier 2020

En décembre dernier, un prisonnier avait réussi à s’évader quelques minutes de la maison d’arrêt de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, avant d’être rattrapé par un gardien sur le parking. Il vient d’être condamné à une peine de 8 mois de prison.

Au parloir avec sa compagne, le détenu de 36 ans a franchi tous les sas de contrôle et de sécurité, rapporte Ouest France. Une fois dehors, l’individu a été rattrapé sur le parking par un des gardiens de la prison qui lui a demandé sa pièce d’identité. Pour cette courte évasion de 4 minutes, l’homme a écopé d’une peine administrative de 30 jours en quartier disciplinaire et d’isolement carcéral. Il est aussi condamné à 8 mois avec maintien en prison.

La procureure de la République a reconnu, dans le quotidien Var Matin, des « défaillances, notamment l’absence de comptage. Tous les voyants étant au vert, il en a délibérément profité ». Convoqué le 13 janvier devant le tribunal correctionnel de Grasse, le prisonnier a tenté de s’expliquer : « J’ai voulu récupérer ma carte de prisonnier, la porte s’est refermée, […] j’ai passé tous les sas de contrôle de la prison et j’ai suivi le mouvement », a-t-il déclaré.

This entry was posted in Anticarcéral, Evasions, Nique la justice and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.