Centre pénitentiaire de Nancy-Maxeville : Feu aux prisons

L’Est Républicain / vendredi 27 septembre 2019

Stupeur hier soir à la prison de Maxéville. Six hommes, identifiés par les services de police comme des Black Blocks, ont surgi vers 21 h 15 devant l’établissement pénitentiaire. Là, rapidement et avec des gestes précis, ils ont tagué les murs de la prison. Quelques minutes auparavant, ils avaient brûlé des pneus, obstruant ainsi les deux axes principaux qui mènent à l’établissement. Quatre lettres « ACAB » ont été tracées sur la façade à l’aide d’une peinture fluorescente. Cet acronyme hostile aux forces de l’ordre « All cops are bastards », est apparu en Angleterre au milieu des années 80 lors du mouvement de révoltes des mineurs de fond.
« Feu aux prisons » est la deuxième inscription tracée par les six hommes. Ces derniers se sont ensuite attaqués à coups de marteaux à la porte réservée au personnel. Cette dernière a été fortement endommagée. Ils ont, enfin, épandu une huile noirâtre sur une autre porte de l’établissement, celle réservée aux passages des véhicules.

FranceInfo / samedi 28 septembre 2019

« Ils ont fracassé la porte d’entrée à l’aide d’un marteau », témoigne samedi 28 septembre sur France Bleu Sud-Lorraine Fadila Doukhi [celle avec la chasuble du syndicat, dans la photo ci-contre; NdAtt.], secrétaire régionale du syndicat FO Pénitentiaire, après l’attaque de la prison de Nancy-Maxéville, en Meurthe-et-Moselle, vendredi soir. Huit personnes cagoulées et habillées en noir ont cassé la vitre de sécurité de la prison à coups de marteau aux alentours de 21 heures et lancé des fumigènes, avant de taguer le mur du centre pénitentiaire. Les mots « Feu aux prisons » et « ACAB » […]
Les malfaiteurs ont réussi à s’enfuir avant l’arrivée de la police. « Il y a une vitre qui ne peut pas avoir d’impact de balle, et eux, avec un marteau, ils ont réussi à la fracasser tellement c’était puissant, en moins d’une minute« , affirme Fadila Doukhi. […]

*****

Note d’Attaque : les journaflics de BFMTV font le lien entre cette belle action et la manifestation qui aura lieu cet aprèm à Nancy, contre le de projet de poubelle nucléaire à Bure.
Et, en parlant de la taule de Nancy-Maxéville, n’oublions pas qu’un compa, enfermé là-bas depuis la réoccupation-éclair du Bois Lejuc de juillet.
Pour lui écrie, adressez vos lettres la Maison de résistance (2 rue de l’Église, 55290 Bure) et elles lui seront transférées. [MAJ du 19/12/2019]

[in italiano]

  

This entry was posted in Anticarcéral and tagged , , , . Bookmark the permalink.