Athènes (Grèce) : Informations et explication politique des faits du 21 septembre à Exarcheia

athens.indymedia.org / dimanche 22 septembre 2019

Le 21 septembre, un membre d’un groupe mafieux qui, en 2018, avait attaqué à mais armée des migrant.e.s, a été menacé avec une arme, pour qu’il quitte la quartier d’Exarcheia.

Cette personne précise, qui au début a commencé son activité dans un groupe d’aide humanitaire exploitant les migrant.e.s pour se faire du fric et mener des activités mafieuses derrière le pare-vent de l’aide aux réfugié.e.s, a attaqué des migrants avec un pistolet, en 2018.

En 2018, pendant la domination mafieuse sur la population réfugiée, il y a eu une attaque à main armé contre des migrant.e.s qui refusaient de prendre les ordres de la mafia ; la nuit du 21 septembre, tout comme cela s’est passé en 2018 contre des migrant.e.s (il avait mis un flingue sur la tête des ces migrant.e.s et les avait menacé.e.s), nous avons trouvé cette personne sur une place d’Exarcheia, que nous nous sommes engagé.e.s à libérer des maffieux, des violeurs, des fascistes et des flics. Au début, on lui a demandé de partir et quitter notre quartier, mais il a refusé de partir, de façon machiste, du coup la responsabilité sociale de la lutte nous a suggéré de lui mettre un flingue sur la tête et on l’a foutu dehors de notre quartier.

Pendant la répression étatique et la militarisation d’Exarcheia, la collaboration entre la mafia et les flics était claire à nos yeux ; les mêmes flics qui fournissent de la drogue à la mafia pour contrôler et détruire notre quartier et trouver une excuse pour l’intervention étatique dans le secteur ; on sait que les mafieux ont aussi collaboré avec la police en tant que mouchards, pour donner des informations à propos des combattant.e.s, en particulier les combattant.e.s armé.e.s.

La punition sociale arrivera…
Vive la lutte armée et l’anarchie

This entry was posted in Bouffe du riche, Portraits de collabos, Squats and tagged , , , , . Bookmark the permalink.