Des mauvais moments pour les bleus (fin juin 2019)

Strasbourg : Toujours hostiles face aux uniformes

20 Minutes / jeudi 18 juin 2019

Nuit de tensions dans la nuit de lundi à mardi à la Cité nucléaire à Cronenbourg, un quartier de Strasbourg. Il était 22h30 lorsque les sapeurs pompiers sont intervenus pour une dizaine de feux de poubelles dans les rues, notamment rue Keppler ou Curie. A leur arrivée, les pompiers ont noté la « présence de nombreuses personnes hostiles. » Toujours selon le rapport du Service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin (Sdis 67), le véhicule de l’officier, en attente des forces de l’ordre, a été victime d’un jet de cocktail Molotov. Fort heureusement, les dégâts sont uniquement matériels.
Appuyés par les forces de l’ordre venues en nombre, les secours ont maîtrisé les feux de poubelles. Selon le commissaire Hayet, directeur adjoint de la sécurité publique de Strasbourg, une porte d’immeuble a également été dégradée et un projectile incendiaire a été lancé en direction d’un bus de la CTS [Compagnie de Transports Strasbourgeois; NdAtt.]. Le commissaire relève également des refus d’obtempérer, des jets de projectiles sur les services de police mais aussi des pompiers et un regroupement rue du Champ-de manœuvre. Dans le même temps, les forces de l’ordre ont procédé à six interpellations.

L’origine de cette flambée de violence pourrait être liée à l’accident de scooter qui a coûté la vie à un jeune homme de 17 ans dans le même secteur, dimanche soir, explique le commissaire. « Des tags avec le prénom de la victime ont en effet été retrouvés. » Pour rappel, ce dernier, qui « roulait sans casque et à contresens sur un scooter inscrit comme volé, a fait, seul, une chute fatale, précise le commissaire. Il n’y avait pas de véhicule de police à proximité. »
Sur les six personnes placées en garde à vue, seuls deux hommes ont été déférés au parquet de Strasbourg, placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès en septembre.

*****

Dreux (Eure-et-Loire) : Comme on accueille les bleus

L’Écho Républicain / mardi 4 juin 2019

Tout commence vers minuit, lundi 3 juin : des pompiers interviennent dans l’une des grandes tours des Oriels, à Dreux, pour une panne d’ascenseur. L’équipe d’intervention est prise à partie et reçoit des projectiles. Les pompiers demandent alors l’appui des policiers.
Une patrouille se rend dans cette cité située sur le plateau est de la ville. Mais, l’arrivée des policiers attise la tension et la patrouille est accueillie par des noms d’oiseau et des jets de pierres.
Une cinquantaine de jeunes adultes font face aux policiers. Un jeu d’enfants dans l’un des espaces publics, est incendié. La tension monte d’un cran quand les jeunes s’avancent vers les policiers, bien décidés à aller au contact. Les policiers desserrent l’étau avec des tirs de lacrymogène et des balles de défense. Ils appellent des renforts qui viendront du commissariat de Chartres. Face au nombre de policiers, les jeunes gens se découragent et se dispersent dans la nuit.
Personne n’est blessé, le calme revient sur les Oriels qui peuvent enfin s’endormir. Au commissariat, le commandant Emmanuel Delavallade décide de renforcer le dispositif de surveillance de ce quartier en pleine zone de sécurité prioritaire.

*****

Dole (Jura) : Et on se demande encore pourquoi les flics sont visés ?

La Voix du Jura / mardi 4 juin 2019

Dans la cité des Mesnils-Pasteur de Dole en proie aux violences urbaines, la violence est montée d’un cran dans la nuit de dimanche à lundi. Ces derniers temps, les pompiers étaient déjà victimes de caillassages à chaque venue dans le quartier.
Dans la nuit de samedi 1er à dimanche 2 juin 2019, cinq véhicules ont été incendiés, dont quatre au lycée Jacques-Duhamel. Il s’agissait de véhicules de l’EMOP (équipe mobile d’ouvriers professionnels) dont les employés du lycée ont été privés, lundi matin.
Pour faire face aux insurgés, des renforts de la BAC (brigade anticriminalité) de Besançon, Mâcon et Dijon se sont déplacés afin d’épauler leurs collègues du commissariat de Dole.
Selon une source proche du dossier, « ce sont les forces de l’ordre qui sont visées, mais on ne sait pas pourquoi ». La police déplore un blessé léger dans ses rangs, qui a été placé en arrêt de travail alors que le commissariat fonctionne à flux tendu faute de personnel.
Quatre interpellations ont eu lieu lundi et l’enquête est encore en cours. Une comparution immédiate a eu lieu mardi au tribunal de grande instance de Lons-le-Saunier. Certains endroits étant équipés de caméras de vidéosurveillance, cela permettra peut-être d’identifier les coupables. Le quartier était plutôt calme ces derniers mois.

*****

Maubeuge (Nord) : Chaque occasion est bonne pour s’en prendre aux flics

La Voix du Nord / mardi 2 juillet 2019

Un nouvel épisode de violences urbaines a eu lieu dans le quartier de Sous-le-Bois au cours de la nuit de lundi à mardi. Un peu plus tôt, la sélection algérienne venait de remporter une nouvelle victoire en coupe d’Afrique des nations de football. Les supporters ont donc exulté dans les rues, mais la situation a fini par dégénérer. Un feu de détritus, volontaire, s’est déclaré dans le secteur. Selon nos informations, les policiers ont essuyé des jets de projectile sur leur véhicule, d’autres fonctionnaires ont été également été pris à partie. Aucun d’eux n’a été blessé assure ce mardi la direction départementale de la sécurité publique.

Un individu a été interpellé puis placé en garde à vue. Le calme est revenu à Sous-le-Bois en fin de nuit. Ce nouvel incident intervient dans un contexte tendu dans le secteur ces derniers temps. La semaine dernière, ce sont les pompiers qui ont été pris pour cible au même endroit. Notamment jeudi soir où les soldats du feu ont été caillassés en intervenant sur un feu de poubelle. Le véhicule d’un officier avait été touché par un pétard puis par un jet de pavé. Une plainte avait été déposée le lendemain. Une scène similaire s’était jouée dans la nuit de lundi à mardi au niveau de l’immeuble Fauquets derrière la rue d’Hautmont.

*****

Firminy (Loire) : Les caméras arrachées… et ne pensée pour les bleus

Le Progrès / jeudi 13 juin 2019

Dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs individus ont pénétré avec effraction dans le hall d’immeuble au 6-8 cours des Marronniers, dans le quartier du Mail à Firminy. Ils ont arraché l’interphone et les caméras de vidéosurveillance et commis des dégradations sur les vitres. Une fois à l’intérieur, ils ont écrit des tags injurieux sur les parties communes en ciblant les policiers de l’Ondaine. […]

*****

Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) : Tout le monde déteste la police… municipale

Temps Réel 78 / vendredi 28 juin 2019

Hier en fin d’après-midi, des tags injurieux ont été découverts sur quatre pylônes place du marché. Ces inscriptions peintes à la bombe de peinture noire insultent nominativement des effectifs du bureau de police de la commune.

*****

Fougères (Ille-et-Vilaine), mi-juin.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.