Rome (Italie) : Pour un Mai subversif

Anarhja.info / mardi 21 mai 2019

Même si ce qui nous pousse à l’action est principalement le fait de satisfaire notre besoin de dépasser la frustration et le sentiment d’impuissance dans lesquels ce système d’oppression voudrait nous cantonner, cette fois-ci on a quelques raisonnements qui nous travaillent l’esprit et qu’ on voudrait exprimer.

On s’est rendu compte que le fait de se balader la nuit, pour l’éclairer avec des incendies ciblés, c’est une pratique qui est en train de se diffuser. Des cibles choisies, comme des véhicules appartenant à des entreprises engagées dans des projets de la domination (comme la guerre, la construction de structures de détention, les expulsions, etc.), des structures du réseau technologique (comme des laboratoires, des antennes relais, des armoires de fibre optique ou des entreprises qui les gèrent ou y collaborent) sont attaquées de plus en plus fréquemment et avec des moyens simples et faciles à se procurer. Cela, avec leur diffusion dans les territoires et dans les métropoles, aide la reproductibilité des actions qui les prennent pour cible. On a vu augmenter en particulier les attaques contre des véhicules d’autopartage Enjoy, société qui appartient à ENI [voir par exemple , ou ; NdAtt.], une multinationale italienne qui, depuis des années, saccage des territoires et pille des ressources avec l’appui de l’État italien.

Du coup, pour renforcer ce front de la guerre sociale en cours, la nuit su 7 mai on a laissé du matériel inflammable et des dispositifs d’amorçage sous 6 voitures, on les a incendiées et on s’est cassés.

Les attaques et les sabotages perpétrés par des anarchistes sont en effet peu plus que des étincelles dans le noir, mais quand ils convergent vers le même objectif ou bien ils se concentrent dans une même période ou lieu spécifique, le spectacle peut être passionnant, en plus de causer quelques ennuis encore aux défenseurs et à ceux qui investissent dans ce système. Comme cela a été le cas lors de la récente campagne contre Poste Italiane, qui collaborait aux expulsions des personnes non désirées par les riches européens, avec sa filiale Mistral Air. Les attaques incessantes, sous des formes différentes, ont obligé Poste Italiane à arrêter sa collaboration avec l’État et à diffuser par la suite un communiqué officiel dans lequel ils confirmaient qu’ils n’allaient plus effectuer des vols d’expulsion. Une preuve de plus que l’action directe, si elle est bien ciblée et se situe dans un contexte, est efficace. Voilà donc notre invitation à se souvenir plus souvent de cela et à ne pas se limiter à des éclairs dans l’obscurité, occasionnels même si spectaculaires; écoutons ce qui se passe et les propositions de campagnes d’attaque spécifiques, incendions constamment, ainsi que lors de nuits précises, ce « meilleur des mondes », faisons en sorte que la guerre sociale en cours soit visible, même si le pouvoir essaye de la cacher à tout prix, pour qu’elle ne vive pas seulement dans les têtes des subversifs et sur leurs sites internet.

Nous répondons à l’appel pour un Mai subversif international, en solidarité avec les compas frappé.e.s par la répression en Italie.
Que de nombreux feux s’allument, se suivant l’un l’autre, jusqu’à quand, enfin, la prairie s’enflamme !
Solidarité avec les compagnon.ne.s qui ont reçu des condamnations très dures lors de la première instance du procès Scripta manent… vengeance !!!
Solidarité aux prisonnier.e.s et aux inculpé.e.s pour les opérations Panico, Renata, Scintilla, avec les compagnonnes arrêtées à Madrid, avec Stefano et Marco arrêtés à Paris.
Pour finir, une pensée pour le compagnon Mauricio Morales, dix ans après sa mort.

Pour l’Anarchie

This entry was posted in International, Réflexions et débats sur l'attaque et l'anarchisme and tagged , , , , . Bookmark the permalink.