Saint-Sylvestre : Une soirée officiellement calme, mais à bien regarder…

A Nice

NdAtt. Une nuit du réveillon qui aurait été plus calme que celles des dernières années, du moins officiellement, mais qui a vu en tout cas des nombreuses personnes s’en prendre aux chiens de garde de ce monde et foutre le feu à quelques-unes de ses manifestations, notamment des voitures.

On pourrait critiquer bien d’aspects de ce type de conflictualité, notamment sa ritualisation à des dates précises (le 31 décembre, le 14 juillet, depuis quelques années aussi Halloween) et sa forte localisation géographique (explicable du fait de la « ghettoïsation » des plus pauvres dans les zones périurbaines).
Ce formes de révolte restent cependant complètement irrécupérables par le pouvoir, car leur « autisme » peut porter en soi le refus concret de l’État dans toutes ses expressions ;  sont pris pour cible les flics, mais aussi tous les équipements publics (écoles, mairies annexes, bibliothèques, gymnases…). Le souvenir de Novembre 2005 est toujours là et il hante le sommeil des puissants à un niveau bien plus profond que des revendications de démocratie référendaire ou de baisse des taxes, même si celles-ci sont portées avec des moyens violents.

Du coup, pendant que la droite et l’extrême droite, les identitaires, les souverainistes, les confusionnistes, la France Insoumise, les appelistes et même certains anarchistes essayent de saisir l’occasion de gagner en visibilité politique avec leur drague des Gilets jaunes, nous préférons regarder à ces exemples de rage irrécupérable.

*****

Île-de-France : Le Ministère garde un silence prudent à propos des incendies de voitures, mais ce n’était pas si calme que ça

Le Parisien / mardi 1er janvier 2019

Mantes-la-Jolie (Yvelines)

Le ministère de l’Intérieur refuse de donner un bilan chiffré des incendies de voitures.
Le réveillon de la Saint-Sylvestre, marqué cette année par un important déploiement de forces de l’ordre, n’a pas connu d’incident majeur. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et Laurent Nuñez, son secrétaire d’Etat, ont loué le « bon déroulement et la bonne physionomie d’ensemble ». Place Beauvau, on ne donne cependant pas de bilan chiffré. Le décompte effectué par les préfectures met en évidence une augmentation des interpellations par rapport à l’année passée (370 contre 300 en 2017).
Le chiffre des voitures brûlées reste un secret bien gardé, l’Intérieur refusant à donner un chiffre afin de « ne pas donner lieu à une émulation malsaine ». Selon nos informations, 277 véhicules ont été incendiés en Ile-de-France (dans les secteurs gérés par la police) [le même torchon en avait comptée 250 au réveillon passé – il y aurait donc eu même une petite hausse, n’empêche leur « important déploiement de forces de l’ordre »; NdAtt.], dont 99 pour la seule Seine-Saint-Denis. Dans les Yvelines, 54 voitures ont été détruites. Les informations collectées par la presse régionale font par ailleurs état d’une vingtaine d’incendies de véhicules dans le Rhône, une vingtaine en Seine-Maritime, une quarantaine dans les Alpes-Maritimes, ou encore 22 dans les Bouches-du-Rhône. Ces deux dernières années, le nombre de véhicules incendiés en France le soir de la Saint-Sylvestre avoisinait le millier.

*****

Yvelines : Un réveillon plus chaud qu’à l’accoutumé

Le Parisien / mardi 1er janvier 2019

Mantes-la-Jolie

Dans les zones urbaines des Yvelines, 41 voitures ont été incendiées et 13 autres ont été touchées par propagation des sinistres, durant la nuit de la Saint-Sylvestre. Ce bilan est en forte hausse par rapport à l’an dernier : 23 voitures avaient brûlé dans le département dans la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018.
Le plus grand nombre de véhicules incendiés est recensé dans le quartier du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie. Trappes vient ensuite. Trois adolescents, âgés de 15 à 17 ans ont été interpellés vers 22 h 30 dans cette ville, rue Pierre Ronsard, alors qu’ils prenaient la fuite près de l’incendie d’une voiture qui s’est étendu à deux autres véhicules stationnés à côté. Ils étaient en possession d’un briquet et, chose plus suspecte, d’un chalumeau. Le secteur de Chanteloup-les-Vignes et Poissy complète le triste podium des incendies du Réveillon dans les Yvelines. Par ailleurs, les forces de l’ordre ont été prises à partie avant de riposter à Trappes et Guyancourt.

selon autre article du même torchon, les flics ont été caillassé pendant qu’ils interpellaient une ordure pour une tentative de viol et « Les fonctionnaires sont obligés de tirer à vingt reprises vers le groupe hostile pour le disperser et parviennent à maîtriser la situation grâce l’arrivée d’une autre patrouille. »

*****

Seine-Saint-Denis : Vous avez dit « calme » ?

Le Parisien / mardi 1er janvier 2019

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, 99 voitures ont été incendiées en Seine-Saint-Denis, dont 27 par propagation, nécessitant l’intervention des pompiers. […] Par ailleurs, neuf feux de poubelles ont été recensés.
Au total, 31 personnes ont été interpellées et 24 placées en garde à vue par les forces de l’ordre

*****

Mulhouse : Les voitures crament, les flics se mangent des mortiers

France Bleu / mardi 1er janvier 2019

La nuit de la Saint-Sylvestre a été marquée une nouvelle fois à Mulhouse et dans son agglomération par des violences urbaines. Les pompiers sont intervenus à une centaine de reprises pour éteindre des feux de véhicule et de poubelle. La police a procédé à une dizaine d’interpellations.
[…] Dans l’agglomération de Mulhouse, une cinquantaine de véhicules ont été incendiés. La préfecture du Haut-Rhin se refuse à confirmer ces chiffres. Les autorités veulent éviter les compétitions entre quartiers ou entre villes comme cela a pu être le  cas dans le passé.
Ce mardi matin, de nombreuses carcasses de véhicules étaient toujours en place et les entreprises de dépannage s’activaient pour les enlever.
C’est semble-t-il dans une commune de la proche banlieue mulhousienne, à Illzach, ville de 15.000 habitants ,que les violences ont les plus fortes durant la nuit de la Saint Sylvestre. Le dispositif des gendarmes locaux avait pourtant été renforcé par l’apport d’un escadron de gendarmes mobiles positionné sur Mulhouse. Souvent ce sont des véhicules qui étaient déplacés intentionnellement avant d’être brûlés.
Il y a eu des tirs de mortier d’artifice en direction des forces de l’ordre et 13 voitures incendiées dans cette commune, mais pas de blessé à déplorer.
Les pompiers sont intervenus à une centaine de reprises pour des feux de poubelle ou de voiture dans l’agglomération. Au total il y a eu une dizaine d’interpellations.
Des violences similaires ont été enregistrées à Colmar et à Strasbourg . Dans cette ville , on comptait encore mardi après-midi une vingtaine de personnes placées en garde à vue, suite aux violences de la nuit.

*****

Alsace : Dans le reste de la région ça bouge aussi

L’Alsace / mardi 1er janvier 2019

toujours à Mulhouse

Il n’y aura aucun bilan officiel, concernant les violences urbaines de la nuit de la Saint Sylvestre, effectué par les services de l’Etat sur le département du Haut-Rhin. La Préfecture ayant clairement annoncé que toute la communication se ferait au niveau national. Mais la nuit du 31 décembre 2018 n’a pas été de tout repos pour les policiers, les gendarmes et les pompiers dans toute l’agglomération mulhousienne.
Dès 16h lundi, le plan « Violences urbaines » a été déclenché chez les hommes du feu. Et dès cet heure-là, ils ont commencé à multiplier les interventions à Mulhouse et dans toute son agglomération. Des voitures, des bennes à ordures, des poubelles, du mobilier urbain : dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019, les pompiers sont intervenus plus d’une centaine de fois pour éteindre des incendies. Si aucun chiffre n’a été évoquée, il semble qu’une cinquantaine de voitures ont brûlé durant la soirée, principalement à Mulhouse mais aussi à Illzach (une douzaine), l’autre commune la plus touchée par les violences urbaines, à Sausheim, à Wittenheim, à Kingersheim et à Pfastatt.
Les gendarmes de la compagnie de Mulhouse, qui étaient plus d’une centaine mobilisés sur le dispositif « Saint-Sylvestre » ont eu fort à faire dans les quartiers du Chêne Hêtre et des Jonquilles à Illzach où ils ont essuyé des tirs de mortiers.
Dans le quartier mulhousien jouxtant le quartier des Jonquilles, à savoir le quartier du Drouot, la situation a également été tendue pour les policiers mulhousiens. Un demi escadron de gendarmes mobiles étaient d’ailleurs stationné entre ces deux quartiers, pour intervenir. Dès minuit, au Drouot, des mortiers ont été tirés contre des coffrets électrique, pour plonger le quartier dans le noir, et des policiers. Il y a également eu des tirs de mortiers, dans le quartier de Bourtzwiller à Mulhouse, notamment rue de Saint-Nazaire. Dans ce quartier, la situation est redevenue calme vers 1h. C’est à ce moment que les pompiers, pour des raisons de sécurité, ont demandé l’intervention des gendarmes mobiles pour les soutenir afin qu’ils éteignent le traditionnel feu de palettes allumé sur la place centrale de la rue de la Navigation Mulhouse. Une intervention qui n’a pas du tout été du goût des personnes présentes.
Dans les quartiers du Béarn à Kingersheim et du Markstein à Wittenheim, il y a aussi eu quelques affrontements avec la police. Vers 3h du matin, des policiers mulhousiens sont venus renforcer les dispositifs mis en place dans ces quartiers afin de faire évacuer les derniers fauteurs de troubles.
Enfin, il y a aussi eu quelques incendies à Wittelsheim, dans le quartier de la Thur où il y avait de nombreux gendarmes.
Les forces de l’ordre, un peu partout dans ces différents quartiers, ont dû faire usage à plusieurs reprises de tirs de balles de défense, de grenades lacrymogènes et dispersantes. Ils ont subi plusieurs jets de pierres (la vitre d’une voiture de police a été endommagée) et de mortiers.
Une dizaine de personnes ont été interpellées durant cette nuit, pour des problèmes liés à une forte consommation d’alcool (ivresse sur la voie publique ou conduite en état d’ivresse), pour des outrages et pour de la rébellion.

*****

Montpellier : Bagnoles, motos, containers : tout y passe

e-metropolitain / mardi 1er janvier 2019

La nuit du réveillon du jour de l’An aura été particulièrement agitée dans le quartier de la Mosson-la Paillade, à Montpellier. Selon nos informations, confirmées par une source présente sur le quartier en cette nuit de lundi à mardi, vingt voitures et dix deux-roues motorisés -motos et scooters- qui étaient en stationnement dans des rues de ces cités ouest montpelliéraines ont été la proie des flammes. À cette liste, il faut ajouter dix containers volontairement incendiés. Les sapeurs-pompiers du Sdis 34 du centre de secours principal Jean Guizonnier ont reçu le renfort des pompiers volontaires de la caserne de Pignan pour traiter toute ces interventions nocturnes.
Les policiers de la Sécurité publique du commissariat central qui étaient sur place sont chargés de l’enquête. Des collègues de la police technique et scientifique ont effectué des prélèvements sur les véhicules et les deux-roues motorisés pour déterminer quel système de mise à feu a été utilisé.
Dans le département, des véhicules et des poubelles ont également été incendiés à Béziers et à Frontignan-la Peyrade, notamment, où des enquêtes sont également en cours.
Ce mardi soir, aucun chiffre officiel du nombre total de véhicules incendiés en cette nuit du réveillon n’a été communiqué par la préfecture de l’Hérault.

*****

Nantes : Le centre socioculturel totalement détruit par les flammes

Ouest-France / mardi 1er janvier 2019

Le feu n’a pas fait de quartier. Vers 10 h 30, ce mardi 1er janvier 2019, lorsque les pompiers quittent les lieux du désastre, il ne reste plus que la carcasse calcinée du centre socioculturel de la Petite-Sensive, à Nantes Nord. L’enquête qui démarre tout juste ne permet pas, pour l’heure, de savoir comment l’incendie a démarré. Ce qu’on sait, cependant, c’est qu’un feu de poubelle déclenché vers 21 h, la veille au soir, avait noirci le mur d’un local attenant au centre, avant que les pompiers ne l’éteignent. Est-ce ce même foyer qui a repris vers 7 h, en ce premier jour de 2019 ? S’agit-il d’un nouvel incendie volontaire ? Les policiers de la cellule de lutte contre les incendies vont procéder, dans les heures qui viennent, aux investigations nécessaires pour expliquer le sinistre qui, heureusement, n’a pas fait de victime.
En attendant, le quartier sera privé de son centre socioculturel géré par l’Accoord, construit en 2001. Le CSC venait de bénéficier de gros travaux d’amélioration, qui avaient coûté 25 000 €. […]

Par ailleurs, les policiers et les pompiers ont dû intervenir, toute la nuit, dans plusieurs quartiers nantais, pour des feux de poubelles et de véhicules, pour un nombre équivalent à celui des années précédentes, précise la préfecture, qui ajoute : « Les forces de l’ordre ont été visées par des jets de projectiles, du côté des Bourderies et de Malakoff, à Nantes. Des véhicules ont été touchés, dégradés, mais il n’y a pas de blessés à déplorer » .

 

*****

Nice : Ici aussi c’est officiellement calme, mais les flics se font caillasser et les caisses brûlent

Nice-Matin / mardi 1er janvier 2019

La nuit de la Saint-Sylvestre a été « relativement calme » officiellement. Mais une quarantaine de voitures ont été incendiées et des secouristes ont été pris à partie, selon nos informations. Deux carcasses sur le toit, hier matin, à l’angle des rues Anatole-de-Monzie et Guiglionda-de-Sainte-Agathe à Nice… spectacle malheureusement habituel au lendemain de la Saint-Sylvestre à ce carrefour du quartier de l’Ariane.
La préfecture des Alpes-Maritimes ne communique plus les chiffres des incendies volontaires pour éviter que des quartiers entrent dans une forme de surenchère. [article payant; NdAtt.]

*****

Sarrebourg : Guet-apens pour policiers et pompiers

Le Républicain Lorrain / mardi 1er janvier 2019

[Le soir du 31; NdAtt.] un groupe de jeunes cagoulés a fait irruption dans la rue et mis le feu à une voiture. Le témoin poursuit son récit : « Au moment où les sapeurs-pompiers intervenaient pour éteindre les flammes, ils ont été pris à partie par les individus. »
Derrière leurs carreaux, les riverains ont assisté à un caillassage visiblement dicté par une envie stupide d’empêcher les hommes du feu de remplir leur mission. Pressentant le piège, de nombreux policiers les accompagnaient. Ils ont réussi à contenir la fougue des malfaiteurs.
L’incendie une fois éteint, les forces de l’ordre et les pompiers ont quitté les lieux. Pas pour longtemps, car un nouveau brasier alimenté par pneus, bois et détritus divers a été allumé à quelques mètres de là. Cette seconde intervention des secours a donné lieu à un scénario identique, avec jet de projectiles et provocations.
Peu avant les douze coups de minuit, les secours toujours encadrés par les policiers, sont revenus éteindre l’abri bus, lui aussi dévasté par un feu.
Pour mieux contenir l’audace de la bande de malfaiteurs et éviter qu’ils ne s’approchent des hommes en train de sécuriser les lieux, les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène.
Vers 1 h 30 du matin, le calme était revenu. Excepté des dégâts matériels sur le mobilier urbain et des bosses sur les carrosseries des véhicules d’intervention, ces échauffourées n’ont pas fait de blessé. Personne n’avait encore été interpellé hier soir. Selon le témoin, ces exactions auraient été commises par des jeunes habitants à quelques encablures de la cité.

Selon l’Est Républicain, « La nuit de la Saint-Sylvestre a été agitée dans le Bassin houiller. Neuf véhicules ont été incendiés à Forbach, Behren-lès-Forbach, Théding, … » [article payant; NdAtt.]

*****

Rhône : Une cinquantaine de caisse part en fumée

Lyon Capitale / mardi 1er janvier 2019

[…] Le bilan est similaire à l’année précédente, avec une cinquantaine de voitures brûlées, principalement à l’est de l’agglomération, à Lyon ainsi qu’à Villeurbanne. Une trentaine de voitures auraient été directement enflammées et une vingtaine d’autres auraient été calcinés par la propagation des flammes. Pour l’heure, la préfecture n’a pas communiqué plus précisément sur les interventions des pompiers et des force de l’ordre, largement mobilisés au cours de la nuit du réveillon.

*****

Toulouse : Parmi les villes les plus « touchée »

France3 / mercredi 2 janvier 2019

[…] Sur Toulouse, 43 véhicules ont été incendiés. L’an dernier, 50 voitures sont parties en fumée. Pour le moment, le ministère de l’Intérieur n’a pas encore communiqué les chiffres nationaux. Mais, selon les premières tendances, Toulouse figure parmi les villes françaises les plus touchées. […]

*****

Bordeaux : Une quinzaine de voitures incendiées

Sud-Ouest / mardi 1er janvier 2019

[…] La Gironde et Bordeaux Métropole n’ont pas été, cette année encore, le théâtre de flambée de violence et d’incivilités. Dans la circonscription de Bordeaux, une quinzaine de véhicules ainsi que quelques poubelles ont été incendiés. […]

*****

Bouches-du-Rhône : Une vingtaine de voitures flambent

France3 / mardi 1er janvier 2019

[…] Selon un premier bilan de la préfecture de police, durant la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2019, 22 voitures ont été brûlées dans les Bouches-du-Rhône, dont 8 à Marseille et 9 à Miramas, ainsi qu’une vingtaine de poubelles.
Un bilan relativement calme. Dans la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018, 15 voitures et 40 poubelles avaient été brûlées et l’année précédente, le bilan avait été bien supérieur avec 30 voitures et 50 poubelles brûlées.

*****

Amiens : Ça brûle moins que d’habitude

Le Courrier Picard / mardi 1er janvier 2019

Les CRS étaient en renfort, hier soir, pour la nuit du réveillon à Amiens qui a été relativement calme. Les forces de l’ordre sont intervenues dans les quartiers Etouvie et Sud-Est où quelques départs de feu ont été constatés, notamment sur des voitures et des poubelles. Au total, moins de dix voitures ont été incendiées la nuit dernière.

*****

Calais (Pas-de-Calais) : Quelques feu de voitures et de poubelles

Nord-Littoral / mardi 1er janvier 2019

Les sapeurs-pompiers du secteur n’ont pas chômé durant toute la nuit de la Saint-Sylvestre. Que ce soit ceux de Calais, de Marck, d’Ardres ou d’Audruicq, les interventions se sont multipliées. À Calais, dans le quartier du Beau-Marais, plusieurs feux de poubelle ont été recensés, notamment au niveau de l’avenue Toumaniantz et de la rue Roger-Chaffée. La rue Virgil-Grissom est également concernée ainsi que des poubelles à hauteur d’un arrêt de bus boulevard Victor-Hugo.
Trois voitures ont été incendiées dans le secteur : une aux Attaques, une autre rue Jean-Baptiste-Corot à Calais et enfin une dernière rue de Guise à Guînes. Dans cette rue à sens unique, ce sont les pompiers d’Ardres qui sont intervenus vers 4h du matin. Une voiture de type familial a là aussi été totalement ravagée par les flammes.

*****

Aulnay : les «Femmes capables»… de protéger la paix sociale

Le Parisien / mardi 2 janvier 2018

La nuit du réveillon a été calme à la cité de l’Europe d’Aulnay-sous-Bois. « Zéro incident », confirme-t-on en mairie – où l’on a comptabilisé, pour toute la commune, un deux-roues et une voiture brûlés – ainsi que trois autres véhicules détruits « par contagion », à la Rose-des-Vents et à Balagny.
Pour la deuxième année consécutive, une vingtaine de membres de l’association des Femmes Capables ont « patrouillé » cité de l’Europe. Dans ce quartier sensible de 800 logements, l’objectif était clair : « Sécuriser » la soirée. Et éviter que quelques excités ne brûlent la voiture du voisin.
« Nous avons commencé à sortir, vêtues de nos gilets jaunes, vers 20 heures. On a tout de suite été étonnées par le calme ambiant ! » raconte Mariame Gassama, la porte-parole de l’association.
La « mission » a duré jusqu’à « 1 heure ou 2 heures ». « On a fait un repas entre nous vers minuit, avant de ressortir dans la rue. Mais finalement, on est rentrées plus tôt que prévu car… il n’y avait personne dehors », poursuit-elle.
Rien à voir avec certaines Saint-Sylvestre passées. « Des voitures brûlaient régulièrement au réveillon, certains mettaient le bazar… On dirait qu’il y a une prise de conscience des jeunes. C’est peut-être lié à notre action, mais pas seulement », analyse la jeune femme.
Elle précise que les Femmes Capables ne « sont pas là pour remplacer la police », mais pour « impliquer les citoyens dans la vie de leur ville ».
Créée en 2017 à l’initiative de plusieurs habitantes, cette association est désormais un acteur incontournable du quartier. Avec plusieurs projets pour l’année à venir.
« Nous envisageons de réitérer notre maraude solidaire », annonce Mariame Gassama. Ainsi, samedi dernier, les femmes de l’association ont préparé 500 repas, que des bénévoles sont venus chercher dans la cité avant d’aller les redistribuer aux sans-abri parisiens.
Par ailleurs, une « journée propre », c’est-à-dire une vaste opération de nettoyage du quartier par les habitants eux-mêmes, devrait être organisée dans l’année.
Autre projet : participer au déploiement, au sein du quartier, d’un « bus nocturne et éphémère » dédié à la réinsertion des jeunes déscolarisés, sans-emploi, et « hors du système ».
Ce bus doit arriver le 11 janvier. « C’est un projet porté par la ville, la préfecture, et accompagné par plusieurs associations, auquel nous allons prendre part activement », précise Mariame Gassama.

Tout le monde en uniforme…

*****

Mise-à-jour du vendredi 4 janvier 2018

Auxerre : bon fin d’année pour les pompiers !

France Bleu / mercredi 2 janvier 2018

C’est le genre de traquenard tendu de plus en plus souvent aux pompiers du département. On allume un feu et on attend les secours pour les canarder.
Il est 18h30 ce mardi 1er janvier quand les pompiers sont appelés rue Renoir pour le feu de deux grosses poubelles, deux containers situés dans la cour de l’école maternelle Courbet. Les murs de la cour sont noircis par la fumée. Après avoir éteint l’incendie les pompiers et les policiers qui les ont rejoints reçoivent alors une pluie de cailloux.
Ils sont lancés par une quinzaine d’individus, tous masqués. Personne n’est blessé mais de nombreux impacts ont été relevés sur les véhicules des secours et des forces de l’ordre. La bande s’est rapidement volatilisée. Il n’y a pas eu d’arrestation.
Ce n’est pas la première fois que les secours sont ainsi pris à partie. En 2018, les pompiers ont recensé 25 actes violents, soient plus de deux par mois, donnant lieu à une douzaine de plaintes.

*****

Creil : Seize véhicules brûlés, mais une soirée calme

Le Courrier Picard / mercredi 2 janvier 2019

Toutes les communes de la circonscription de Creil ont été touchées le soir du 31 décembre par les feux de véhicules. Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise, Villers-Saint-Paul… En tout, 16 voitures ont été incendiées, certaines par propagation. Et les forces de l’ordre n’excluent pas les traditionnelles escroqueries aux assurances parmi ces dégradations.

Pour autant, les forces de police ont constaté un certain calme cette nuit-là avec des « rues relativement désertes », souligne le commissaire adjoint Pierryck Boulet. Seul un groupe de jeunes individus a été interpellé pour possession de pétards explosifs et rébellion envers les forces de l’ordre. Un autre pour état alcoolique.

Ce soir-là, un escadron de gendarmerie mobile était en place aux abords de la gare de Creil. Positionnés en renfort de façon ponctuelle depuis les récentes échauffourées avec les lycéens, les militaires ont visiblement eu une présence dissuasive.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged . Bookmark the permalink.