Paris : le retour du procès de la lutte contre la machine à expulser [MAJ]

Indymedia Grenoble / dimanche 17 juin 2018

Le 31 janvier dernier, les 7 compagnon.ne.s et camarades renvoyés en procès plus de 8 ans après les faits pour des « dégradations contre Air France, la SNCF et Bouygues » et des refus ADN et de signalétique, ont obtenu un renvoi du procès au 22 juin prochain, 13h30 devant la 16e chambre-2 du tribunal de Paris (M° Porte de Clichy).

L’ironie de cette date, est que ce procès de la lutte contre la machine à expulser se tiendra 10 ans jour pour jour après la révolte au cours de laquelle des sans-papiers avaient incendié le plus grand centre de rétention du pays, celui de Vincennes (22 juin 2008).

Et comme le hasard fait parfois bien les choses, les visites inamicales dans les boutiques d’Air France, de la SNCF et de Bouygues que l’État entend faire payer huit ans plus tard à quelques-un.e.s, s’étaient d’ailleurs justement déroulées le 17 mars 2010, quelques heures après la condamnation de dix sans-papiers à des années de prison ferme pour cette révolte incendiaire.

Rendez-vous donc le 22 juin 2018 à 13h30 pour ce procès…

…Aujourd’hui comme hier, feu à toutes prisons, continuons de saboter la machine à enfermer et à expulser !

*****

Mise-à-jour du mardi 26 juin (source Indymedia Nantes, commentaire à l’article précédent) :

voici en gros le rendu (il a été dit vite, le détail du montant des amendes est pas certain), tout est sans mandat de dépôt :
Pour les gens accusé-es de dégradations et des refus :

G. 4 mois ferme + 1000 euros amende rendez-vous chez un JAP remise par le tribunal
J. 3 mois ferme + 1000 euros amende
O. 2 mois ferme + 1000 euros amende

Pour les gens accusé-es des refus :

S. 2 mois ferme en jours amende pour les refus ADN/signalétique (parce que récidive), soit 60 jours à 10 euros + 500e d’amende
P, O, F. 1 mois avec sursis + 500 euros d’amende

En gros dès que quelqu’un avait déjà un sursis quelconque, le tribunal a donné du ferme, et augmenté les peines demandées par le procureur (de 2 mois à 3 ou 4 mois).

Les personnes vont faire appel.

 

This entry was posted in Contre les frontières, Nique la justice and tagged , , , , . Bookmark the permalink.