Chemins de fer : le sabotage rend la grève plus efficace [MAJ 25/04]

Plus d’une cinquantaine d’exactions diverses et variées

RTL / lundi 14 mai 2018

La SNCF va porter plainte après « plus d’une cinquantaine d’exactions diverses et variées » constatées sur son réseau, a annoncé sur RTL Mathias Vicherat [Directeur général adjoint  de SNCF, déjà affecté à la Direction Générale de la Police Nationale, déjà sous-préfet de la Seine-Saint-Denis, déjà militant de l’UNEF et collaborateur de Mélenchon à ses heures de jeunesse…  NdAtt.]. « Plus de 5.000 clients ont été impactés », estime le numéro 2 de la SNCF à la mi-journée sur notre antenne.

La participation à la grève à la SNCF a rebondi ce lundi avec 27,58% de grévistes au total, selon la direction, contre 14,46% mercredi dernier, où avait été enregistré le plus bas taux de grévistes en semaine depuis le début du mouvement contre la réforme ferroviaire.  […]
Parmi les personnels indispensables à la circulation des trains, la mobilisation grimpe à 74,4% chez les conducteurs, 74,3% chez les contrôleurs et 36,7% chez les aiguilleurs, a précisé la direction dans un communiqué. La participation a enregistré un net sursaut chez les cadres, en grève à 10,14% (contre 3,1% mercredi dernier).

*****

Sabotages en Normandie

France 3 / lundi 14 mai 2018

Les axes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre ont été touchés ce matin par plusieurs actes de vandalisme, entrainant une interruption totale du trafic entre Rouen et la Normandie jusqu’à 9 heures. Le trafic reste très perturbé ce matin.

[…] Au total, 4  actes de vandalisme ont été répertoriés en Normandie. Le plus important a eu lieu dans l’Eure. Les équipes SNCF ont constaté les dégats très tôt, vers 5 heures du matin. Un câble de stabilisation d’une caténaire a été sectionné entre Gaillon et Pont-de-l’Arche, au kilomètre 103, sur la voie 2,  ce qui a entrainé un arrachement de la caténaire et l’interruption de la circulation sur l’axe Paris-Rouen-Le Havre. Les travaux viennent de s’achever, le trafic a repris sur ce tronçon.

D’autres actes de malveillance ont eu lieu en Seine-Maritime et dans le Calvados. A Gonfreville l’ Orcher, c’est la guérite du pont à niveau numéro 69 qui a été ouverte, ses installations ont été démontées, ce qui a déclenché le signal d’alerte. L’installation sera remise en état ce midi.

A Bréauté, ce sont des aiguillages qui ont été débranchés, entrainant un ralentissement des trains. Enfin dans le Calvados, à Bellengreville, entre Mézidon et Lisieux, une fermeture des feux rouges a été actionnée manuellement.
Pour l’heure, impossible de savoir d’où viennent ces actes de malveillance et dans quelles circonstances elles ont été commises, mais la SNCF a décidé de porter plainte contre X. une enquête est en cours.

Au total, 15 trains ont été supprimés ou attendent encore en gare. D’importants retards sont donc à prévoir toute la matinée, car ces actes de vandalisme surviennent un jour de forte mobilisation : ce lundi, les syndicats, qui luttent toujours contre la réforme de la SNCF, ont appelé à une journée  » sans trains ni cheminots ». Le trafic s’annonçait déjà très difficile en Normandie, avec un train sur 4 en circulation pour les TER et un sur 6 pour les intercités. Cette journée sera donc encore plus difficile pour tous les usagers de la ligne Paris-Normandie.

 

*****

Coupure de courant et câbles qui cassent à Marseille

La Provence / lundi 14 mai 2018

Depuis 5h50 ce matin – départ du 1er TER -, la gare Saint Charles à Marseille connait de grosses perturbations. Une caténaire (câble d’alimentation électrique) s’est rompue lors de la mise sous tension du train. Une coupure d’alimentation générale de la gare a été enclenchée, empêchant toute arrivée ou départ à St Charles le temps de pouvoir réaliser les premières opérations de maintenance. 
Cet incident perturbe toujours fortement les circulations ferroviaires sur les axes reliant la gare Saint-Charles. Les trains en provenance d’Avignon et Toulon sont détournés par la gare de Marseille Blancarde, rapporte le communiqué de la gare. Selon les première hypothèses, la rupture du cable serait le fruit d’un acte de malveillance. 
Par ailleurs, toujours à la même gare, depuis 7h ce matin, des actions de blocage de voie sont organisées par des groupes de manifestants, y compris externes à la SNCF, compliquant la reprise de l’exploitation normale de la gare. Plusieurs TGV ont déjà subi des retards supérieurs à 1h, un TER a été supprimé et plusieurs ont accusé des retards importants.

*****

Mise-à-jour du 15 mai : Le Parquet ouvre une enquête à Caen (et les syndicats se dissocient)

France Bleu / mardi mai 2018

L’enquête judiciaire a été ouverte ce mardi 15 mai  après qu’une plainte ait été déposée lundi par un dirigeant local de la SNCF.  Deux premières auditions étaient en cours au premier jour des investigations.
Cette enquête porte  « non pas sur des dégradations »  a déclaré  à France Bleu Normandie Carole Etienne, la procureure de la République de Caen, mais sur « des actes de malveillance qui n’étaient pas de nature à provoquer un accident mais à perturber le trafic »
Autrement dit à  entrainer des retards. Un feu lumineux  par exemple qui reste au rouge… Une dizaine d’actes comme celui-là  ont ainsi été commis tôt ce lundi , sur la voie ferrée,  entre la gare de Caen et celle de Mézidon-Canon. Probablement aux alentours de 5 heures du matin. L’enquête en cours va permettre de recueillir et d’analyser tous les indices mais aussi et surtout, peut-être, de savoir qui sont les auteurs de ces actes de malveillance commis à l’aube d’une nouvelle journée de manifestation des cheminots. Aucun lien formel, pour l’instant, n’a pu être  établi avec la mobilisation syndicale. Des syndicats qui, sur France Bleu  ce matin, ont unanimement condamné ces agissements.

This entry was posted in Bloquer les flux and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.