Paris : Tout le monde déteste la police… et l’orthographe

Le Parisien / mercredi 15 mars 2018

A Paris, dans la nuit de mercredi à jeudi, un équipage de police du commissariat du XIIIe qui rentrait de patrouille, vers minuit, est tombé nez à nez avec un artiste d’un genre particulier. Rue Vandrezanne, dans le quartier Tolbiac (XIIIe), un jeune homme est affairé à tracer des pleins et des déliés au marqueur violet sur la portière d’une voiture de police garée.

Les policiers en patrouille s’approchent discrètement et constatent, médusés, que le jeune écrit une insulte : « Le mec n’est pas une lumière en orthographe, puisqu’il écrit « conard » avec un seul  » n  » », rectifie sourire en coin Yvan Assioma, responsable du syndicat Alliance Paris [le fin écrivain à la tête de conNard ci-contre; NdAtt.].

A la vue des fonctionnaires, l’artiste prend son marqueur et ses jambes à son cou. Les policiers le poursuivent et le rattrapent un peu plus loin, place Verlaine (XIIIe). L’interpellation est musclée. Le fuyard, âgé de 24 ans et originaire de Sarcelles (Val-d’Oise), est ivre et violent. Il doit être plaqué au sol pour être menotté. Ramené au poste, il est placé en garde à vue avec escale en cellule de dégrisement. Il sera poursuivi pour dégradation de bien public

 

This entry was posted in ACAB and tagged . Bookmark the permalink.