Corbeil-Essonnes (Essonne) : Les flics mangent des pavés en représailles !

Le Parisien / Jeudi 28 septembre 2017

Leur arrivée dans le quartier n’était pas passée inaperçue au cœur de l’été. Les nouveaux véhicules de la police nationale, déployés dans les commissariats de l’Essonne, ont vite été repérés dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes. Mercredi soir, vers 19 h 30, l’un d’eux, de retour d’une mission à l’hôpital Sud-Francilien, a été pris pour cible sur la N7, à l’orée de cette cité sensible, près du lycée Robert-Doisneau.
Depuis une butte voisine de la route, un guet-apens avait été préparé depuis de longues minutes. Et au passage du fourgon flambant neuf, freiné par la circulation, une pluie de projectiles s’est abattue sur cette patrouille, brisant les vitres latérales ou étoilant les vitres arrières. Aucun policier n’a été blessé au cours de ce caillassage intense.


« Sans doute des représailles »Mais le premier groupe de jeunes rejoint rapidement par une deuxième bande très agressive, a ensuite tenté d’ouvrir les portes du véhicule, toujours coincé dans le trafic. « C’était sans doute pour atteindre avec des pierres les fonctionnaires protégés jusque là par le triple vitrage, » estime une source proche du dossier. Mais le fourgon parvient finalement à s’extraire et à rentrer au commissariat d’Evry sans que les agents ne soient directement pris à partie.

« Ce sont sans doute des représailles aux convocations qui ont eu lieu ces derniers jours, dans le cadre d’une enquête sur une précédente attaque datant de janvier 2017 (voir encadré ci-dessous), estime Claude Carillo du syndicat de police Alliance. Cela montre le sentiment d’impunité qui règne dans ces quartiers. Et c’est la preuve que nous avons besoin d’effectifs supplémentaires pour y effectuer un travail de fond. »

****

Deux jeunes des Tarterêts convoqués pour les attaques de voitures de janvier Corbeil, le 20 janvier 2017.

Un pavé avait été jeté sur une voiture de police à Corbeil-Essonnes. Une fonctionnaire avait été blessée à la tête. (DR.)

La sûreté départementale de l’Essonne a convoqué ce mardi deux jeunes des Tarterêts. Ils seraient impliqués dans des attaques sur les policiers, début 2017.

Le 18 janvier, un procès pour des attaques sur des policiers est renvoyé par le tribunal d’Evry. Les suspects, originaires des Tarterêts sont placés en détention provisoire. Deux jours plus tard, le 20 janvier, un guet-apens est organisé dans ce même quartier. Une patrouille est encerclée par des jeunes. Un pavé est jeté sur le pare-brise qui vole en éclat. Le projectile atteint une fonctionnaire à la tête. Elle se verra prescrire 27 jours d’ITT (incapacité totale de travail). Ses coéquipiers blessés aux yeux par des éclats de verre ont 7 et 10 jours d’ITT.
Le 25 janvier, un autre équipage est victime d’un caillassage. un nouveau pavé fait exploser le pare-brise du véhicule sérigraphié. L’agent au volant est blessé à la pommette et se voit prescrire 20 jours d’ITT.
Les enquêteurs qui avaient saisi des pierres et des vêtements abandonnés lors de la deuxième attaque, ont finalement convoqué deux jeunes âgés de 16 ans dans leurs locaux. Ils ont été placés en garde à vue, puis remis en liberté. Le dossier a été transmis ce jeudi au parquet d’Evry qui devra décider des suites à donner à ces auditions.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , . Bookmark the permalink.