Calais : Tentatives de passage de la frontière et caillassage des CRS

Le Parisien / samedi 2 septembre 2017

Une cinquantaine de migrants ont profité samedi d’embouteillages formés sur la rocade portuaire de Calais pour tenter de monter dans des camions, nécessitant une intervention de la police qui les a dispersés, a-t-on appris auprès de la préfecture.

«Nos collègues britanniques n’avaient activé de leur côté que neuf files sur 14 pour ce weekend où l’on attendait 9.000 véhicules à Eurotunnel et 7.500 au port», a expliqué à l’AFP le sous-préfet de permanence, Jean-Philippe Vennin. A partir de 16H30, «une cinquantaine de migrants ont profité de ce bouchon pour monter dans certains camions», parfois avec succès, a-t-il relaté. Le trafic a été perturbé et les autorités ont décidé de couper temporairement la rocade portuaire, détournant la circulation sur un autre axe passant par la ville, a rapporté un correspondant de l’AFP sur place.

Les CRS sont intervenus «dans un jeu du chat et de la souris» et ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les migrants, a indiqué Jean-Philippe Vennin. Trois policiers ont été blessés par des jets de pierre, a affirmé une source syndicale. Ceux qui avaient réussi à grimper dans des poids-lourds en ont été chassés par les fonctionnaires grâce au signalement d’automobilistes, a-t-il précisé.

Selon le sous-préfet, ces tentatives pour aller en Angleterre sont redevenues «habituelles» les jours de gros trafic. Elles étaient fréquentes avant le démantèlement de la «Jungle» en octobre 2016. Trois barrages posés sur l’A16 et la rocade pour arrêter les camions ont été démantelés dans la nuit de vendredi à samedi, a dit la source syndicale.

En début de semaine dernière, des rixes opposant jusqu’à 150 migrants africains et afghans près de la rocade avaient fait 21 blessés légers et ravivé les tensions communautaires à Calais. Afin de les apaiser, plusieurs associations plaident pour plus de douches pour les migrants, actuellement réservées aux publics jugés particulièrement vulnérables.

 

 

This entry was posted in ACAB, Contre les frontières and tagged , . Bookmark the permalink.