Feux (d’artifices) contre les taules et le monde qui en a besoin

Besançon : Feux contre la taule et le monde qui en a besoin

Indymedia Nantes / dimanche 1er janvier 2016

Peu de temps avant le passage à la nouvelle année, une dizaine de personnes s’est donné rendez-vous derrière la prison de la Butte à Besançon pour manifester leur dégoût de cette société carcérale.

Pendant que des slogans fusaient (« pierre par pierre, mur par mur, nous détruirons toutes les prisons ; crève la taule ; les prisons en feu, les matons au milieu… »), des feux d’artifice et tirs de mortier ont été tirés par-dessus les murs et les barbelés de la taule. Sur un mur de la caserne située en face des cellules de la prison, l’inscription « TOUT LE MONDE DEHORS (A) » a été tracée en grosses lettres noires. Au moment du bouquet final, les prisonniers ont fait un joyeux bordel en tambourinant sur leur porte de cellule, ce qui, on l’espère, a provoqué un peu de stress ou d’énervement chez ces sadiques de matons.

Cette action de solidarité, même si elle n’a duré qu’une demi-heure, visait à redonner un peu de force et de courage à toutes les personnes enfermées qui affrontent l’isolement, les humiliations et violences de l’univers carcéral.

Pour une nouvelle année 2017 riche en révoltes, dedans comme dehors !

Pour un monde sans prisons ni matons !

 

*****

Région parisienne : salut solidaire

Indymedia Nantes / lundi 2 janvier 2016

Pas de prison sans feux (d’artifices)

coucou

samedi 31 décembre minuit, fresnes, fleury.

à plusieur.e.s on est allé faire du bruit autour de ces sales* taules. avec des slogans : « Anto, Damien, Kara, Nico et tou.te.s les prisonnièr.e.s, LIBERTE », « flics, matons, assassins », « à la 1ere, à la 2eme, à la 3eme voiture brulée, on aime tou.te.s les grillades de condé », « crève la justice, crève la taule », « libertad », des pétards et des feux d’artifices qui vont haut. On a entendu des gens à l’intérieur, on pense qu’on a été entendu.e.s  de dedans et que des gentes ont profité du spectacle.

on pense à vous. courage.

*sales parce que ça pue la mort l’enfermement et que tous ceux qui y participent: juges, matons, flics, procureurs, constructeurs de taule, psychiatres… la liste est longue, sont des ordures! qu’on les compacte.

*****

Des feux d’artifice pour les enfermé.es de Toulouse

IAATA / dimanche 1er janvier 2017

Dans la nuit du 31 décembre 2016 au 1er janvier 2017, nous avons voulu partager quelques feux d’artifice avec les enfermé.es de Toulouse.

Une première équipe a tenté de mettre un peu de lumière dans la nuit des personnes sans papiers du CRA de Cornebarrieu : quelques fusées ont été tirées depuis la colline.

Une deuxième équipe a été rendre visite aux enfermé.es de Seysses, qui ont répondu en faisant trembler les murs de leur taule au bruit des premières détonations.

Une troisième équipe s’est rendue à l’hôpital Marchant exprimer sa solidarité avec les psychiatrisé.es de l’UHSA (unité hospitalière spécialement aménagée).

Pour nous, l’année ne sera bonne que lorsque tou.tes les enfermé.es seront dehors et que toutes les taules seront en feu !

[ins Deutsch]

*****

Brique par brique…

Brest Média Libres / jeudi 5 janvier 2016

Samedi 31. Le rendez-vous était donné à 19h sur la place Guérin, pour se retrouver autour d’une soupe populaire. Une bonne occasion d’enterrer 2016, de parler de la candidature de Chirac, d’antirep’, de 2017 qui n’aura pas lieu… Mais surtout d’informer les personnes présentes d’une suprise à laquelle nous voulions les convier : Aller tirer un feu d’artifice à la prison.

Mur par mur…

Vers 21h, la soupe est finie, on est donc une trentaine à se mettre en route, guidé-e-s par une sono tout terrain finie le matin-même par les copains-copines. Sur le trajet, ça se relaie pour faire un peu de collage sur les murs et devantures de commerces abandonnés : journal mural anticarcéral de l’AG interpro de Nantes, affiche souhaitant une bonne année 1984, affiche de l’envolée réclamant l’amnistie pour tou-te-s les prisonnier-e-s du mouvement social.
Au bout d’une petite heure de marche dans les rues désertées de Brest, on arrive sur le terrain qui jouxte la prison. On tire le feu, des fusées de détresse, ponctuées de « crève la taule ! » et autres slogans. En réponse, ça tambourine dans les cellules, on aperçoit quelques signaux lumineux aux fenêtres. On crie des deux côtés. Un dernier « brique par brique, mur par mur, détruisons toutes les prisons » et puis on repart.

Durant ces 2 heures de déambulation dans la ville, nous n’avons croisé les flics que sur la fin, et ils n’avaient pas vraiment l’air de s’intéresser à nous. Ce qui nous montre que c’est possible de réitérer ce genre d’action, de se réapproprier la rue, dans la joie et la bonne humeur, en groupe affinitaire ou non !

Détruisons toutes les prisons !

 

This entry was posted in Affaire de la voiture de flics au barbec', Anticarcéral, Solidarité and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.