Des mauvais moments pour les bleus (fin mai 2016)

Poissy (Yvelines) : Solidarité face aux bleus

Le Parisien / mercredi 18 mai 2016

Un simple contrôle qui tourne à l’affrontement. Un équipage de police circule, mercredi vers 13 h 30 dans l’avenue du Maréchal-Lyautey, une des artères principales du quartier de Beauregard à Poissy. Les fonctionnaires aperçoivent un groupe de cinq personnes au sein duquel un jeune homme fume un joint. Ils veulent procéder à un contrôle mais l’affaire tourne court. Deux personnes prennent la fuite tandis que le fumeur, âgé de 24 ans, se réfugie dans le hall d’un immeuble. L’interpellation est agitée : le jeune homme mord un membre des forces de l’ordre, donne des coups à un autre et demande de l’aide à ses copains. Après l’avoir maîtrisé, les policiers sortent du hall avec lui. Six individus, prêts à en découdre, les attendent. L’échange verbal est musclé. Pris au piège, les fonctionnaires doivent faire usage de gaz lacrymogène afin de faire face à une situation mal engagée.

Les six individus bombardent de cailloux les policiers et leur véhicule dont une des vitres explose sous l’effet d’un pavé lancé dans la lunette arrière.
De retour au commissariat de Poissy, les forces de l’ordre voient arriver deux jeunes de 24 et 25 ans ayant participé à l’attroupement et qui viennent porter plainte pour des faits de violences policières. Reconnus, ils sont interpellés et placés en garde à vue.

*****

Beauvais : Un parpaing pour les pompiers

Le Parisien / jeudi 5 mai 2016

Des sapeurs-pompiers du département de l’Oise ont été victimes d’une violente agression lors d’un intervention pour un feu de scooter mercredi soir, peu avant 22 heures, au coeur de la ville préfecture de Beauvais. Les pompiers ont notamment été la cible de jets de pierres, d’insultes et leur véhicule a même reçu un parpaing, rapporte le site de France Info. Le service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Oise a décidé de porter plainte après ces faits jugés très graves.
«Soutien à nos forces de sécurité, policiers et gendarmes, qui nous protègent», a réagi dans un tweet le Premier ministre, Manuel Valls, pour qui «les attaques à leur encontre sont insupportables». Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a témoigné pour sa part son «entier soutien» aux six pompiers agressés et à leurs collègues du Sdis de l’Oise. Les pompiers «exposent tous les jours leur vie pour protéger celle des autres, et méritent à cet égard notre respect et notre gratitude», a-t-il souligné dans un communiqué.
Selon un communiqué du président du Sdis de l’Oise, Eric de Valroger, publié sur Facebook et Twitter, les faits sont survenus mercredi soir vers 21 h 40 lorsque les « sapeurs-pompiers de Tillé ont été appelés rue des Pervenches à Beauvais pour fumée suspecte. A leur arrivée sur les lieux, ils ont constaté qu’il s’agissait d’un feu de scooter. Immédiatement, ils ont été pris à partie par un groupe d’une dizaine d’individus.» Insultés, visés par des projectiles et après avoir reçu un parpaing «contre la calandre du fourgon pompe tonne, les soldats du feu ont été dans l’obligation de se replier avant de revenir escortés par la police pour achever leur mission».
[…]
Ce n’est pas la première fois que les soldats du feu sont pris à partie lors d’une intervention dans ce département. Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 octobre 2015, un camion des sapeurs-pompiers de Nogent-sur-Oise a été pris au piège dans le quartier Saint Exupéry. Appelés pour un feu de poubelle les pompiers avaient été piégés par une barrière au sol pour bloquer leur camion. Un groupe d’individus a entouré leur camion et un cocktail Molotov a été lancé en direction du réservoir du véhicule. Il n’y a pas eu de blessés mais les six pompiers en intervention ont eu très peur.

*****

Besançon : Même les chiens policiers détestent la police !

L’Est Républicain / vendredi 20 mai 2016

Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 h 30, une jeune femme de 19 ans jette son mégot de cigarette en adoptant une posture de défi sur une voiture de patrouille qui passe rue Marulaz. Répondant à l’affront, les policiers veulent la contrôler mais la pasionaria s’esbigne et ameute la cavalerie. Une trentaine de personnes qui se trouvent encore dans les bars à cette heure tardive s’approchent pour s’opposer à l’interpellation. Des renforts sont appelés.
Pendant ce temps, la jeune femme, que les policiers ont réussi à engouffrer dans un véhicule pour la ramener au commissariat, probablement amie des animaux, en profite pour démuseler le chien de la brigade canine. Un peu affolé, celui-ci mord un policier et peut-être également un homme qui s’approche pour balancer une canette sur les forces de l’ordre. Ce fait demeure invérifiable car ce dernier s’est sauvé.
Avec trois véhicules sur place, force reste à la loi finalement sans trop de dommages de part et d’autre. La demoiselle est toujours en garde à vue.

*****

Courcouronnes (Essonne) : La municipale se fait caillasser

Le Parisien / mardi 24 mai 2016

Onze personnes ont été interpellées, samedi soir, en marge du festival Renc’Art organisé au gymnase Joséane-Adélaïde à Courcouronnes. Des interpellations faisant suite au caillassage d’une voiture de la police municipale. « Aucune victime n’est à déplorer mais le pare-brise de la voiture est cassé », précise une source proche de l’enquête. Faute de preuve, et sur décision du parquet d’Evry, les onze interpellés ont finalement tous été relâchés.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.