Ni loi, ni travail – 18 mai : Des blocages et… la haine anti-flic met le feu à leur bagnole ! [MAJ 19 mai : 5 arrestations]

extrait du Parisien / mercredi 18 mai 2016

Paris 18 5 2016 haine anti-flicDeuxième journée d’affilée de blocages sur les routes, essentiellement dans le Nord et l’Ouest, sixième rendez-vous de mobilisation dans les transports : ce mercredi a vu se poursuivre le mouvement de protestation contre la loi Travail. Fait inédit, les policiers se sont aussi rassemblés pour crier leur ras-le-bol face à la «haine anti-flics» qui s’exprime en marge des manifestations depuis plusieurs semaines. Une journée encore émaillée d’incidents notamment […] à Paris, où une voiture de police a été incendiée.

En moyenne, 50% des liaisons TER et 40% des Intercités étaient assurées, deux TGV sur trois, avec de fortes disparités et, en Ile-de-France, trois RER sur quatre et six Transilien sur dix ce mercredi selon la SNCF. […] Des opposants à la loi Travail bloquent depuis mardi matin une raffinerie Total de l’agglomération du Havre, à Gonfreville-L’Orcher et, près de Rouen, un dépôt de carburant au Grand-Quevilly. Conséquence : seules «vingt-cinq pour cent des stations de l’agglomération du Havre sont ouvertes, ce qui ne veut pas dire qu’elles ont à la fois du gazole et de l’essence, 25% à Dieppe, et 50% à Rouen», indique la préfecture de Seine-Maritime. […]

Aux cris de «Carton rouge: les poulets en ont marre de se faire plumer» les policiers se sont rassemblé un peu partout en France. Des rassemblements inédits pour dénoncer la «haine anti-flics» en marge de la mobilisation contre la loi Travail. Ils étaient quelques centaines en civil à Lille, Nantes, Marseille, Bordeaux ou Toulouse, plusieurs dizaines à Calais comme à Metz, Amiens, Rennes, Le Mans ou Foix. Un demi-millier se sont rassemblés à Lyon et au moins le double à Paris (7000 selon les organisateurs) place de la République occupée depuis le 1er avril par le mouvement Nuit debout.

Alors même que des policiers manifestaient contre les «casseurs», une contre-manifestation interdite par la préfecture a dégénéré à Paris. Une voiture de police a été incendiée ses deux occupants parvenant à s’en extraire à la hâte et sans blessures. Quatre interpellations ont eu lieu.

Paris 18 5 2016 haine anti-flic 2*****

5 interpellations pour la bagnole, une enquête pour « tentative d’homicide involontaire » et Cazaneuve pas content

l’Obs / jeudi 19 mai 2016

Cinq hommes ont été interpellés après l’attaque, mercredi 18 mai, d’une voiture de police en marge de la manifestation contre « la haine antiflics » à Paris. Une quinzaine de contre-manifestants se sont approchés du véhicule, qui se trouvait le long de Canal Saint-Martin, l’ont vandalisé à coup de barres de fer et ont lancé des fumigènes à l’intérieur. Les deux agents de police présents ont pu s’extraire de la voiture en flammes et ont alors été pris à partie par les agresseurs. Ils souffrent de légères contusions. Une enquête a été ouverte pour tentative d' »homicide involontaire ».
Parmi les suspects, en garde à vue dans les locaux de la 2e DPJ (district de police judiciaire), quatre sont âgés de 18 à 21 ans. Mercredi soir, alors qu’il rendait visite à l’hôpital à l’un des deux policiers agressés, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dénoncé des actes « d’une violence extrême » et a précisé que trois des individus placés en garde à vue avaient « fait l’objet de la part de la préfecture de police de Paris d’une interdiction de paraître dans les manifestations ». L’un de ces arrêtés avait été « cassé par le tribunal administratif » mardi matin.
La préfecture avait émis en tout 53 arrêtés préfectoraux d’interdiction de manifester, dont 41 à Paris, pour éviter que les mobilisations contre la loi Travail ne dégénèrent en violences. Certains de ces arrêtés avaient été suspendus par le tribunal administratif.

NdAtt. : Cette épisode montre une fois de plus quel est le danger de tolérer des journalistes près des manifestations. L’attaque de la voiture de la police a été filmée en directe, et cela ne peut que servir aux flics pour en identifier plus facilement les auteurs !

Paris 18 5 2016 2 Paris 18 5 2016*****

Paris : Autolib’ flippe (Velib’ aussi)… et a raison !

Le Parisien / mercredi 18 mai 2016

Autolib ParisLes utilisateurs d’Autolib’ ont été surpris. Pas une voiture électrique disponible autour de la place de la République ce mercredi. Le gestionnaire du système a décidé de ramener une trentaine de voitures au garage. Quinze stations Autolib’ ont été fermées entre la place de la République, le boulevard Saint-Martin, la rue de Bretagne et le canal Saint-Martin. En cause, la manifestation des policiers pour dénoncer la « haine anti-flics », rassemblement qui a été perturbée par des casseurs. Une voiture de police a d’ailleurs été incendiée quai de Valmy (Xe) alors que des fonctionnaires se trouvaient à l’intérieur. Autolib’ a donc pris les devants et décidé de mettre son parc automobile à l’abri. Sur son site, le service clients indique que « suite aux nombreuses dégradations de ces derniers jours […] certaines stations seront fermées jusqu’à nouvel ordre. » Ce mercredi soir, un porte-parole du réseau indiquait qu’il n’y a « pas de date de reprise à la normale pour l’instant ». Le soir du 15 avril, en marge d’une manifestation de Nuit debout, des casseurs avaient vandalisé et incendié des Autolib’ garées aux Buttes-Chaumont (XIXe).

De son côté, Vélib’ a également fermé « ponctuellement » certaines stations depuis le début du mouvement Nuit debout autour de la place de la République « sur réquisition de la préfecture de police », précise un porte-parole de JCDecaux, le gestionnaire. Vingt-deux stations Vélib’, se trouvant sur l’itinéraire de la manifestation contre la loi El Khomri prévue ce jeudi seront fermées entre Nation (XIe et XIIe) et place d’Italie (XIIIe).

This entry was posted in ACAB, Affaire de la voiture de flics au barbec', Contre le Travail and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.