Mâcon (Saône-et-Loire) : Tensions et hécatombe de voitures

France3 / mercredi 28 octobre 2015

A Macon, l’exaspération gagne les habitants qui sont confrontés à des incivilités depuis 3 semaines dans plusieurs quartiers de la ville. Depuis le début du mois, ce sont plus de 50 véhicules qui ont ainsi été incendiés dans trois quartiers différents de Mâcon : à La Chanaye, Les Saugeraies et Les Blanchettes. […]

Mardi 27 octobre, dans un communiqué, Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire faisait le point sur le dispositif mis en place : « dès le 1er octobre, des dégradations volontaires ont été commises dans plusieurs quartiers de la ville. Les services de police et les pompiers ont été immédiatement dépêchés sur les lieux de ces exactions et ont depuis été largement mobilisés, permettant ainsi de circonscrire les feux, et s’agissant de la police, de procéder à un total de 9 interpellations.
En outre, des moyens exceptionnels ont été rapidement mis en place pour enrayer le phénomène et prévenir de nouveaux actes de violence et de dégradation. Des renforts des commissariats de Chalon-sur-Saône, Le Creusot et Montceau-les-Mines apportent leur soutien aux équipages de Mâcon. Ce sont ainsi plus de 6 équipages qui patrouillent dans les rues de Mâcon, nuit et jour. Dans ces circonstances, on ne peut que regretter que les services de police et les pompiers soient les seuls présents la nuit dans certains quartiers. »

Ce mercredi matin 28 octobre, une réunion a eu lieu entre le préfet et la mairie pour décider d’une stratégie commune. Selon un communiqué publié ce mercredi soir, l’entrevue « a permis de dresser un diagnostic partagé sur les causes de ce phénomène ». Une stratégie a également été élaborée : « la présence renforcée des effectifs de police nationale qui a d’ores et déjà permis de nombreuses interpellations est maintenue. Parallèlement, des actions préventives seront organisées dans chacun des quartiers. […]

This entry was posted in Antiélectoral, Gentrification toi-même ! and tagged , . Bookmark the permalink.