Le 14 juillet, faisons la fête aux flics et à leur monde

Voici une longue compilation d’articles de presse sur de jolies expressions de haine contre les flics (et contre l’Etat) qui ont eu lieu un peu partout les nuits autour du 14 juillet :

14 juillet : le bordel augmente par rapport à l’année dernière

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

14 7 2015 je ne sais pas oùUn total de 721 voitures ont été brûlées et 603 personnes placées en garde à vue en France lors des soirées du 13 et du 14 juillet, a annoncé mercredi soir le ministère de l’Intérieur. Un porte-parole de la Place Beauvau a affirmé que dans le cadre de Vigipirate « les forces de l’ordre ont appliqué la tolérance zéro contre [les] débordements ». Le nombre de gardés à vue a augmenté de 68% par rapport à l’an dernier, le nombre de voiture brûlées est en hausse de 23%. Les nuits ont été particulièrement agitées en Ile-de-France. Des mardi déjà, quelque 100 personnes avaient été placées en garde à vue à Paris, 109 en Seine-Saint-Denis, lors d’incidents et de violences urbaines ayant touché l’Ile-de-France en marge des festivités.

—————————————

Paris : ça chauffe même dans le XVIe

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Paris Av Marcel Doret 14 7 2015 Paris Porte St. Cloud 14 7 2015Les festivités du 14 juillet ont mal commencé à Paris… Dans la nuit du 13 au 14, plus de 25 voitures ont été brûlées dans la capitale tandis que les forces de l’ordre ont procédé à 145 interpellations dont 100 ont abouti à des gardes à vue. De l’aveu même du ministère de l’Intérieur, « la tendance est à la hausse »… C’est à la porte de Saint-Cloud, dans le XVIe, que la nuit a été la plus chaude. […] La situation a dégénéré vers 2 h 30, avenue Marcel-Doret, lorsque des jeunes qui lançaient des pétards, des feux d’artifice et des mortiers s’en sont pris aux policiers et aux pompiers dépêchés sur place. « Les gamins balançaient des projectilessur les forces de l’ordre », raconte une source policière. Une première voiture garée à côté d’un scooter s’embrase puis les autres suivent. Paris Porte St. Cloud 14 7 2015 2Quatre des « lanceurs » ont été placés en garde à vue. […] Cette même nuit, d’autres quartiers de Paris ont été la proie de violences urbaines. C’est le cas à Pernety (XIVe). Dans ce petit quartier situé derrière la gare Montparnasse, peu avant minuit, des jeunes ont tiré des pétards et des mortiers et lancé des bouteilles et des cocktails Molotov en direction des forces de l’ordre avant de mettre le feu à des poubelles. Un des jeunes a été interpellé et placé en garde à vue. D’autres incidents sont à déplorer dans les XVe, XVIIe et XIXe arrondissements. Avenue de Flandre (XIXe), trois hommes ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils transportaient dans le coffre de leur voiture des feux d’artifice.

—————————————

Guerrilla en Seine-Saint-Denis

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Le bilan de cette nuit de violences, entre lundi et mardi, en Seine-Saint-Denis se mesure par son nombre d’interpellations. 133 suspects ont été arrêtés. 109 d’entre eux ont été placés en garde à vue. Ils ont été surpris « des engins explosifs, des barres de fer ou divers projectiles à la main, indique une source policière. Pour la plupart des mineurs, les plus jeunes sont âgés de 14 ans ». Mais les forces de l’ordre ont croisé des auteurs, plus jeunes encore, « des enfants de 10-11 ans en possession de mortiers », confie cette source. 800 policiers ont été déployés la nuit du 13 juillet. Quatre d’entre eux ont été légèrement blessés. Le dispositif sera renouvelé la nuit prochaine, renforcé par les forces mobiles retenues jusque-là sur les festivités parisiennes.

Un officier relativise néanmoins ce bilan dévastateur : « Il y a eu moins de voitures brûlées et moins de jets de mortiers. La nouveauté ce sont des attaques de bâtiments ». Elles ont été dignes de scènes d’émeute. A Saint-Denis, celui du peloton autoroutier de la CRS7 a été la cible de jets nourris de mortiers. Un véritable guets-apens avait été monté pour accueillir la police. Sur le toit des immeubles de la cité Joliot-Curie qui jouxte les locaux de la CRS7, des jeunes projetaient des barres de fer sur les patrouilles. « Ils veulent nous attirer pour nous canarder », explique un fonctionnaire de police.

La nuit du 14 juillet sera placée sous haute surveillance. A Aulnay-sous-Bois, restée calme, les policiers redoutent des débordements. Il y a une semaine, ils avaient déjà été avertis par de jeunes provocateurs qui promettaient « des bouteilles d’acide contre la BAC (brigade anticriminalité) pour la nuit du 14 juillet ».

—————————————

Stains (Seine-Saint-Denis) : la Maison pour tous… pour personne

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Stains 15 juillet 2015« On ne cédera pas à ce genre de chantage. C’est désolant. Deux symboles ont brûlé. Des années de travail partent en fumée. Mais on va reconstruire. » Le ton déterminé, Patrick Kanner, ministre de la Ville a voulu marquer le soutien de l’Etat mercredi en début de soirée, en se déplaçant en urgence à La Courneuve, puis à Stains, où ont été incendiés deux équipements publics : la médiathèque Anatole-France, à La Courneuve, dans la nuit de lundi à mardi et la Maison pour tous Yamina-Setti à Stains, ce mercredi, à 2 h 20 du matin.

Ce centre social qui venait d’ouvrir en décembre 2014, rue du Moulin Neuf a été en grande partie détruit dans un feu dont l’origine criminelle ne fait guère de doute. Un bidon de carburant a été trouvéà proximité des lieux, selon une source officielle. […] Un peu plus loin, dans la même rue, la carcasse d’une voiture brûlée attend d’être évacuée. « C’est un acte violent et d’une grande lâcheté que rien n’excuse, réagissait mercredi soir Azzedine Taïbi, le maire PC de Stains. Nous avons un sentiment de dégoût total. » L’estimation du montant des dégâts menée avec les assurances devrait être connue en fin de semaine. « Je suis persuadé que cela va dépasser le million d’euros, évalue le maire. L’équipement en lui-même avait coûté quatre à cinq millions d’euros. » […]

—————————————

La Courneuve (Seine-Saint-Denis) : la médiathèque prend cher

Le Parisien / merdi 14 juillet 2015

LA Courneuve 14 juillet 2015Jets de projectiles, tirs de mortiers, incendies… La nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet a été émaillée de nombreux incidents à La Courneuve. La médiathèque Youri-Gagarine, implantée au cœur du quartier des Quatre-Routes, a été très fortement endommagée par un incendie d’origine criminelle. La Maison pour tous, attenante à la médiathèque, qui devait être labélisée d’ici à la fin de l’année centre social de la CAF, a, elle, été saccagée. Enfin, l’Ecole de la 2e chance aux 4 000 sud a été victime d’un incendie. L’arrière-boutique d’une épicerie exotique et d’une boucherie situées à proximité a également été la cible de jets de projectiles enflammés.

La Courneuve - école deuxième chance

—————————————

Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis) : une voiture de la municipale en feu

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Les incidents ses sont succédés dans la nuit de lundi à mardi en Seine-Saint-Denis. Du côté de Neuilly-Plaisance, un véhicule de la police municipal a été incendié vers 0 h 40. Il était garé devant les locaux de la police municipale lorsqu’il a pris feu.

—————————————

En Val d’Oise on vise les bleus

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

C’est l’événement le plus grave de la soirée de lundi, qui a vu les tirs de mortiers ou de projectiles divers se multiplier contre les forces de l’ordre. Le commissariat de Garges en a été la cible, nécessitant l’arrivée de renforts sur place. Des incidents ont Argenteuil Dalle 13 14 juilletégalement opposé les forces de l’ordre à des jeunes sur la Dalle du Val-d’Argent nord [photo ci-contre; NdR], à Argenteuil, à partir de 23 heures. Plusieurs interpellations y ont été effectuées [en plus, les flics y ont gravement blessé au flashball un gamin de 14 ans, selon Libération]. A Montigny-lès-Cormeilles, mais aussi à Deuil-la-Barre, les fonctionnaires ont dû user de flash-ball lors d’affrontements. Dans les communes du Val-d’Oise placées sous la responsabilité de la gendarmerie, des incidents similaires se sont produits, en particulier à Domont, Ezanville et Louvres. A Fosses, plusieurs cocktails Molotov ont été lancés sur les bâtiments de la gendarmerie implantée sur le quartier sensible du Plateau.

Au total, sur l’ensemble du Val-d’Oise, les forces de l’ordre ont procédé à 27 interpellations

—————————————

… et la nuit suivante ça continue!

Le Parisien / mercredi 15 juillet

Commissariats attaqués, policiers visés par des tirs de mortiers. Les fonctionnaires du Val-d’Oise ont été confrontés à deux nuits de vives violences. Et ils étaient bien la cible numéro 1 des assaillants. Bilan des nuits : 48 interpellations. Mais la préfecture tient à préciser que le niveau de violences était en deçà des événements de l’été dernier. Sans vouloir faire plus de commentaires.

Des violences urbaines très vives à Argenteuil. Toute la nuit, les policiers ont été la cible de tirs de mortiers. Certains ont même été attaqués à coups de tirs d’artifices et de jets de briques. Les équipes ont dû répliquer avec des grenades lacrymogènes et leur flash-ball. Mais la tension était à son comble entre 1 heure et 3 heures du matin, sur la Dalle. Les policiers se sont retrouvés face à une quarantaine d’assaillants enchaînant les tirs de mortiers. Ils se sont défendus en utilisant une cinquantaine de grenades et en tirant plusieurs dizaines de coups de flash-ball. Il n’y a pas eu de blessé. Les pompiers ont été également caillassés en intervenant sur des incendies allumés par les jeunes afin d’attirer les policiers.

Des tirs de mortiers à Sarcelles, Pontoise, Bezons et Groslay. A Sarcelles, les tirs ont d’abord résonné vers 23 heures sur le parking du commissariat. Puis des agents en intervention ont été pris pour cible un peu avant minuit avenue Frédéric Joliot Curie et rue Jean Giraudoux. Plus tard dans la nuit, deux jeunes de 19 et 20 ans ont pu être arrêtés. A Pontoise et Groslay, les policiers ont également réussi à arrêter des jeunes qui les avaient visés avec des mortiers.

La police municipale attaquée à Cormeilles. Vers 1 heure du matin, le véhicule de la patrouille a été stoppé par des tirs de mortier. Les fonctionnaires ont dû appeler en renfort leurs collègues de la police nationale, qui les ont dégagés avec des gaz lacrymogènes. Deux individus de 17 et 18 ans ont été arrêtés pour violence volontaire sur personne chargée d’une mission de service public.

Jets de cocktails Molotov contre à Montigny. Après le commissariat de Garges attaqué ce lundi soir, c’est le poste de police de Montigny-lès-Cormeilles qui a été visé par deux jets de cocktails Molotov ce mercredi vers 2 h 30 du matin.

—————————————

Sarcelles (Val d’Oise) : plus de centre commercial, mais toujours de la baston

Le Parisien / jeudi 16 juillet 2015

Sarcelles centre commercialLe bilan de la nuit est terrible pour les habitants du quartier des Vieilles Vignes à Sarcelles. Leur petit centre commercial Codec a été ravagé par un incendie. La piste criminelle étant [sic!] privilégiée. La supérette, la boulangerie, la laverie et la pizzeria ont été détruites. Neuf voitures stationnées à proximité sont également calcinées. C’est vers 4 h 30 que les policiers et les pompiers ont été appelés pour ce violent incendie. Sur place, ils ont été accueillis par une quarantaine d’individus et des échauffourées ont éclaté. Deux assaillants ont été arrêtés et placés en garde à vue. Ce sinistre fait suite à deux nuits de violences urbaines à Argenteuil et dans l’est du département, durant lesquelles la police a été particulièrement ciblée.

—————————————

Nuits chaudes en Seine-et-Marne

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Deux nuits chaudes pour les policiers et les pompiers seine-et-marnais. Ils ont été confrontés, dans plusieurs communes du département, à des violences urbaines deux nuits consécutives, les 13 et 14 juillet. À Lagny, tout a commencé vers minuit, dans la nuit du 13 au 14, dans le quartier d’Orly-Parc. Une vingtaine de personnes ont tiré au mortier (de gros pétards) en direction de la quinzaine de policiers présents. Ceux-ci ont répliqué avec le flash-ball et des grenades lacrymogènes. Quatre personnes ont été arrêtées. […] Champs-sur-Marne : Les policiers et les pompiers se sont rendus sur la place Pablo-Picasso. Des émeutiers, en embuscade, leur ont jeté deux cocktails Molotov. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes. Les CRS ont été appelées à la rescousse. À Noisiel, le commissariat a subi trois attaques par des tirs de mortiers et de divers projectiles. Un peu partout dans la ville des poubelles et des conteneurs mais aussi des abris d’autobus et des voitures ont été incendiés. Les forces de l’ordre ont essuyé des tirs de mortier. À Lognes, les policiers ont été visés par une vingtaine de tirs de mortier. A Torcy, la police a été prise pour cible par deux tirs de mortier. Autant de poubelles ont été brûlées et cinq voitures ont été dégradées. À Emerainville, enfin, quatre voitures ont été incendiées. Au total, vingt-deux mineurs ont été arrêtés dans la circonscription de police de Noisiel, comme nous l’indiquions dans l’édition de ce mercredi. Aucun n’est poursuivi par la justice. À Pontault-Combault, vers 23 h 30, une quinzaine de jeunes ont envoyé des mortiers sur les policiers. Ceux-ci ont répliqué par des grenades lacrymogènes et des tirs de flash-ball. À Mitry-Mory, à 23 h 30 également, les policiers ont essuyé des tirs de mortiers. Ils ont arrêté six personnes dont trois majeurs. Tous sont soupçonnés d’avoir participé aux violences. Enfin, pour cette nuit du 13 au 14, à Claye-Souilly, vers 2 h 30, des policiers de la BAC ont arrêté un homme qui détenait trois mortiers et vingt-quatre projectiles dans sa voituvoiture brulee roissy en briere. Il s’est opposé à son arrestation et a donné un coup-de-poing à l’un des fonctionnaires. Il a été placé en garde à vue. La nuit du 14 au 15 juillet aura été plus calme. À Bussy-Saint-Georges, des policiers de la BAC ont essuyé des tirs de mortier. Quatre jeunes ont été interpellés. Deux ont été laissés libres par le parquet. Le maire de Roissy-en-Brie, sur sa page Facebook, a signalé que plusieurs voitures avaient été incendiées [voire photo ci-dessus; NdR]. Le site de Roissy en Vacances a fait l’objet de dégradations. […]

—————————————

Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) : feu au collège

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Le collège Georges Politzer de Dammarie-les-Lys a été victime d’une attaque en règle, dans la nuit du 14 juillet, de la part d’une ou plusieurs personnes. Résultat, des incendies et des dégradations multiples. D’après les premiers éléments de l’enquête, tout aurait démarré vers 1 heure du matin. Les vandales ont d’abord lancé des engins incendiaires sur la façade du collège qui a été dégradé. Puis ils ont mis le feu à la voiture de la gardienne de l’établissement. Puis, des pierres ont été jetées sur les fenêtres de la salle des professeurs. Par deux fois, les visiteurs ont également tenté de mettre le feu au réfectoire. Tout cela avant que l’alarme du collège ne se déclenche et ne mette en fuite les incendiaires. […]

—————————————

Les Ulis (Essone) : le commissariat attaqué

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Quatre heures d’une véritable bataille rangée. Le commissariat des Ulis a été encerclé dans la nuit de lundi à mardi par une quarantaine d’assaillants venus des cités voisines. Des cocktails Molotov, des mortiers et des pierres ont été jetés sur la façade du poste de police et sur les fonctionnaires présents en renfort. Un homme de 26 ans, blessé par un projectile, a été interpellé et finalement libéré, faute de charges, mardi après-midi.

Tout commence vers minuit. Des patrouilles sont appelées pour s’opposer à des tirs de mortiers rue de Bourgogne. Les voitures sérigraphiées arrivent sur place et essuient une pluie de projectiles. Face à la quarantaine d’assaillants, les agents sont contraints de se replier au commissariat voisin de quelques rues. Dans la foulée, un habitant prévient le poste de police qu’un groupe armé se rapproche du poste de police. L’ensemble des effectifs présents sur le secteur est mobilisé en sentinelle devant le commissariat. C’est à ce moment-là que le groupe armé fait son apparition dans l’avenue des Champs-Lasnier donnant sur le poste de police. Des pierres et des mortiers sont lancés sur la façade du bâtiment, endommageant aussi les voitures sérigraphiées garées devant. En réponse, les policiers font usage des moyens de défense pour repousser leurs assaillants. Ces derniers prennent la fuite. Quelques instants plus tard, un homme blessé au front par un des tirs est signalé au centre hospitalier d’Orsay. Pris en charge, il est ensuite placé en garde à vue. De leur côté, les groupes hostiles se reforment sur des passerelles au-dessus de l’avenue des Champs-Lasnier. Des conteneurs et des barrières métalliques provenant de chantiers voisins sont positionnés en pleine rue pour faire barrage. Et de nouveaux projectiles sont envoyés en direction du commissariat.

Les policiers parviennent à repousser les jeunes une deuxième fois, puis une troisième et enfin une quatrième fois. En mettant le feu à de nombreuses poubelles et à des voitures stationnées dans les rues adjacentes, le groupe armé cherche aussi à disperser les forces de l’ordre obligées de sécuriser l’intervention des pompiers.

Le calme finit par revenir vers 4 heures du matin. « On en est à trois attaques de ce commissariat en moins de quinze jours, la présence de la police semble déranger certains individus, note le syndicat de police Alliance. Il est urgent que les travaux de sécurisation de ce commissariat soient engagés dans les plus brefs délais. Et que des sanctions soient prises à l’encontre des fautifs. »

—————————————

Les Ulis et Epinay-Sous-Senart : ça continue

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

[…] Ce mercredi, un agent de police encerclé par des jeunes a été blessé à Epinay, tandis qu’aux Ulis, une voiture de police a été touchée par un cocktail Molotov et « des boules de pétanque ont même été jetées sur les gendarmes venus en renfort », souligne une source proche de l’enquête.

« Ces jeunes ont un sentiment d’impunité et n’hésitent plus, pour faire de ces quartiers leurs territoires, à s’en prendre physiquement aux forces de l’ordre », estime le syndicat de police Alliance qui réclame des renforts d’effectifs pour faire face « à une violence de moins en moins maîtrisable ». Retour sur une deuxième nuit « sous haute tension » dans l’Essonne après l’attaque du commissariat des Ulis dans la nuit du 13 au 14 juillet.

Aux Ulis, incendies et jets de boules de pétanque. Il est minuit. Un groupe armé jette des pierres et des cocktails Molotov sur des voitures et des bâtiments de la résidence de la Châtaigneraie, à quelques centaines de mètres du commissariat. Ils touchent notamment la loge du gardien. Une patrouille est envoyée pour sécuriser les lieux. Une bouteille enflammée percute le véhicule de police et laisse une trace noire sur la carrosserie. Une pierre fracasse le rétroviseur. Dans la foulée, afin de disperser les effectifs chargés de garder le commissariat, plusieurs incendies sont signalés dans les rues voisines. A chaque fois les équipages envoyés sur place sont la cible d’une pluie de projectiles.

Vers 2 heures, la compagnie de gendarmerie mobile installée au début de l’avenue des Champs-Lasnier pour barrer l’accès du commissariat aux assaillants, essuie des jets de pierre et de boules de pétanque. Les militaires répliquent par des moyens de défense. Les assaillants reculent de quelques mètres et se barricadent eux aussi à l’aide de barrières métalliques de chantier et de conteneurs poubelles enflammés. Le groupe armé est néanmoins repoussé plus loin encore. Une demi-heure plus tard, les gendarmes sont visés par une deuxième attaque. Les militaires font fuir les jeunes qui mettent au passage le feu à deux voitures.

A Epinay-sous-Sénart, interpellations houleuses. Des tirs de mortiers mettent le feu aux poudres vers 20 heures, avenue du 8 mai 1945. Du mobilier urbain est dégradé. Et un feu de végétation est signalé. Les policiers arrêtent deux des quatre hommes qu’ils ont vu s’enfuir. Mais au moment du contrôle d’identité, une quarantaine de jeunes encerclent les fonctionnaires, permettant aux deux interpellés de s’enfuir. Les agents se débarrassent du groupe hostile et retrouvent l’un des deux jeunes qu’ils souhaitaient entendre. Une nouvelle fois, un groupe se forme autour des agents et extrait le jeune dans le viseur de la police. Une patrouille supplémentaire arrive à cet instant. Mais un des gardiens de la paix est pris en tenaille par une vingtaine d’assaillants. Il prend plusieurs coups. Grâce à une grenade de dispersion, ses collègues le libèrent. De nombreux projectiles sont lancés sur les deux équipages qui battent en retraite. Un homme est interpellé à la suite de ces incidents vers 22 heures. Il a été placé en garde à vue.

—————————————

Yvelines : 48 interpellation la nuit du 13 au 14 juillet

Infonormandie / mardi 14 juillet 2015

Quarante-huit personnes impliquées essentiellement dans des violences urbaines ont été interpellées cette nuit dans les Yvelines. Une trentaine d’entre elles ont été placées en garde à vue pour avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre et les sapeurs-pompiers et pour avoir incendié des véhicules. Les faits les plus marquants ont été observés à Mantes-la-Jolie, Les Mureaux, Trappes, Chanteloup-les-Vignes et quelques autres villes dites sensibles du département. A Plaisir, des individus se sont livrés à des tirs de mortier (gros pétards d’artiifice) contre les immeubles de leur cité.

—————————————

Mantes-la-Jolie (Yvelines) : nuits sous tension

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Les nuits se suivent et ont malheureusement tendance à se ressembler pour les policiers de Mantes-la-Jolie. A trois reprises, ils ont en effet été la cible de projectiles divers et variés dans le quartier du Val-Fourré. Samedi, vers 20 h 30, ils avaient été une première fois pris à partie lors de visites de parties communes d’immeubles destinées à sécuriser les lieux dans le cadre des festivités du 14 juillet. Après avoir interpellé un mineur suspecté d’être l’un des artisans principaux de cet accueil houleux, ils avaient été contraints de faire usage de tirs de grenade de maintien de l’ordre et de flash-ball afin de disperser un groupe d’une cinquantaine de personnes.

Le lendemain, c’était d’abord au tour des pompiers d’être visés lors d’une intervention pour des feux de poubelles. Egalement ciblés à leur arrivée sur les lieux, les policiers avaient encore une fois eu recours à leur armement afin de sécuriser le périmètre. Mêmes causes et mêmes effets dans la nuit de lundi à mardi, rue Clément-Ader, pour le dernier épisode marquant de cette série d’incidents. Vers 0 h 30, pompiers et policiers sont sollicités pour un véhicule en flammes et des containers brûlés. Accueillies une fois de plus par des tirs de projectiles, les forces de l’ordre doivent encore répliquer pour disperser la vingtaine d’assaillants et faire usage, notamment, de grenades de désencerclement. Les policiers quitteront la zone une fois le calme rétabli.

—————————————

Thiais (Val-de-Marne) : barbecue et poulets

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Ils attendaient le feu d’artifice, ils ont eu un feu d’encombrants, avec en prime des tirs de mortier. Certains habitants du quartier Grignon n’ont pas beaucoup dormi dans la nuit de lundi à mardi. Passé minuit, des jeunes qui profitaient d’un barbecue sur un parking, allée de Bretagne, ont mis le feu à ce qui devait être ramassé : meubles, morceaux de bois, outillage. La police a pourchassé les jeunes dans tout le quartier, alors qu’ils multipliaient les tirs de mortiers à l’arrivée des pompiers. Ne restait de cette soirée, mardi matin, que des cendres et une table de barbecue bricolée, elle, bien conservée. Un problème de «squat» et d’insécurité qui coincide avec les beaux jours, mais remonte à plusieurs années. […] Plusieurs dizaines de policiers auraient ensuite pourchassé les jeunes dans le quartier. «J’ai appelé le commissariat parce que j’ai vu deux hommes s’en prendre à un lampadaire», témoigne un autre habitant. Dans le quartier, un grand nombre de câbles ont bien été endommagés. Aucune interpellation n’a eu lieu. «Il y avait déjà eu une opération de police dans la nuit de dimanche à lundi pour éteindre ces barbecues, explique le maire Richard Dell’Agnola (LR). Une action vigoureuse est mise en place avec la police», comme des «rondes régulières». Et d’assurer que le dispositif policier va être «musclé». […]

«Plus d’une trentaine» de véhicules ont été incendiés et 52 personnes ont été interpellées dans le Val-de-Marne cette même nuit d’après une source syndicale. Le niveau de débordements serait stable par rapport aux années précédentes.

—————————————

Grigny (Essonne) : ça tire au poulet

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Deuxième nuit de violences urbaines à Grigny. Après des caillassages dans la soirée de lundi à mardi, les forces de police ont à nouveau essuyé des jets de pierres, bouteilles, cocktails Molotov lancés par une cinquantaine de jeunes ce mercredi vers une heure du matin dans le quartier sensible de Grigny 2. Peu avant les événements, au moins sept voitures ont été incendiées à différents endroits de la cité. Aucune interpellation n’a pu avoir lieu. La veille, trois jeunes avaient été arrêtés. Deux mineurs ont été présentés devant le parquet ce mercredi. Un majeur devrait l’être ce jeudi.

—————————————

Trappes et Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) : attaques de comicos

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2015

Les commissariats de police de Trappes et de Conflans-Sainte-Honorine ont été visés, ces dernières nuits, par des tirs de mortier. A Trappes, les premiers incidents remontent à la nuit de lundi à mardi. Face à un groupe hostile ayant lancé plusieurs fusées en direction du bâtiment, les policiers ont eu recours à des tirs de défense puis ont procédé à trois interpellations. Vers 3 heures, mercredi matin, le commissariat a été à nouveau pris pour cible par des individus qui ont pris immédiatement la fuite. Dans le même temps, à Conflans-Sainte-Honorine, c’est une fusée de feu d’artifice qui a été jetée dans la cour du commissariat. Elle a explosé sans provoquer de dégât ni faire de blessé.

—————————————

Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : feux de voitures et échauffourées

Le Parisien / mardi 14 juillet 2015

Les carcasses de voitures brûlées témoignent de l’agitation de la nuit dans les Hauts de Rueil, en ce matin du mardi 14 juillet. À plusieurs reprises, des jeunes du quartier ont mis le feu à des véhicules et affronté la police avec des feux d’artifice. « Ils étaient habillés tout en noir, indique Marie, une habitante. On les voyait courir dans tous les sens. Vers 1 h 30, ils ont bloqué la rue Henri-Dunant avec un scooter incendié. » Le groupe met le feu à d’autres voitures avant que trois cars de police arrivent, précédés des pompiers qui éteignent les feux. En tenue anti-émeute, les forces de l’ordre essuient quelques tirs tendus de feux d’artifice avant de disperser tout le monde.

« Ils sont revenus vers 4h30, poursuit Marie. Ils ont bloqué de nouveau la rue Henri-Dunant avec une voiture en feu, et ont fait la même chose avenue de Fouilleuse. Celle-là a brûlé longtemps et fort, les flammes sont bien montées jusqu’à 6 m… » […]

—————————————

Hauts-de-Seine sud : un peu d’émeute

Boulogne-Billancourt, le 14 juillet. […] Vers 1 heure, quatre personnes ont mis le feu à un conteneur à ordures qui a fini sa course sur l’avenue du Général-Leclerc. […] Les incendiaires faisaient partie d’un groupe qui s’était distingué un quart d’heure plus tôt. Après avoir incendié des poubelles et dégradé du mobilier urbain sur la Place-Haute, ils ont jeté des engins pyrotechniques sur les policiers dépêchés sur place. Les fonctionnaires ont pu appréhender deux d’entre eux, âgés de 16 et 17 ans. Tous deux habitent la cité. La devanture du supermarché Carrefour Market a elle aussi été endommagée par les vandales. Deux autres sinistres ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 juillet à Boulogne-Billancourt : la police a constaté un autre feu de poubelle, toujours sur l’avenue du Général-Leclerc, et la destruction d’un scooter par les flammes.

A Issy-les-Moulineaux, à 0 h 30 dans la nuit du 13 au 14 juillet, les policiers ont repéré une douzaine de personnes transportant des projectiles et autres mortiers au niveau du rond-point Victor-Hugo. A la descente de leur véhicule, les fonctionnaires ont essuyé des tirs d’objets explosifs. Ils ont réussi à arrêter l’un des fauteurs de trouble, âgé de 18 ans et demeurant à Trappes (Yvelines). Le reste du groupe a pris la fuite en direction de Paris.

A Suresnes, les habitants de la Cité-jardin ont eu du mal à dormir dans la nuit du lundi 13 juillet au mardi 14 juillet. « C’était vers 23 heures, que ça a commencé, témoigne Lilia, une habitante du quartier. Une vingtaine de jeunes a commencé à lancer des pétards, puis ils ont arraché les câbles des lampadaires de l’avenue Aristide-Briand. » Dans le noir complet, un petit groupe se met à caillasser les vitres de l’abribus face au collège. Un peu plus tard, c’est une voiture qui brûle sur la place Jan Masaryk, puis des poubelles. Les pompiers sont intervenus, précédés de la police qui a bouclé le quartier. La nuit suivante, le même type de violence s’est reproduit. Cette fois, ce sont un scooter et deux poubelles qui ont été brûlées. « On n’avait jamais connu ça à la Cité-jardin », constate Evelyne, une autre riveraine.

—————————————

Oise : voitures brulées et feux de poubelles

Le Courrier Picard / mardi 14 juin 2015

Dans la nuit du 13 au 14 juillet, comme chaque année, des voitures ont été incendiées dans le département. Rien que dans les trois zones polices du département de l’Oise, on en compterait plus d’une vingtaine : entre deux et quatre à Compiègne, une dizaine pour le secteur de Creil, une dizaine également à Beauvais. À cela s’ajoutent des feux de poubelles : quatre ou cinq, par exemple, à Compiègne.

—————————————

Eure : voitures incendiées, vandalisme, affrontements avec les flics

Normandie-actu / mercredi 15 juillet 2015

À Évreux, Gisors et Vernon (Eure), la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet 2015 a été marquée par des violences urbaines. Dans plusieurs quartiers, des voitures ont été brûlées. Des policiers ont également été pris à partie dans les les villes, essuyant notamment des jets de projectiles. Des faits qui ont vivement fait réagir le maire de Vernon, Sébastien Lecornu, qui a « condamné avec force les violences de cette nuit ». Mercredi 15 juillet 2015, Sébastien Lecornu a écrit à Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur. Un courrier dans lequel il précise : « une quinzaine de véhicules ont volontairement été incendiés dans le Département la nuit du 14 juillet. Par ailleurs, ces incendies volontaires se sont accompagnés de violences à l’endroit des pompiers et des forces de l’ordre qui ont essuyé des jets de pierre voire de mortier, par près de 40 personnes. Les Vernonnais ont été profondément choqués par ces troubles. »
Le président du Conseil départemental et maire de Vernon rappelle qu’il entend déployer une cinquantaine de caméras dans tous les secteurs de la Ville d’ici à 2020. [pour Gisors, voire ci-dessous; NdR]

La nuit précédente, entre le dimanche 12 et le lundi 13 juillet 2015, c’est un collège de Vernon (Eure) qui avait été la cible de dégradations. Vitres brisées, biens dégradés. Ces actes de vandalisme au collège Cervantes, dans le quartier des Boutardes, ont relancé la question de la vidéoprotection des établissements, pour Sébastien Lecornu.
Élu président du Conseil départemental de l’Eure le jeudi 2 avril 2015, il avait exprimé le souhait d’installer, dans les collèges du Département, des caméras de surveillance. Un discours qui avait fait bondir, dans les rangs de l’opposition. Après cet épisode de dégradations, il a réaffirmé son souhait d’équiper les établissements eurois de tels installations et va demander l’accentuation des rondes autour du collège durant les vacances scolaires.

—————————————

Gisors (Eure) : ils cherchent les gendarmes

Paris-Normandie / mardi 14 juillet 2015

Un gendarme a été blessé dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet à Gisors (Eure) dans des affrontements opposant une quarantaine de militaires à une bande d’une quarantaine de personnes, en marge des festivités du 14 Juillet. Un Gisorsien d’une trentaine d’années a été interpellé dans la nuit. Suspecté d’avoir participé aux jets de pierre, il a été placé en garde à vue dans la nuit. Le militaire a été blessé au pied par une pierre. Il a une ITT de trois jours.

Les échauffourées ont commencé vers minuit, après le feu d’artifice quai du Fossé aux Tanneurs, à proximité de la mairie, en plein centre-ville lorsqu’un groupe a jeté différents projectiles, pierres, pavés et des feux d’artifice en tir tendu, sur une trentaine de gendarmes. Ces derniers ont dû demander un appui aérien. Une dizaine de militaires sont arrivés en renfort avec l’hélicoptère de la base de Villacoubley (78) pour réaliser des images afin d’identifier les fauteurs de trouble. « Il y avait une réelle volonté d’en découdre avec les gendarmes car ces individus ont multiplié les provocations », estime la gendarmerie. La bande s’est déplacée vers le quartier des Bornes et a coupé l’éclairage public à plusieurs endroits de la ville. Quatre poubelles ont été incendiées sur son passage et un véhicule a été retourné sur le parking du Château. Les pompiers, qui n’ont pas été pris à partie, ont pu éteindre ces feux. « C’est clair qu’ils ont voulu tendre un guet-apens. Les gendarmes n’ont pas voulu répondre aux provocations pour ne pas envenimer la situation », commentait hier le groupement d’Evreux. La ville de Gisors a retrouvé son calme vers 4 h 30. […]

Des incidents avaient déjà émaillé les festivités du 14 juillet l’année dernière et lors de la fête de la musique en juin, ce qui explique le nombre de gendarmes mobilisés lundi soir dans la ville. « Nous avons voulu être particulièrement vigilants. » Par ailleurs, une vitre de la mairie a été cassée au cours des affrontements. Hier soir, le maire se réservait le droit de déposer plainte.

—————————————

Le Havre (Seine-Maritime) : voitures incendiées et échauffourées

Paris-Normandie / jeudi 16 juillet 2015

Même si officiellement la nuit du 14 au 15 juillet a été calme, il y a toutefois eu six voitures incendiées sur toute la circonscriptiondu Havre en Normandie. Selon nos informations, les quartiers d’Aplemont et du Bois-de-Bléville au Havre ont été touchés, ainsi que les communes de Montivilliers et de Gonfreville-l’Orcher dans l’agglomération. Des pétards de mortier ont également été tirés par plusieurs Havrais. Des échauffourées ont éclaté dans le quartier du Bois-de-Bléville au Havre, opposant trente à cinquante habitants à plusieurs fonctionnaires de police. Un homme aurait été interpellé et placé en garde à vue.

—————————————

Roubauix (Nord) : des mortiers contre les flics

France3 / mercredi 15 juillet 2015

Deux équipages de police appelés la nuit dernière vers deux heures du matin pour des nuisances commises rue de Lannoy à Roubaix ont reçu un accueil quelque peu tendu à leur arrivée sur place. Les policiers ont été accueillis « par une cinquantaine de personnes hostiles« , dont certaines ont tiré vers les forces de l’ordre des mortiers « d’artifice ». De gros pétards utilisés comme armes par destination, projectiles incandescents qui peuvent sérieusement blesser les personnes visées. Voire même celles qui les manipulent. Aucun agent n’a été touché, et deux jeunes majeurs ont pu être interpellés pour violences sur agent dépositaire de l’ordre public. Ils ont été placés en garde à vue. […]

—————————————

Dunkerque (Nord) : l’école, le camion, la maison des services, tout brûle

La voix du Nord / mercredi 15 juillet 2015

Le quartier du Jeu de Mail a connu de nouveaux incidents dans la nuit de mardi à mercredi. Vers 23 h 30, l’école Lucien-Maillart, située rue du Jeu-de-Mail, a été visée par un tir de cocktail Molotov. Une heure plus tard, un feu de camion a nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers. Le véhicule était stationné sur le parking du magasin Intermarché, rue Louis-Neuts. Pourtant, des agents de sécurité engagés par la municipalité « en prévision du 14 juillet pour plusieurs nuits, afin d’assurer la sécurité et la sérénité des habitants », patrouillaient dans le quartier. « Ils ont fait l’objet de menaces », précise Alice Varet, adjointe en charge de la Sécurité. […] Le 27 juin, presque un mois jour pour jour après l’incendie criminel à l’origine de la fermeture de la maison des services du Jeu de Mail, Patrice Vergriete, accompagné par le sous-préfet, Henri Jean, et par le commissaire central, Damien Keunebrocq, avait rencontré les habitants lors d’une réunion publique afin de parler de la recrudescence des incidents. Le personnel de la maison des services avait notamment été visé par des jets de pierre, le 28 mai.

—————————————

Meylan (Isère) : incendie des bureaux de la police municipale

Le Dauphiné / mercredi 15 juillet 2015

Meylan 15 7 2015Les bureaux de la police municipale de Meylan ont été la cible d’un ou plusieurs incendiaires cette nuit. Le feu s’est déclaré peu avant 3heures du matin. Les sapeurs-pompiers qui sont intervenus rapidement ont pu éteindre le feu et éviter qu’il ne se propage au reste de la mairie. Néanmoins, les bureaux de la police municipale sont inutilisables pour l’heure.

—————————————

Villefontaine (Isère) : guet-apens pour les flics

Le Dauphiné / jeudi 16 juillet 2015

Comité d’accueil particulier pour les gendarmes qui sont intervenus dans la nuit de dimanche à lundi à Villefontaine. À une heure du matin, impasse des Étourneaux, ils sont sortis alors que deux jeunes avaient incendié des poubelles. À leur arrivée, ils ont essuyé des tirs de feux d’artifice de la part de plusieurs individus. Conséquence : plusieurs patrouilles de gendarmerie ont été appelées en renfort pour faire revenir le calme.

—————————————

Nancy et Laxou : des caillassages de flics depuis des semaines

L’Est Républicain / mercredi 15 juillet 2015

Il y a eu le spectacle féerique de pyrotechnie hier soir au Pôle nautique de Nancy et une foule ravie. En revanche, sur la ville haute, dans le quartier du Haut-du-Lièvre, la fête nationale se soldait par trois véhicules incendiés vers 3 h 15, rue Jean-Millet, devant l’immeuble le Cèdre Bleu. Un peu plus tôt dans la soirée du 14 juillet, à Laxou cette fois, la tension était palpable dans le quartier des Provinces, un secteur classé Zone de sécurité prioritaire (ZSP) tout comme le Haut-du-Lièvre. Aux Provinces, le ton était donné dès 23 h 30 avec des feux de poubelles de type Molok, sur l’avenue de l’Europe ou à même la chaussée. Des incendies aux allures de guet-apens puisque pompiers et policiers étaient accueillis par des « caillassages ». Le pare-brise d’un véhicule de police a d’ailleurs été brisé par un projectile. Vers 2 h, ce sont deux véhicules qui étaient en proie aux flammes et les secours ont dû intervenir avec un support policier. Des cocktails Molotov semble-t-il prédisposés à proximité du bâtiment Champagne, ont également été retrouvés.

Hormis quelque motos de cross non-homologuées pour la voie publique et qui ces derniers temps, sillonnent le quartier et ses espaces verts, le secteur des Provinces reste relativement calme en matière de violences urbaines même si lors de la quinzaine écoulée, d’autres « caillassages » de véhicules de police ont eu lieu.

—————————————

Angers (Maine-et-Loire) : saisir le bon moment

Le courrier de l’ouest / mardi 14 juillet 2015

Angers 15 7 2015Lundi soir à Angers, les policiers sont intervenus à la suite d’une effraction des locaux de la CAF à la Roseraie. Il a suffi qu’ils s’absentent quelques minutes pour que leur véhicule soit incendié. « Clairement, quelqu’un a mis le feu. Il a suffi que les policiers s’absentent deux ou trois minutes… » a raconté un témoin. Un peu après, trois voitures ont été incendiées dans les environs du parc Balzac, juste après le feu d’artifice

—————————————

Vaulx-en-Velin (Rhône) : ça commence tôt et bien

France3 / lundi 13 juillet 2015

Lundi à 2 heures du matin, divers projectiles ont été jetés sur le commissariat situé 1 avenue George Dimitrov à Vaulx-en-Velin. Parmi eux se trouvait une grenade à plâtre. Un découverte qui a justifié l’envoi du service de déminage. D’autres jets de projectiles ont aussi été recensés ce week-end. Ce sont des actes de violences qui se sont multipliés cette nuit à Vaulx-en-Velin, et qui font suite à une série de jets de pierre les nuits précédentes. A chaque fois, des jets de projectiles contre de personnes dépositaires de l’autorité publique ou contre des pompiers.

Ainsi cette nuit à 00h35, sur la promenade Lénine, un mineur de 15 ans, demeurant à Vaulx-en-Velin a été interpellé par un équipage de la Brigade anti criminalité (BAC). Il venait, en compagnie de plusieurs individus en fuite, de jeter des pierres en direction des policiers. Par ailleurs, les policiers ont fait l’objet de jets de mortiers par un groupe d’individus hostiles.

A 02h30, place Guy Moquet un équipage de sapeurs-pompiers en intervention était caillassé par un groupe d’individus. Des projectiles qui ont notamment brisé la vitre d’un camion de pompiers et marqué la carrosserie.

Enfin, ce jet de projectile contre le commissariat avenue Georges Dimitrov, là même où samedi peu avant minuit un bus avait été l’objet d’un jet de pierre, tout comme les forces de l’ordres déployées ensuite en mission de sécurisation.

—————————————

… et puis ça continue !

lyonmag / mardi 14 juillet 2015

vaulx11Après une fin de week-end marquée par des affrontements entre Vaudais et policiers/pompiers, la nuit de lundi à mardi a de nouveau été le théâtre de débordements.
Vaulx-en-Velin s’est embrasée, plus de 5 voitures ont été incendiées et des barricades, elles aussi enflammées, ont été dressées sur différents axes pour ralentir voire empêcher l’intervention des secours. Selon nos informations, aucun blessé ne serait à déplorer. Huit personnes ont été interpellées parmi les groupes qui tiraient au mortier sur les policiers. La plupart pourrait être présentée au parquet dans les prochaines heures. Un important dispositif avait pourtant été déployé au Carré de Soie où était tiré le feu d’artifice lundi soir.

—————————————

Agglomération de Lyon : nombreux incidents

Metronews / mercredi 15 juillet 2015

Les feux d’artifice et les bals populaires ne sont malheureusement pas les seules traditions entourant les festivités du 14-Juillet. Chaque année, de nombreux incidents éclatent la nuit à cette période de l’été. L’agglomération lyonnaise est loin d’être épargnée, puisque pas moins de 24 personnes ont été interpellées entre le 13 et le 15 juillet. Plusieurs mineurs figurent d’ailleurs parmi les personnes mises en cause.

Selon la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, les policiers ont notamment été la cible de jets de mortiers et de pierres à Vaulx-en-Velin. Dans le Ve arrondissement de Lyon, cinq jeunes hommes âgés de 17, 16 et 15 ans ont été interpellés pour avoir jeté des projectiles sur des sapeurs-pompiers et des équipages de police intervenant sur des incendies de containers. L’un des suspects a été mis hors de cause, tandis que les autres nient les faits.

Dans le IIe arrondissement, un individu de 19 ans a été arrêté après avoir jeté un pétard en direction d’un policier. Dans le VIIIe arrondissement, trois hommes âgés respectivement de 18, 16 et 13 ans ont également été appréhendés alors qu’ils venaient de jeter un pétard dans un véhicule appartenant à la Ville de Lyon, le dégradant partiellement. Dans le Ier arrondissement, des jets de pétards ont là aussi provoqué un début d’incendie dans l’amphithéâtre des Trois Gaules. D’autres dégradations et Villeurbanne 15 7 2015 2violences sont à déplorer ailleurs à Lyon ainsi que dans les communes de Saint-Fons, Rillieux-la-Pape, Villeurbanne et Vénissieux. A Vénissieux justement, un adolescent de 16 ans a été interpellé après avoir tenté d’incendier un rond-point à l’aide d’un briquet et d’hydrocarbure. Un supermarché Dia a par ailleurs été la cible d’un incendie dégradant la façade du commerce. De son côté, la préfecture n’a pas dévoilé le nombre de véhicules incendiés ces dernières nuits dans la Métropole de Lyon.

—————————————

Lyon : 50 voitures brûlées et 16 personnes interpellées

Lyoncapitale / mercredi 15 juillet 2015

Villeurbanne 15 7 2015La police a procédé la nuit dernière à 16 interpellations, dont de nombreux mineurs, dans l’agglomération pour des jets de pétards et projectiles. Les pompiers du Rhône ont dû faire face à plus de 2600 appels dans la nuit pour « des voitures incendiées et des feux sur la voie publique« , a rapporté Le Progrès. Les incidents de la nuit dernière ont commencé peu de temps après la fin du feu d’artifice de Lyon. Dans la capitale du Rhône, trois jeunes de 13, 16 et 18 ans ont été interpellés après avoir jeté un pétard dans un véhicule municipal. A Villeurbanne, c’est un jeune de 19 ans qui a été arrêté pour des tirs de mortier en direction des policiers, alors que deux autres adolescents de 15 et 16 ans étaient eux aussi interpellés pour des tirs vers des passants et l’incendie d’une poubelle. A Vaulx-en-Velin quatre autres jeunes ont été arrêtés, après plusieurs autres arrestations depuis ce week-end, pour diverses violences urbaines ciblant policiers et pompiers. La préfecture n’a pas souhaité communiquer sur le nombre de voitures brûlées. Mais une cinquantaine de voitures auraient été incendiées depuis le week-end dernier. 

—————————————

Lyon : moins de prières, plus de pétards

Lyoncapitale / mercredi 15 juillet 2015

Alors qu’une centaine de fidèles étaient rassemblés dans le lieu de culte mardi matin vers 4h30, un ou plusieurs individus ont ouvert la porte et lancé des pétards, a rapporté Le Progrès. Les détonations ont provoqué un moment d’émoi général mais n’ont fait aucun blessé. Une plainte a été déposée par le responsable de l’association culturelle du lieu, mardi en fin de matinée. Une enquête est en cours pour identifier le ou les personnes à l’origine de cet incident. L’incident s’est produit dans la mosquée Oufla (7e arrondissement) située au 31 rue Camille-Roy.

—————————————

Villeurbanne (Rhône) : insultes pour le maire

mlyon / mercredi 17 juillet 2015

La soirée du 14 juillet a dégénéré mardi soir à Villeurbanne. Place Lazare Goujon, devant la mairie, du mobilier urbain a été saccagé. Des pétards et des fusées étaient également lancés. Selon nos informations, le maire PS de la 2e ville du Rhône, Jean- Paul Bret est alors intervenu avec un groupe de six élus. Il a interpellé le groupe de jeunes pour « leur expliquer qu’il y a des choses qui ne se faisaient pas », nous confirme l’adjoint à la Sécurité Didier Vullierme, présent au moment des faits. En retour, le maire a récolté quelques quolibets de la part des casseurs. Didier Vullierme a toutefois indiqué qu’aucune bousculade n’avait eu lieu et que Jean-Paul Bret n’avait donc pas l’intention de porter plainte personnellement. Peu après minuit, la police a alors du évacuer la place de l’Hôtel de Ville.

Ce n’est pas la première fois qu’un édile de l’agglomération doit faire face à un attroupement vociférant. Pour rappel, nous vous avions déjà révélé en exclusivité la tentative d’agression de Gérard Collomb en juin 2013. Le sénateur-maire de Lyon, accompagné de sa femme Caroline, avait été interpellé par des militants anarchistes aux abords de l’Hôtel de Ville. Son chauffeur et des policiers étaient intervenus en catastrophe pour exfiltrer Gérard Collomb.

—————————————

Vénissieux (Rhône) : Dia brûle

France3 / mardi 14 juillet

DIA VenissieuxUn supermarché victime d’un début d’incendie volontaire, des dégradations d’abribus, des feux de broussailles, des voitures brûlées : la nuit du 13 juillet à Vénissieux a été agitée. La fête nationale a été en partie gachée, et la maire Michèle Picard condamne fermement.

Des festivités du 14 juillet qui ont lieu la veille au soir : c’est une tradition dans de nombreuses communes de l’agglomération lyonnaise pour permettre au plus grand nombre d’assister à la fête à Lyon le jour J. Pourtant hier, l’ambiance était plutôt morose à Vénissieux où de nombreux incidents ont été signalés, après les caillassages, jet de mortiers et de grenade à plâtre contre les forces de l’ordre à Vaulx-en-Velin ce week-end.

L’un d’entre eux au moins aurait pu s’averrer dramatique : le supermarché Dia situé aux Minguettes victime d’un début d’incendie volontaire. C’est manifestement des poubelles contenant des cartons qui ont été sciemment brulées derrière le magasin. Sans l’intervention rapide des pompiers qui ont réussi à circonscrire le sinistre, c’est tout le magasin qui serait parti en fumée et avec lui les emplois qui y sont attachés. Ce matin, il a pû ouvrir normalement comme l’ont constaté sur place nos journalistes. […]

Ce sont surtout des jeunes, de 12 à 14 ans, désoeuvrés pendant l’été, qui se lancent « dans une sorte de jeu avec la police », a-t-elle expliqué. « Lundi soir, beaucoup de parents sont descendus chercher les enfants dans la rue pour les faire remonter chez eux, ce qui a permis d’avoir une nuit un peu plus calme, même si des poubelles et voitures ont été incendiées », a ajouté Mme Geoffroy, députée-maire de Vaulx-en-Velin, qui estime qu’il faut « travailler à occuper les ados l’été » [donnez-leur des mortier et ils s’occuperont très bien tous seuls, non? NdR].

Villeurbanne 15 7 2015 3

 

 

 

 

 

 

—————————————

Bouches-du-Rhône : 17 interpellations, trente bagnoles cramées

20 minutes / jeudi 16 juillet 2015

Lors des festivités des 13 et 14 juillet, 17 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans le département, contre six personnes l’année dernière. «Le préfet de police remercie l’ensemble des policiers et gendarmes qui ont œuvré au bénéfice de la sécurité de nos concitoyens», souligne la préfecture de police. Dans un communiqué, le préfet de police salue le respect de «la consigne de fermeté face aux débordements». Trente incendies de véhicules et 44 feux de containers ont par ailleurs été répertoriés dans la nuit du 14 juillet. En 2014, il y avait eu 31 véhicules et 24 containers brûlés.

—————————————

Marseille : les voitures des flics aux Molotovs

La Provence / jeudi 16 juillet 2016

Cette nuit, deux individus ont envoyé deux cocktails molotov sur le pavillon de deux voitures appartenant à deux fonctionnaires du commissariat implanté dans la cité Félix Pyat (3e) à Marseille. Les toits de ces véhicules ont été légèrement noircis. Le duo est alors parti en courant. Régulièrement, ce commissariat fait l’objet de ce genre d’attaque.

—————————————

This entry was posted in ACAB, Antiélectoral and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.