Valence (Drôme) : Faire payer la mairie pour les expulsions

francebleu / lundi 28 avril 2014

http://s-www.ledauphine.com/images/C1EE0D83-4952-433F-B390-EE1762D17ACB/LDL_V0_06/photo-le-dl-fabrice-hebrard.jpg

Tous les véhicules des services techniques de la ville de Valence garés rue Cujas ont été vandalisés dans la nuit de dimanche à lundi. Deux tags laissent à penser qu’il s’agit de représailles après le démantèlement d’un camp de Roms vendredi.

Désagréable surprise pour le personnel des services techniques de la ville de Valence ce lundi matin : tous les véhicules garés sur un parking municipal rue Cujas ont été vandalisés. Les pneus ont tous été crevés. Et sur les vitres d’une voiture électrique sont inscrits deux tags : « non aux expulsions » et « collabo » (photo ci-dessus).

Le maire de Valence pense à des représailles

Impossible de ne pas faire le lien avec le démantèlement d’un camp de Roms vendredi près du Plateau des Couleures. C’est l’hypothèse la plus probable, selon les enquêteurs, et selon le nouveau maire de Valence. Nicolas Daragon avait revendiqué haut et fort son intervention auprès du préfet pour accélérer l’expulsion. Aujourd’hui, il envisage d’installer une caméra sur le parking municipal. Il est fermé la nuit par de grandes portes métalliques mais faciles à escalader.

 

This entry was posted in Antiélectoral, Contre les frontières. Bookmark the permalink.