Le 14 juillet, on fait la fête aux poulets !

Nanterre : Le bus carbonisé, le gymnase… presque !

Le Parisien / mardi 14 juillet 2020

Nuit du 13 au 14 juillet mouvementée pour les sapeurs-pompiers de Paris. A Nanterre, où plusieurs incidents ont éclaté, les soldats du feu ont notamment dû intervenir pour un bus de la RATP incendié, vers 0h30, à hauteur du 73, avenue Pablo-Picasso. Ce bus de la ligne 159 a été pris pour cible par plusieurs personnes, qui ont fait sortir le chauffeur de son véhicule avant de l’incendier. Aucun passager n’était à bord. […]

Plus tard, vers 2 heures, le gymnase Paul-Langevin a été incendié, 2, rue Morelly, à la limite de Rueil-Malmaison. Le feu aurait pris « à partir de tirs de mortiers », selon une source préfectorale. […]

« Des tirs de feux d’artifice avec des mortiers ont enflammé une bâche d’étanchéité qui avait été posée sur la toiture du gymnase Langevin », indique Patrick Jarry, le maire (DVG) de Nanterre, « selon les premiers éléments d’information communiqués et [qui] restent à confirmer ».
Si les flammes ont en grande partie dévoré cet équipement de 2 000 m2, les pompiers sont toutefois parvenus à préserver le centre de loisirs les Gavroches, situé juste à côté. Pas moins de 8 lances dont plusieurs à grande puissance et l’usage du robot extinction ont été nécessaires pour maîtriser le sinistre. […]

Les sapeurs-pompiers ont également été mobilisés pour une quinzaine de feux de voitures dans plusieurs villes des Hauts-de-Seine ainsi que dans le département voisin de Seine-Saint-Denis, notamment à Drancy et Pantin.

*****

Seine-Saint-Denis : Des jolis mortiers contre des bleus effarés

Le Parisien / mercredi 15 juillet 2020

[…] Les locaux de la compagnie autoroutière basée à Saint-Denis ont été la cible de jets de mortiers ainsi que le commissariat de Neuilly-sur-Marne. Le secteur le plus sensible aura été Montreuil avec trois cités arrosées par « une pluie de mortiers », selon un policier. À partir de 23 heures jusqu’à 3 heures du matin, les tirs ont fusé de toutes parts.

Trois quartiers ont connu une nuit du 13 très tendue : les cités de la Noue, Eugène-Varlin-Jean-Moulin et celle de l’Amitié. « Cela a été un jeu du chat et de la souris », commente ce policier. Mais à la différence des autres années, les mortiers employés étaient beaucoup plus redoutables. « Ils tirent à une distance de 150 m, il s’agit de mortiers qui laissent échapper sept ou huit boules de feu, alors qu’avant ça ne pétait qu’une fois », souligne-t-il. «On n’avait jamais vu ça»

Si bien que les forces de l’ordre ne peuvent plus intervenir au risque d’être atteintes par les projectiles suivants. Les dégâts sont bien plus graves qu’avec les engins pyrotechniques « traditionnels ». L’une des boules enflammées qui a atterri sur le capot d’un véhicule de patrouille a provoqué un véritable cratère de 3 à 4 cm de profondeur. « Comme si on avait lancé de toutes ses forces une boule de pétanque sur la voiture », précise le policier.

Les dommages sont surtout humains. Quatre fonctionnaires ont été sérieusement blessés. Même équipé de casque et visière pare-balles, l’un des policiers a été atteint par des éclats de mortier à l’œil. Le mortier a explosé sur son casque. Un autre touché par ces engins a été mis KO et souffrait d’une perte d’audition. Un troisième a été blessé au genou et un autre a eu le menton ouvert. […]

La nuit suivante, ordre avait été donné de faire un « usage parcimonieux de l’armement ». « Le but était d’être vus, mais pas d’interpeller. On a l’impression d’être des boîtes de conserve dans un jeu de chamboule-tout », ne décolère pas un agent. La nuit du 14 juillet a été moins mouvementée. Le bilan n’est pas encore connu.

Les tirs de mortier n’ont pas cessé pour autant. Un automobiliste a été interpellé lors d’un contrôle routier, à Saint-Denis à 22 h 20 avenue Anatole-France en possession de soixante obus de mortier dans son coffre. Il a été laissé libre et sera convoqué ultérieurement. Son matériel a bien sûr été confisqué. À Aulnay, la nuit a été plus calme avec des incendies çà et là en nombre limité. Il y a eu un jet de mortier sur la police municipale rue du 8 mai 1945 et des violences urbaines de 23 heures à minuit rue Eugène-Delacroix. Tout était redevenu calme à 1 heure du matin.

*****

Val-de-Marne : Le tir du mortier, sport national ? Oui, si la cible est la police nationale !

actuVal-de-Marne / mercredi 15 juillet 2020

« Un véritable sport national ». Les tirs de mortier, légion depuis de nombreux mois dans certains quartiers du Val-de-Marne, ont été particulièrement nourris ces dernières nuits, entre le 13 et le 15 juillet. C’était notamment le cas à Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine et Orly.
Le syndicat des commissaires de police, le SICP, a dénoncé ce mercredi la recrudescence des faits de violence et des attaques aux mortiers sur les policiers dans plusieurs quartiers les nuits du 13 au 14 et du 14 au 15 juillet. C’était notamment le cas dans le Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine : « Les individus veulent clairement en découdre », déplore le syndicat, image à l’appui.
A Orly, un fourgon en patrouille de la police a également été la cible d’une attaque.
Par ailleurs, plusieurs voitures ont été incendiées au cours de ces deux nuits, à Vitry-sur-Seine mais aussi à Ivry-sur-Seine. […]

Le maire, Pierre Bell-Lloch (PCF), a précisé que « plusieurs incendies de voitures ont été déclarés ainsi que la destruction des vitres de l’école Jules Verne par des jets de pierres » à Vitry-sur-Seine.

*****

Yvelines : Deux nuits de fête

Info Normandie / mercredi 15 juillet 2020

Deuxième nuit consécutive de violences urbaines aux Mureaux (Yvelines). Une trentaine d’individus ont attiré, cette nuit, de mardi à mercredi, les policiers dans un guet-apens.
Peu avant 1h30, les forces de l’ordre ont été appelées à intervenir rue Louis Blériot  dans le quartier des Musiciens où un groupe de jeunes hostiles, le visage dissimulé par des capuches, ont dressé une barricade avec des poubelles sur la voie publique puis ont tiré une quinzaine de mortiers d’artifice provoquant l’incendie d’une des poubelles. […]

D’autres villes du département ont connu les mêmes scènes de violences. Vers 21 heures, à Saint-Cyr-l’Ecole, des bus auraient été la cible de tirs de mortiers, rue Robert-Desnos, par une quinzaine d’individus qui avaient pris la fuite avant l’arrivée de la police. Aucun blessé n’a été signalé.

Vers 23h30, square Louis Pergaud, à Trappes, des incendies de poubelles ont été signalés. Une quinzaine de jeunes armés de bâtons se trouvaient à proximité, lors de l’intervention des policiers qui ont essuyé des tirs de mortiers. Aucun impact ni blessé.

A la même heure, à Vernouillet, les forces de l’ordre sont intervenues  boulevard de l’Europe pour constater des feux de poubelles. Ils ont fait l’objet de plusieurs tirs de mortier, impactant un véhicule de service, sans toutefois le dégrader. Les fonctionnaires ont répliqué avec des grenades lacrymogènes et en tirant des balles de défense pour repousser le groupe hostile.

Peu avant minuit, un véhicule de la Police municipale de Versailles a été la cible jets de mortiers, par quatre individus cagoulés qui ont pris le fuite sans être inquiétés.

Enfin, à Trappes, vers minuit et demi, des véhicules des sapeurs-pompiers ont été la cible de tirs de mortiers sur les lieux d’une intervention square Stendhal où des poubelles étaient en feu. Les auteurs étaient dissimulés derrière les bâtiments d’habitation. Les policiers pris en tenaille ont fait usage de grenades lacrymogènes, de grenades de désencerclement et de lanceurs de balles de défense. Quatre containers poubelle ont été détruits, aucun blessé n’a été déploré parmi les fonctionnaires.

*****

Lyon et sa banlieue : Nuits difficiles pour les keufs (et les mairies)

Lyonmag / mercredi 15 juillet

Ce mardi soir de fête nationale est de nouveau marquée par un regain de violences dans l’agglomération lyonnaise. Des incidents après la nuit précédente, où au moins une cinquantaine de véhicules avaient été incendiés dans la banlieue est, ainsi que du mobiliser urbain. Cette fois, les violences ont éclaté plus tôt, comme à Rillieux-la-Pape où les policiers ont été victimes de jets de pierres avant même 22h. […]

Et comme la nuit de lundi à mardi, de nombreux incendies volontaires se sont de nouveau déroulés. Déjà, vers 23h dans le quartier du Tonkin à Villeurbanne, plusieurs voitures ont été incendiées tout comme à la Duchère et Vaise dans le 9e arrondissement, ou encore à Bron. Sur cette dernière commune, des émeutiers n’ont pas hésité à caillasser et charger les policiers qui ont répondu avec du gaz lacrymogène. Des moyens de dispertion ont aussi été utilisés par les forces de l’ordre dans le quartier Gorge de Loup, notamment rue Marietton, là encore dans le 9e. Selon nos informations, le poste de la police municipale, situé sur l’artère, a été la cible de jets de projectiles, des impacts sont visibles sur les vitres. Des tensions étaient toujours en cours vers 1h30 du matin non loin, au niveau de la place Valmy.

A Décines et Rillieux-la-Pape, ce sont des feux de broussailles qui ont dû être gérés par les sapeurs-pompiers. Sur Caluire et dans le quartier Sainte-Blandine de Lyon 2e, ce sont des poubelles en feu qui ont été signalées.

Sur de nombreuses communes, des lignes de bus ont été déviées jusqu’à la fin du service alors que plusieurs véhicules TCL ont été la cible ce mardi soir de jets de projectiles, notamment à Rillieux où un bus de la ligne 33 a eu plusieurs vitres brisées.

*****

Evreux : Mobiles et déterminés, ils attaquent les flics et pillent un tabac

extrait de France 3 / mardi 14 juillet 2020

[…] A partir de 22h30, et jusqu’à 4 heures du matin, des groupes de jeunes « extrêmement mobiles et très déterminés » ont allumé des feux, détruit du mobilier urbain et affronté les forces de l’ordre; notamment avec des tirs de mortier et de feux d’artifice.

Si des incidents se produisent habituellement le soir du 13 juillet, ce qui s’est passé cette année est « beaucoup plus violent » a précisé Fabien Chollet, le directeur de cabinet du préfet de l’Eure, à  la rédaction de France 3 Normandie.
De nombreux incendies ont été déclenchés (une dizaine de poubelles et 5 véhicules) et des dégradations ont été commises. Un bureau de tabac a été attaqué et pillé. […]

Dans le quartier de Nétreville, une voiture a été incendiée et [malheureusement, NdAtt.] le feu s’est ensuite propagé à une maison. Les 9 occupants ont dû être évacués en pleine nuit et relogés.

Selon France 3 « Au cours de ces affrontements nocturnes, 8 gendarmes mobiles ont été blessés ainsi que plusieurs policiers ébroïciens. »

*****

Besançon : Et à Planoise, les abribus en miettes !

France Bleu / mercredi 15 juillet 2020

Des jeunes du quartier de Planoise et les forces de l’ordre se sont affrontés dans la nuit de mardi à mercredi, notamment dans le secteur d’Île-de-France. Vers 23h30, une première poubelle est en feu sur l’avenue de l’Île-de-France, un feu éteint par les pompiers quelques minutes plus tard. Dans la foulée, plusieurs camions de gendarmes mobiles se garent sur le parking du centre commercial, situé une dizaine de mètres plus loin.

Les tensions commencent par des insultes lancées par les jeunes du quartier qui enchaînent avec des jets de pétards sur les camions des forces de l’ordre, disposés en file indienne. Les gendarmes se déploient ensuite autour du rond-point puis lancent une première sommation. Ils lancent des LBD pour disperser la cinquantaine de personnes présente, puis se retirent.

Ils reviennent près d’une heure plus tard au même endroit et le scénario se répète : les jets de pétards d’un côté, la sommation des gendarmes mobiles ensuite. Ces derniers forment une ligne sur les voies de tram entre les arrêts Île-de-France et Collège Diderot puis se mettent à avancer vers les jeunes présents qui courent vers l’arrêt Collège Diderot.

Plusieurs abribus ont été détruits pendant la soirée. Parmi eux, ceux de l’arrêt de tram Île-de-France et du bus qui passe devant le collège Diderot. Au moins quatre poubelles ont également été incendiées dans le secteur d’Île-de-France.

*****

Montbéliard (Doubs) : Série de nuits incendiaires

L’Est Républicain / mardi 14 juillet 2020

[…] Sept voitures ont été incendiées, sans compter les poubelles et les nombreux détritus qui jonchent le sol.
Les cartouches de flash ball au sol démontrent que des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre qui, en prévision d’une nuit qui s’annonçait chaude, avaient déployé un escadron de gendarmes mobiles. Les habitants, exaspérés par les rodéos et autres courses de voitures qui ont lieu toutes les nuits, évoquent la présence d’une cinquantaine d’individus encagoulés. […]

L’Est Républicain / mercredi 15  juillet 2020

De nombreux véhicules ont une nouvelle fois été incendiés dans le pays de Montbéliard, dans la nuit du 14 au 15 juillet. Précisément 13 selon nos informations. Dont 7 dans le quartier Champvallon à Bethoncourt, où pompiers et gendarmes, comme la nuit précédente, ont été caillassés.

Et le maire instaure le couvre-feu pour les mineurs

extrait du Parisien / mercredi 15 juillet

Dans le quartier sensible de la Petite-Hollande, à Montbéliard (Doubs), les mineurs de moins de 16 ans ne peuvent désormais plus sortir de chez eux entre 22 heures et 7 heures. Seule dérogation possible : qu’ils soient accompagnés d’un « adulte ayant autorité parentale ». […]

*****

Pantin et Bobigny : Les bagnoles incendiées directement au garage

extrait du Parisien / mardi 14 juillet 2020

Les incendies pendant la nuit de la fête nationale se sont comptés par dizaines en Seine-Saint-Denis. Les deux foyers les plus importants ont été signalés à Pantin et à Bobigny. À Pantin, avenue Jean-Lolive, l’une des principales artères de la ville, une quinzaine de véhicules ont brûlé vers 22h15 dans le garage RN3 Automobiles. Les dégâts sont conséquents car les flammes sont venues lécher la façade d’un immeuble sur toute la hauteur des onze étages. […]

Tout aussi impressionnant, ce feu de quatorze véhicules dans la cité de l’Étoile à Bobigny dans la nuit. L’incendie s’est produit à 4 heures du matin, rue de l’Étoile. Là encore pas de blessés mais une origine criminelle très certainement pour ces deux événements qui n’ont donné lieu à aucune interpellation.

*****

Les Sables-d’Olonne (Vendée) : Face aux flics, tout le monde se réconcilie

Le Journal des Sables / mercredi 15 juillet 2020

[…] Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 juillet 2020, la police municipale a été appelée vers 2 h 30 pour intervenir sur une rixe entre bandes rivales en cours sur le Remblai et la grande plage, sur une portion située entre la pendule et la rue Travot.
Selon nos sources, les forces de sécurité sont intervenues pour calmer et séparer ces jeunes qui étaient environ 150.
« Mais, quand ils ont vu des gens en bleu arriver, ils se sont rassemblés pour casser du flic. Ils ont pris des bouteilles et tout ce qu’ils avaient sous la main », raconte un témoin.
La police municipale des Sables-d’Olonne a alors fait appel au renfort de la police nationale et de la gendarmerie.
« Le Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie) est même intervenu, ce qui n’est pas courant », font remarquer les forces de l’ordre. […]

*****

Frejus (Alpes-Maritimes) : Comment attirer les pandores dans le piège

France Bleu / jeudi 16 juillet 2020

Deux épisodes de violences urbaines en quelques jours aux abords de la cité de la Gabelle à Fréjus. En fin de semaine dernière , puis dans la nuit de lundi à mardi. Un jeune de 18 ans a d’ailleurs été interpellé mardi matin très tôt dans le cadre de ces violences urbaines. Placé en garde à vue, l’apprenti plombier a été jugé en comparution immédiate ce mercredi. Le tribunal correctionnel de Draguignan l’a condamné à six mois de prison assortis d’un sursis mise à l’épreuve.
Même mode opératoire chaque nuit. Des palettes et du mobilier urbain sont rassemblés au niveau des différents points d’entrée de la cité, et des individus y mettent le feu. L’objectif est évidemment de faire intervenir les pompiers et les policiers. Et quand ils arrivent, ils reçoivent une pluie de caillasses, de pavés, et de projectiles en tout genre. […]

*****

Romans-sur-Isère et Valence (Drôme) : Voitures incendiées, flics caillassés

France Bleu / mercredi 15 juillet 2020

Vers 23 heures, ce mardi 14 juillet, des pompiers qui intervenaient sur deux feux de poubelles quartier de la Monnaie à Romans, ont été pris pour cible. Cinq individus, qui avaient monté des barricades de fortune leur ont jeté des pierres. Les policiers sont intervenus et ont fait usage de lanceurs de balles pour disperser les agresseurs. Tous ont pris la fuite, ils n’ont pas été interpellés. Le caillassage n’a pas fait de blessé, ni endommagé les véhicules de pompiers ou de police et les incendies ont pu être éteints.

Plus tard dans la nuit, vers 3h30, une scène approchante s’est déroulée à Valence, rue du Médecin Général Simond. Des pompiers qui éteignaient un feu de détritus ont été visés. Un projectile a touché un homme dans le dos, mais sans le blesser.

Etait-ce lié à la nuit du 14-juillet, traditionnellement agitée ? En tout cas, Plusieurs voitures ont brûlé dans des quartiers sensibles. Une voiture a été incendiée rue Chopin, toujours à la Monnaie à Romans. A Valence, deux autres ont été détruites par les flammes, l’une quartier Polygone, l’autre à Fontbarlettes.

*****

Tours : Les flics municipaux se sauvent en courant…

France Bleu / samedi 11 juillet 2020

Une patrouille de policiers municipaux tourangeaux ont été la cible d’un piège tendu par une vingtaine de jeunes, dans le quartier du Sanitas, dans la nuit de ce jeudi 9 juillet. La police nationale les a aidés à s’extirper du guet-apens.

Les agents sont appelés entre deux et trois heures du matin après une intrusion dans l’école primaire Diderot/Blaise Pascal. En arrivant, ils sont accueillis par une vingtaine d’individus qui les attendent de pied ferme. Les policiers municipaux sont obligés de s’enfuir en courant du bâtiment, en prenant l’avenue du général de Gaulle (celle du tramway), coursés par une trentaine de jeunes à présent. Certains ont même entre 13 et 14 ans, relèvent l’un d’eux.

En arrivant à leur véhicule, ils reçoivent cinq mortiers d’artifice et des projectiles. Très rapidement, la police nationale, appelée en renfort, leur vient en aide. Plus tard dans la nuit, les policiers seront appelés de nouveau dans ce secteur pour un feu de voiture.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.