Prison d’Alessandria (Italie) : Des nouvelles de Peppe

Round Robin / mercredi 13 mai 2020

Comme on pouvait l’imaginer, la demande de transfert aux arrestations domiciliaires à cause du coronavirus a été refusée.
Grâce aux appels téléphoniques avec Peppe, on sait que des divergences avec certains prisonniers politiques enfermés depuis longtemps en AS2 se sont intensifiées à la suite de la révolte du 9 mars. Pendant que la prison d’Alessandria brûlait et la tension était forte, certains d’entre eux se sont enfermés en cellule, tandis que Peppe et un autre prisonnier essayaient, dans la mesure du possible, depuis les fenêtres de leur section, de soutenir les révoltés, en enflammant des trucs et en jouant au lancer des bonbonnes de camping-gaz. Il a reçu une plainte à cause de cela, en plus que pour quelques autres initiatives de protestation individuelle, qui ont mis un peu de bordel dans la section et qui ont causé environ 3000 euros de dégâts à la structure de la prison. Mais la lumière du soleil passe à nouveau à travers bon nombre de fenêtres de l’AS2.

Cependant, en libérant de la plaque en plexiglas opaque la dernière fenêtre, Peppe s’est fait mal au dos, déjà affecté par trois hernies bilatérales. Il a du faire recours aux soins de l’infirmerie et, après trois jours de piqûres, il a eu des étranges sensations de mal-être. Le dossier sanitaire sur sa pathologie, qui a été envoyé à la famille par poste rapide, pour leur permettre d’acheter un corset orthopédique, a été retardé par la prison pendant plus de deux semaines. Les autres lettres aussi, en sortie ou en entre, subissent des énormes retards, des déviations, ou disparaissent. A cause de tout cela, il a demandé un transfert dans une autre prison, mis sa demande a été refusée avec une rapidité surprenante. Entre-temps, il a fait 15 jours d’isolement et va bientôt en faire 15 autres. Aujourd’hui il a fait à nouveau une demande de transfert, à cause de son incompatibilité avec la structure et avec certains autres détenus.

Soutenons-le avec tous les moyens possibles !
Toujours aux côtés de ceux/celles qui luttent, à l’intérieur et à l’extérieur des cages.

 

Pour lui écrire :

Giuseppe Sciacca
C. C. “S. Michele”
Strada statale per Casale, 50/A
15121 – Alessandria (Italie)

NdAtt. : et n’oublions pas d’écrire à Marco (Marco Bisesti), enfermé dans la même prison, suite à l’opération Scripta Manent.

This entry was posted in Anticarcéral, International and tagged , , , . Bookmark the permalink.