D’Annecy à Douai et ailleurs : Les incendies d’antennes-relais ? Déjà une bonne habitude ! (MAJ du 3/7))

Le Dauphiné / dimanche 3 mai 2020

Les gendarmes de la brigade d’Annecy le Vieux ont constaté que des pneus incendiés avaient été jetés au pied d’une antenne Free, route de Provins à Annecy-le-Vieux ce jeudi 30 avril au matin.


Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances et l’origine des dégradations. Cette antenne de téléphonie a été installée récemment. L’annonce de son implantation avait déclenché une pétition d’opposition des riverains.

source : l’Essor savoyard, 6/6/20

*****

Et à Douai (Nord) :

La Voix du Nord / dimanche 3 mai 2020

Les sapeurs-pompiers de Douai ont été alertés, vers 1 h 40 ce dimanche matin, d’un incendie survenu sur une antenne-relais téléphonique située rue Gustave-Eiffel dans la zone industrielle de Douai-Dorignies. Le feu s’était déjà largement propagé à l’antenne, installée sur un haut mât d’une quinzaine de mètres quand les sapeurs-pompiers sont arrivés sur place. Très vite, ils ont déployé une lance à eau pour venir à bout des flammes. Les dégâts sont importants [article payant ; NdAtt.]

France Bleu / dimanche 3 mai 2020

C’est un incendie inhabituel. Dans la nuit de samedi à dimanche, à 1h40 du matin, les pompiers du Nord ont été appelés à Douai, pour un début d’incendie sur une antenne relais pour téléphone portable.
Il n’y avait personne à l’arrivée des secours qui ont rapidement maîtrisé le sinistre, aidé par un technicien d’Enedis, le gestionnaire du réseau électrique.
Impossible ce dimanche matin de connaître l’origine du sinistre : acte volontaire ou surchauffe électrique qui aurait déclenché l’incendie. L’antenne appartenait à l’opérateur téléphonique Orange, il pourrait donc y avoir provisoirement des problèmes de réseau dans le Douaisis dans les jours à venir.

*****

Dans un article fade autant que son titre est accrocheur (« «Renouer avec l’action directe» : enquête sur ces sabotages attribués à l’ultragauche ») le Parisien d’aujourd’hui fait une liste d’attaques que flics et journalistes attribuent à ce qu’ils appellent « ultragauche ». Seule information intéressante à prendre, dans toute cette fumée, cette jolie carte, qui donne un aperçu d’attaques, notamment d’antennes-rélais et autres structures de communication, un peu partout, de l’Oise au Gard :

*****

(toutes les images de l’antenne sont d’Annecy)

*****

Note d’Attaque, le 5 mai : les « révélations » du Parisien (enfin, la belle découverte : des ennemi.e.s de l’autorité s’en prennent à ce monde, tout comme d’autres personnes, pour les raisons les plus différentes, et les flics travaillent…) a donné du grain à moudre à la presse locale, qui nous informe de trucs auparavant passés sous silence. Et bon, si on ne lit que le Parisien on pourrait se réjouir un peu trop… parfois c’est juste des accidents ou des vols de matériel (et la subversion de ce monde ne devrait pas se limiter à célébrer le hasard !).

Bessines (Deux-Sèvres) : Visite chez Eiffage, constructeurs de CRA

La Nouvelle République / mardi 5 mai 2020

La façade du site d’Eiffage Construction Poitou-Charentes, situé le long de la route de La Rochelle à Bessines, a été taguée dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 avril 2020 : un acte qui pourrait être imputé aux « mouvances contestataires ».

Nos confrères du quotidien Le Parisien l’ont révélé dans leur édition du lundi 4 mai 2020 : depuis le dimanche 22 mars dernier et en l’espace d’un gros mois, une vingtaine d’actes de sabotage symboliques, essentiellement sur des antennes-relais ou des matériels de télécommunication mais aussi sur des agences bancaires et un restaurant McDonald’s, ont été recensés en France.
Le journal s’appuie sur une note confidentielle du Service central du renseignement territorial, ou SCRT, en date du jeudi 23 avril 2020 et baptisée « Ultragauche : les appels à l’action directe suivis d’effets ».
Les agents du SCRT voient dans ces incendies et autres dégradations, avec un méfait commis à Bessines, le seul constaté dans la région Nouvelle-Aquitaine, la signature de groupuscules de l’ultragauche […]

À Bessines, c’est la façade du site d’Eiffage Construction Poitou-Charentes, implanté au n° 8 de la route de La Rochelle, qui a été taguée : c’était dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 avril, d’après la direction. Son responsable n’est autre que Paul-François Arrighi, également président du Medef en Deux-Sèvres.
[…] Une enquête a été ouverte par le parquet de Niort : les investigations sont conjointement menées par les gendarmes de la brigade de recherches de Niort et ceux de la section de recherches de Poitiers. Si, comme pour tous les autres sabotages relevés en France, cet acte n’a pas été revendiqué, l’ultragauche serait également dans le viseur des militaires à Bessines.
Sollicitée le lundi 4 mai 2020, la procureure de la République de Niort, Natacha Rateau, a confirmé qu’une ou plusieurs personnes s’étaient introduites sur le site d’Eiffage Construction Poitou-Charentes, sans toutefois pénétrer dans les locaux : si un début d’incendie dû à un cocktail Molotov a été un temps évoqué, la magistrate répond qu’il s’agit là d’une erreur.
De la peinture a notamment été prélevée et les expertises sont en cours, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale étant chargé de les analyser : mais ses spécialistes aident actuellement l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, ou AP-HP, pour réaliser des tests de dépistage du coronavirus.
Selon Natacha Rateau, le tag faisait référence aux centres de rétention administrative, qui maltraiteraient les migrants dans l’esprit de son ou de ses auteurs, la société Eiffage étant « considérée, par certains, comme ayant participé aux marchés publics et à leur construction ». […]

*****

Douai : C’était un accident

La Voix du Nord / lundi 4 mai 2020

L’enquête de police ouverte après l’incendie d’une antenne-relais Orange, dimanche, rue Gustave-Eiffel à Douai, est en passe de se terminer. Sur la base des explications de la société chargée de la maintenance de l’antenne, les enquêteurs ont en effet écarté la piste d’un acte volontaire pour privilégier celle de l’accident. [article payant ; NdAtt.]

Le 3 juillet, les journaflics font état de 6 personnes interpellées pour l’incendie de Douai

*****

Loiret : Sabotage ciblé ou vol de cuivre ?

extrait de La République du Centre / lundi 4 mai 2020

[…] Dans le Loiret, deux antennes téléphoniques ont été prises pour cible ces dernières semaines : l’une à Marcilly-en-Villette, le 14 avril, l’autre aux Bordes, dans le Giennois, le 20 avril. La première enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de recherches d’Orléans, la seconde à ceux de la BR de Gien. Mais pour l’heure, la piste politique n’est pas privilégiée.

« Selon la formule consacrée, toutes les pistes sont à l’étude et, en l’état, il n’y a pas de raisons de faire de liens entre ces différents faits, explique le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial. Il peut tout à fait s’agir d’une tentative de vol de métaux qui ont une valeur particulière, comme le cuivre par exemple. Les gendarmes de Gien et d’Orléans sont bien sûr en relation sur ces deux affaires, mais pour l’heure, il n’y a pas de raison de donner une autre dimension à ces faits. » Même commentaire de la part du procureur de la République d’Orléans, Nicolas Bessone, qui confirme que le dossier est toujours géré localement et que le parquet national antiterroriste n’est pas saisi.

*****

extrait de La République du Centre / dimanche 19 avril 2020

Les 2.000 habitants de cette commune de Sologne n’ont plus de réseau mobile depuis cette nuit. Les quatre opérateurs Free, Orange, SFR et Bouygues sont concernés.

Il y a un an, les habitants de Marcilly-en-Villette se retrouvaient dans l’incapacité de recevoir ou d’émettre un coup de fil depuis leurs téléphones mobiles. Des individus avaient subtilisé les câbles d’alimentation en cuivre du relais téléphonique, situé au bord de l’étang du village. Et bien rebelote cette nuit ! Entre ce samedi 18 avril au soir et ce dimanche 19 au matin, les câbles ont encore été sectionnés.
Le maire de la commune, Hervé Nieuviarts a constaté, ce dimanche matin, les dégâts. « L’ensemble des réseaux d’alimentation a été saccagé pendant la nuit. Les câbles des quatre opérateurs ont été coupés par tronçons. Les armoires ont été ouvertes… » L’édile estime le vol « à plusieurs centaines de mètres de câble ». […]

*****

Mise à jour n°2, le 17 mai : les journaux nous en disent plus

À Montpellier, Alès, Toulouse, Aigues-Vives

extrait du Midi-Libre / samedi 16 mai 2020

[…] À Montpellier, le 8 avril, quatre voitures d’Enedis sont parties en fumée dans le
quartier des Aubes. C’était au milieu de la nuit « et le feu d’un premier véhicule a
entraîné l’incendie des trois autres« , indique un policier. L’enquête est en cours,
l’hypothèse criminelle semble privilégiée mais il n’y a eu aucune revendication.

Tout comme à Toulouse où des agences bancaires ont été visées [voir ici, ici, et ici ; NdAtt.]. À Alès (Gard), le 20 avril, des boîtiers d’antenne-relais ont été dégradés dans le quartier de L’Hermitage, ce qui a provoqué des coupures de courant. L’acte volontaire ne fait pas de doute mais un enquêteur rappelle que ce lieu attire « des regroupements de
jeunes qui viennent boire des bières et fumer des pétards », et pas forcément politisés. Du côté d’Aigues-Vives, toujours dans le Gard, ce sont des câbles d’Orange qui ont été sectionnés le 20 avril. Mais pour les gendarmes, cela pourrait être accidentel. Ces faits auraient été retirés tout récemment de la note du SCRT.
Et puis il y a eu cette toute récente dégradation au pic Saint-Loup, dans l’Hérault,
où la croix marquant le sommet a été attaquée. Les militaires mènent des
recherches actives pour trouver le ou les auteurs des faits. […]

This entry was posted in Antitech, Bloquer les flux, Contre les frontières and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.