Pour bien commencer l’année (MAJ 2, du 4/01)

De Strasbourg  à Lyon, les bagnoles crament, les flics se font caillasser

France Info / mercredi 1er janvier 2020

Dans le Bas-Rhin, en Alsace, une trentaine de véhicules ont été incendiés. Les faits se sont déroulés dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 décembre, vers 21 heures, a appris franceinfo. Les incidents se sont notamment concentrés sur Strasbourg et dans la commune d’Illkirch-Graffenstaden, au sud de l’agglomération strasbourgeoise. Par ailleurs, 18 véhicules ont été brûlés près de Lyon, dont 12 dans la seule commune de Vénissieux (Rhône).


A Strasbourg, des violences ont été signalées dans les quartiers du Neuhof, Hautepierre, Cronenbourg et Port du Rhin. Dans le Haut-Rhin, neuf véhicules ont été brûlés dans les communes de Rixheim, Illzach, Petit-Landau et Issenheim.

Le Parisien / mercredi 1er janvier 2020

La nuit de la Saint-Sylvestre a été agitée pour les forces de l’ordre à Strasbourg, où plus de véhicules ont été incendiés que l’année précédente, davantage de personnes interpellées et des fonctionnaires blessés, a-t-on appris de source policière.
La police n’a pas souhaité préciser le nombre de véhicules incendiés. « La nuit a été très chargée », a résumé cette source, faisant état de « plusieurs fonctionnaires blessés », tout en soulignant que ces blessures n’avaient pas de caractère de gravité.
Des violences urbaines s’étaient déjà produites dans plusieurs quartiers de Strasbourg le week-end dernier puis dans la nuit de lundi à mardi. Des voitures et des poubelles avaient été incendiées. Pompiers et policiers avaient été visés par des tirs d’artifices.
« On a assisté à une montée des incendies de véhicules depuis Halloween et depuis deux week-ends le phénomène s’est accéléré, avec également l’usage de mortiers, des engins qui peuvent blesser très grièvement des policiers ou des pompiers », avait souligné mardi soir la directrice départementale de la sécurité publique du Bas-Rhin, Annie Brégal, faisant état de « groupuscules d’individus souvent cagoulés », composés de mineurs ou jeunes majeurs. […]

même torchon, même date

[…] Dans la capitale alsacienne, il y aurait aussi eu plus de 200 voitures brûlées, selon France Bleu Alsace. Longtemps considéré comme un marqueur du niveau des violences urbaines, le chiffre des voitures brûlées n’est plus communiqué par le ministère de l’Intérieur depuis deux ans. Selon nos informations, durant cette nuit de la Saint-Sylvestre, les 100 000 policiers et gendarmes mobilisés auraient procédé à près de 400 interpellations. […]

*****

Vénissieux (Rhône) : Minguettes rock ‘n’ roll

Le Progrès / mercredi 1er janvier 2020

A Vénissieux, les incendies avaient commencé la veille, avec une douzaine de voitures brûlées dès le 30 décembre. Les véhicules ont continué à flamber pendant la nuit de la Saint-Sylvestre. La circulation du bus C12 et du tram T4 a même dû être interrompue.
De nombreuses voitures, mais aussi des scooters, des containers à ordure et des poubelles ont été incendiées pendant une nuit particulièrement agitée. […]

*****

Bordeaux : Incendies, trams interrompus et un flic blessé

Sud-Ouest / mercredi 1er janvier 2020

La nuit du réveillon du premier de l’an a été agitée dans l’agglomération bordelaise. « Les services de police ont dû gérer des tensions qui ont commencé tôt mardi soir avec des groupes de jeunes et qui se sont traduits par des feux de véhicules et de poubelles dans plusieurs villes de la métropole.
Il y a eu des interpellations suite à des jets de projectiles sur les forces de l’ordre », indique la préfecture ce mercredi matin, sans plus de précisions.
La circulation des tramways, qui devaient rouler toute la nuit, a dû être interrompue plusieurs heures à cause « d’actes de vandalisme », selon des annonces de TBM sur les réseaux sociaux.
C’est notamment dans le quartier des Aubiers, à Bordeaux, que des tensions ont éclaté. Des feux ont été allumés sur la voie publique et des policiers ont été pris à partie et ont reçu des jets de projectiles à leur arrivée sur les lieux. Un agent a été blessé. Une personne a été interpellée et placée en garde à vue.
Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montraient des incendies dans le quartier.

*****

Saint-Dié-des-Vosges (Vosges) : On caillasse les flics et aussi les journaleaux !

Vosges-matin / mercredi 1er janvier 2020

La nuit du réveillon du Nouvel An n’a pas été calme à Saint-Dié-des-Vosges où, après les premiers pétards lancés vers 17 h 30 à Saint-Roch, une douzaine de voitures environ ont été incendiées dans le quartier de Kellermann et une en centre-ville, place des Déportés. Mais là, sans que l’on sache à cette heure s’il s’agit d’un acte volontaire ou non. A leur arrivée à Kellermann, les fonctionnaires de la police nationale ont été caillassés. Dans l’attente de renforts en provenance de Nancy, des militaires du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) ont été appelés pour se rendre sur place. Les véhicules stationnés à différents endroits dans le quartier ont été entièrement détruits, malgré l’intervention des sapeurs-pompiers. Il n’était toujours pas prudent de se rendre dans le quartier ce mercredi matin de bonne heure, un ou des individus ont lancé des cailloux sur un véhicule de presse.

*****

Limoges : Soirée agitée… et enflammée !

France Bleu / mercredi 1er janvier 2020

Le passage à l’année 2020 a été particulièrement agité pour les pompiers et policiers de Limoges, mobilisés sur de nombreux feux de voitures en cette nuit de réveillon. Au petit matin, le service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Vienne dénombrait « au moins 36 voitures brûlées à Limoges« .
Le premier sinistre a été signalé à 20h30 et des véhicules ont continué à s’embraser à un rythme soutenu jusqu’à 4 heures du matin environ. Parmi les secteurs touchés, il y a essentiellement les quartiers sensibles comme La Bastide ou encore le Val de l’Aurence, mais aussi de manière plus marginale d’autres quartiers comme les Portes Ferrées ou encore des lieux à priori plus tranquilles   tels que la rue Sainte claire.
Les interventions des pompiers ont  du être sécurisées par les policiers car ils ont essuyé des tirs de projectiles à leur arrivée à La Bastide et à la ZUP de l’Aurence. […]

*****

Nantes : Barricader le quartier

Ouest France / mercredi 1er janvier 2020

[…] Attablées autour d’un café bien chaud, ces habitantes du quartier Malakoff font les comptes. En sortant de chez elle, en ce premier matin de l’année, l’une d’elles en a compté cinq, au moins. Elles sont une petite vingtaine, en réalité. Elle ne les a pas vues, mais certaines fument encore à l’autre bout de la cité.
Les premières flammes se sont élevées après 23 heures, mardi, selon elles. Les dernières ont été étouffées, vers 3 heures, peut-être. Des mômes avaient mis des voitures en travers de la route pour bloquer les accès, soupire une femme, qui avait une vue quasi imprenable sur la scène depuis chez elle. […]
Pour ne pas susciter de surenchère entre les quartiers, les autorités ont refusé de communiquer le chiffre précis des voitures incendiées en cette nuit de la Saint-Sylvestre. C’est le cas depuis plusieurs années déjà, rappelle-t-on à la préfecture, ce mercredi matin.
Après avoir sillonné plusieurs cités nantaises, ce mercredi matin, on a pu observer que c’était à Malakoff que les interventions avaient sans doute été les plus nombreuses, le soir du réveillon. C’est simple, les pompiers ne savaient plus où donner de la tête, souffle l’une des habitantes de Malakoff. L’année dernière, cela avait été plus calme ici, pourtant. J’ai l’impression qu’ils se sont vengés cette année…
Aucun blessé ne serait à déplorer ce mercredi matin. Deux jeunes hommes, âgés de 18 et 19 ans, ont été interpellés à Malakoff et dans le quartier du Château, à Rezé. Le premier est soupçonné d’avoir transporté un pistolet Airsoft et de l’acide chlorhydrique. Le second – qui a pris ses jambes à son cou à l’arrivée de la police – est soupçonné d’avoir incendié une ou plusieurs voitures, avec d’autres jeunes gens.

*****

Toulouse : Voitures en feu et caillassages de flics, mais c’est plus calme que l’année dernière

La Dépêche / mercredi 1er janvier 2020

[…] Au total, une trentaine de feux de poubelles ou de véhicules ont été recensés. La moyenne.
À Toulouse, qui a catalysé l’essentiel des « festivités », le top départ a été sonné à 18h30 dans le quartier Bagatelle pour un incendie de véhicule survenu rue de La Martinique. Vers 20 heures, on entendait déjà quelques pétards à Bellefontaine, toujours dans le secteur du Grand-Mirail. À 21 heures, cap au nord de la ville où des grenades lacrymogènes ont été lancées suite à des incidents enregistrés place des Faons, quartier des Izards. Vers minuit, retour au Mirail où des sapeurs-pompiers et des policiers, qui intervenaient pour éteindre des poubelles embrasées à même les voies de circulation, ont été pris pour cible par des jets de projectile. Là encore, du gaz lacrymogène a été utilisé.
À Tournefeuille, plusieurs feux d’artifice très impressionnants, visibles depuis les communes aux alentours, ont été tirés entre 23 h 15 et 00 h 30. De véritables bouquets pyrotechniques ont ainsi éclairé le ciel de l’ouest toulousain dans un vacarme de détonations. […]

*****

Soyaux (Charente) : Incendies de bennes à ordure et d’une bagnole

La Charente Libre / mercredi 1er janvier 2020

Les policiers ont eu fort à faire cette nuit à Soyaux. Deux bennes à ordures puis une voiture ont été incendiées dans le quartier du Champ de manoeuvre. Ces scènes de violences urbaines se sont produites entre 23h et 1h du matin, au niveau du rond-point qui relie les boulevards Vincent-Auriol et Léon-Blum. […] Les pompiers sont intervenus pour maîtriser les flammes, encadrés par de nombreux policiers, mobilisés sur place une grande partie de cette nuit de la Saint-Sylvestre. L’enquête est toujours en cours.

*****

Nice : Les flics pris pour cible, mais une soirée calme

Nice-matin / mercredi 1er janvier 2020

La nuit du réveillon a connu son lot d’interventions habituel, mais a été relativement calme dans les Alpes-Maritimes comparé à d’autres années. Feux de poubelles, de voitures, les vandales étaient hélas comme chaque année de sortie, obligeant les sapeurs-pompiers à intervenir à plusieurs dizaines de reprises.
Mardi soir, route de Turin à Nice, trois équipages de la police municipale qui intervenaient sur un enlèvement de véhicule ont été pris à partie et ont reçu des tirs de fumigènes, selon le maire de Nice, Christian Estrosi. Ils ont fait usage de leur flashball. […]

*****

Hauts-de-Seine : Il incendie la voiture de la municipale, mais attention !

Le Parisien / mercredi 1er janvier 2020

La tête couverte d’une capuche ou d’un bonnet, il traverse la rue déserte pour s’approcher d’une voiture de la police municipale, stationnée juste devant le poste de police de la ville. L’homme extirpe une bouteille de sa manche, en vide le contenu sur le pare-brise et le toit du véhicule puis met le feu pour que la voiture s’embrase. La scène, qui ne dure que quelques secondes, a été filmée ce mercredi matin vers 6 heures, rue de la Liberté à Colombes. Juste après que la voiture ne s’embrase, on voit l’incendiaire s’enfuir à toute hâte, ses vêtements ayant aussi pris feu…
« C’est clairement un acte gratuit qui cible la police municipale, commente le cabinet de la maire (LR) Nicole Goueta. Il ne s’est rien passé de spécial au cours de la nuit, sauf l’incendie de cette voiture de la police municipale, stationnée et sans personne à l’intérieur. » […]

Cet acte de vandalisme a été commis à la fin d’une nuit de la Saint-Sylvestre « plutôt calme » dans les Hauts-de-Seine. Du nord au sud du département, en particulier à Asnières, Nanterre, Clamart, Bagneux, une quinzaine de véhicules ont été incendiés.
Les forces de l’ordre ont aussi essuyé quelques jets de projectiles et tirs de mortier. Sans pour autant que les situations ne dégénèrent vraiment. Et sans que ces échauffourées, à Asnières et Bagneux notamment, n’aient fait de blessés.

*****

Oise : Une soirée (trop) calme

Le Parisien / mercredi 1er janvier 2020

[…] Traditionnellement sensible, la nuit du Nouvel an a bien connu son lot d’actes délictuels, mais en quantité moindre que les années précédentes.

C’est dans le Creillois que le plus grand nombre d’incendies de voitures a été relevé. En cette nuit du 31 décembre au 1er janvier, ce sont environ dix véhicules qui ont été incendiés, notamment dans les quartiers des Cavées et du Moulin, à Creil, ou encore celui des Rochers, à Nogent-sur-Oise.
Et si les policiers ont dû intervenir après avoir été pris à partie à Villers-Saint-Paul, la situation est très rapidement revenue au calme.
À Compiègne, seul le quartier du Clos-des-Roses a fait parler de lui. Une voiture y a été incendiée dans la nuit, selon des responsables locaux, suite à une course-poursuite avec les gendarmes. À l’arrivée des pompiers, escortés par les forces de l’ordre, des affrontements ont éclaté entre les agents et des jeunes.
Les policiers ont riposté aux jets de pavés par des tirs de bombes lacrymogènes, autour du square Charles-Baudelaire. Un abribus a été cassé et deux poubelles ont été incendiées dans la rue Phileas-Lebesgue, à proximité du centre commercial du Clos-des-Roses.
À Beauvais, il n’y a guère que dans le quartier de la Soie-Vauban que des incidents marquants ont éclaté dans la soirée, avec quelques débuts d’incendies. Six jeunes ont notamment été interpellés et placés en garde à vue, « ce qui a ramené le calme dans le secteur », indiquent les forces de police.
Dans la zone surveillée par les gendarmes – soit l’ensemble du territoire à l’exception des trois grandes agglomérations – il n’y aurait pas eu d’incident notable. […]

*****

Marseille : Seuls quelques feux de poubelle égayent une soirée de paix sociale

La Provence / mercredi 1er janvier 2020

Des feux de poubelles ont été allumés la nuit dernière à la cité des Rosiers, chemin de Sainte-Marthe (14e). La police et les pompiers sont toutefois rapidement intervenus. Le calme est revenu peu avant minuit.

*****

Pleyber-Christ (Finistère) : Des bonnes propositions pour 2020

extrait du Télégramme / mercredi 1er janvier 2020

[…] vers minuit, ces dégradations au sein de l’école Saint-Pierre de Pleyber-Christ. Entrés par effraction dans l’établissement, quatre mineurs y ont uriné avant de renverser des objets et de casser du matériel. Le premier, qui avait filmé ses « exploits » avec son téléphone portable – ce qui a permis aux militaires d’identifier formellement les quatre membres du groupe -, a tenté de fuir en voyant les gendarmes. Mais il a été rapidement interpellé. Le deuxième l’a été de façon incidente, quelques minutes plus tard, au bourg. Entendus, ils ont ensuite été remis à leurs parents. Les deux autres seront convoqués ultérieurement. […]

*****

A Strasbourg

*****

Mise à jour du 2 janvier

Behren-lès-Forbach (Moselle) : Saccage des structures communales et d’un commerce

Le Républicain Lorrain / mercredi 1er janvier 2020

La cité de Behren-lès-Forbach s’est à nouveau enflammée lors du réveillon du Nouvel An, avec des feux de voitures, de poubelles, mais aussi de nombreuses dégradations, sur la maison des associations et la boulangerie, totalement saccagée.

Les premiers faits ont été recensés rue de la Liberté, vers 22 h 30, avec l’incendie de deux véhicules. Les pompiers du centre local, sous l’autorité du lieutenant Anthony Gerber, sont intervenus rapidement pour circonscrire le sinistre, avant de se rendre rue de la Pfisterquelle, également pour une voiture en feu. L’intervention des gendarmes de la compagnie de Forbach a permis de ramener le calme… provisoirement.

La tension est montée d’un cran peu après minuit, lorsqu’un groupe de jeunes s’est rassemblé rue du Kelsberg. Des poubelles sont d’abord incendiées et placées sur la route, puis ils se sont attaqués au sapin de la maison des associations (MDA), lui aussi brûlé, avant de s’en prendre aux vitres de la structure, prise pour cible par des jets de projectiles. La boulangerie Ipec, toute proche, a été la victime de ce déchaînement de violence. Les jeunes ont arraché des panneaux de signalisation et s’en sont servis comme des béliers pour forcer le rideau de l’enseigne et pénétrer dans les locaux, qu’ils ont entièrement saccagés.

D’importants moyens ont été mobilisés, des gendarmes aux CRS, qui se sont déployés dans tout le quartier pour tenter d’interpeller les auteurs des faits, mais surtout éviter d’autres exactions. Le « calme » est finalement revenu vers 2 h du matin. Les forces de l’ordre ont maintenu une surveillance une grande partie de la nuit pour éviter le retour des casseurs.

Du côté des pompiers de Freyming-Merlebach, la nuit a également été agitée. Entre le début de soirée et la fin de la nuit, une quinzaine d’interventions ont été recensées, à Freyming-Merlebach, mais aussi Farébersviller. […]

La maison des associations

*****

Haut-Rhin : Bonne ambiance avec bagnoles en flamme, barricades et électricité coupée

Dernières Nouvelles d’Alsace / mercredi 1er janvier 2020

Si aucun chiffre n’a été communiqué officiellement par la préfecture du Haut-Rhin, le bilan final de la nuit du nouvel an en terme de feux de voitures dépasse les 70 voitures brûlées sur les zones police et gendarmerie dans le Haut-Rhin.

A Wittelsheim, le quartier de la Thur (quatre VL incendiés), a vu l’intervention de l’EGM, un escadron de gendarmes mobiles, suite à la mise en place de barricades (barrières des chantiers et caddies).
Les forces de l’ordre visées par des tirs tendus de mortier ont fait usage de leur LBD (lanceurs de balles de défense).
Dans le quartier de la Doller, non loin du bâtiment des services techniques, les gendarmes ont également essuyé des tirs de mortiers. Deux gendarmes ont d’ailleurs été légèrement blessés peu après minuit lors d’une intervention qui s’est soldée par l’interpellation d’un majeur auteur d’un tir dangereux sur les fonctionnaires.

En zone police, le chiffre des feux de voitures est de 17 véhicules plus 3/4 de propagations sur le Département (Colmar, Wittenheim et Mulhouse); plus spécifiquement sur Mulhouse à 3 heures du matin le bilan était de 14 véhicules. En terme de violences urbaines (essentiellement feux de bennes) on parle d’une cinquantaine de faits.
Pas de blessés dans les forces de l’ordre mais une dizaine de prises à partie avec des caillassages principalement sur Bourtzwiller et dans le quartier du Drouot.
L’occupation par la police épaulée par un renfort de trois pelotons de CRS (environ 70 hommes) a été clairement dissuasive même si certains quartiers comme le Drouot ont donné du fil à retordre aux fonctionnaires. Les éclairages publics y avaient été coupés et les caméras de surveillance dégradées, plongeant certaines rues dans le noir absolu.
Les policiers de la BAC (brigade anticriminalité) ont procédé à une quinzaine d’interpellations dont trois rien que sur le quartier du Béarn à Kingersheim.
Au final, une vingtaine de gardes à vues étaient en cours ce mercredi matin au commissariat central. Des gardes à vue pour des ports d’armes, outrages, mais également pour des violences en direction de représentants des forces de l’ordre, ainsi que pour des attroupements formés en vue de commettre des délits.
Les « baceux » ont par exemple essuyé des jets de projectiles à Bourtzwiller rue de Toulouse (feux et barricades), aux Coteaux et du côté de la rue du Manège et des Abeilles dans la Cité. Pour se faire une idée de « l’ambiance », la ville a dû faire intervenir ses services pour mettre une benne de la voirie en place au Drouot afin dû stocker plus de 300 gros projectiles (morceaux de dalles cassés), préparés en vue de la soirée. […]

*****

Agglomération de Nancy : Soirée agitée

L’Est Républicain / mercredi 1er janvier 2020

En matière de violences urbaines, la nuit de la Saint-Sylvestre a été (un peu) agitée sur les communes de Laxou et Vandoeuvre. Rien en comparaison à d’autres départements, ne serait-ce que dans les Vosges, à Saint-Dié,où les forces de l’ordre nancéiennes – huit policiers – ont été appelées en renfort pour prêter main-forte à leurs collègues déodatiens confrontés à un pic de violences dans le quartier Kellermann.

À Laxou, c’est traditionnellement dans le quartier des Provinces que deux véhicules ont été incendiés dans des allées situées en bordure de l’avenue de l’Europe. Totalement calcinée, la carcasse d’une première berline gisait au milieu d’une contre-allée, devant le bâtiment Lorraine. Une autre était partiellement brûlée rue Auguste-Desch, face au centre commercial Intermarché.

À Vandoeuvre, c’est Vand’Est qui était une nouvelle fois le théâtre de ces violences urbaines du 31 décembre. Un véhicule stationné place de Londres, face à la station essence Esso, était totalement détruit par les flammes tout comme un second, rue de Hollande. Tous les sinistres ont été circonscrits par les pompiers et constatés par les forces de police.

Par ailleurs, sur le ressort du parquet de Nancy, huit personnes ont été placées en garde à vue pour des infractions de droit commun (conduite sous l’empire d’un état alcoolique et de stupéfiants, violences conjugales, dégradations…), précise le parquet. […]

*****

A Montauban

extrait de La Dépêche / jeudi 2 janvier 2020

[…] Les sapeurs-pompiers relatent une nuit assez calme, sans accidents, mais rythmée par des incendies volontaires de véhicules et de poubelles en différents points de la ville. A minuit, un premier véhicule a brûlé, avenue de Gasseras. Sept minutes plus tard, les pompiers ont eu à circonscrire un feu de poubelle.
Puis à 1 h 14, à nouveau sur un feu de poubelle. Et ils ont enchaîné les sorties pour éteindre des incendies de véhicules : […] La préfecture et les forces de police n’ont pas souhaité s’exprimer sur ces incendies.

*****

A Rennes

Ouest-France / mercredi 1er janvier 2020

 On a entendu une explosion vers 1 h. Je suis allée à ma fenêtre et j’ai vu plusieurs voitures qui étaient en feu sur le parking de nos immeubles. Les gens sont tous sortis pour voir ce qui se passait. Les pompiers sont arrivés peu de temps après , raconte cette riveraine d’un des immeubles de la rue Marc-Sangnier, au sud de Rennes. Une fourgonnette et une voiture ont été totalement détruites. Deux autres véhicules ont été très endommagés. […]
Ni la préfecture ni la police ne communiquent sur le nombre de voitures incendiées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. Mais le chiffre de la nuit de mercredi à jeudi serait inférieur aux années précédentes. Moins d’une dizaine.

*****

Orange (Vaucluse) : Caillassages et barricades

extrait du Dauphiné Libéré / jeudi 2 janvier 2020

[…] Vers 1h10, deux unités d’intervention de la police nationale sont parties en direction du quartier de Fourchevieilles pour mettre fin à un début d’échauffourée.
Arrivés sur les lieux, les fonctionnaires ont été victimes dans un premier temps d’un caillassage entrepris par une poignée de jeunes gens. Munis de pierre, ces derniers ont essayé de repousser l’intervention des deux patrouilles avant de monter plusieurs barricades.
La tentative d’intimidation n’a toutefois pas empêché les policiers de mettre fin à cette rébellion et de partir à la recherche des personnes incriminées. Une traque achevée quelques minutes plus tard dans un appartement situé au rez-de-chaussée d’un immeuble du secteur.
Dans ce logement, ont été interpellés sept individus, quatre majeurs et trois mineurs. […] Placés en garde à vue, les sept interpellés ont été relâchés dans l’après-midi du 1er  janvier pour les fins de l’enquête, des investigations supplémentaires devant être menées pour définir le rôle de chacun au cours de cette soirée agitée.

*****

Deuxième mise à jour, du 4 janvier

Saint-Dié-des-Vosges : Le centre de normalisation des enfants morfle aussi

Vosges-matin / jeudi 2 janvier 2020

Fermé le jour du réveillon, le centre médico-psychologique pour enfants, installé rue Jacquot à Kellermann, n’a pas été pour autant épargné par les casseurs qui ont agi dans la nuit de la Saint-Sylvestre. Mais les salariés (ils sont une quinzaine à travailler dans les locaux) n’ont découvert les dégâts que ce jeudi matin.

En arrivant et alors que le soleil n’était pas encore levé, ils ont vu les vitres du sas d’entrée fracassées, les impacts laissant penser à des coups donnés avec des pierres. Une porte a été cassée et des pots de fleurs renversés. Apparemment, les locaux n’ont pas été fouillés et les bureaux qui renferment les dossiers des jeunes patients n’ont pas été forcés.

Toujours est-il que le site est resté ouvert ainsi aux quatre vents depuis la nuit du 31 décembre. La police est venue sur place ce jeudi matin pour constater les dégâts et le bailleur social du Toit vosgien, auquel les bureaux appartiennent, doit déposer une plainte.

Ce n’est pas la première fois que le CMP pour enfants de Kellermann, installé là depuis dix ans, est la cible de dégradations. Des employés ont vu leurs voitures dégradées et des vitres ont déjà été cassées.

*****

Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) : Le commissariat visé aux mortiers, des interpellations

Le Parisien / jeudi 2 janvier 2020

De plusieurs sources, la nuit de la Saint-Sylvestre a été « relativement calme » dans le Val-de-Marne, en comparaison avec d’autres années.
Avec tout de même quelques « pics d’activité ». À Vitry notamment où quatre personnes ont été interpellées vers 1 heure du matin alors que le commissariat avenue Gagarine faisait l’objet de tirs de mortier. Des tirs qui n’ont fait ni blessés ni dégâts matériels. Mais qui ont abouti au placement en garde à vue de quatre personnes, dont un homme sur qui les policiers ont trouvé des mortiers.
Âgé de 19 ans, il se trouvait toujours en garde à vue jeudi en fin de journée et devrait être déféré vendredi au tribunal de Créteil en vue d’une comparution immédiate pour « dégradation par moyen dangereux », a précisé le parquet de Créteil. Les trois autres personnes ont été remises en liberté.

La nuit du réveillon n’a pas échappé à son lot de voitures brûlées, à Villeneuve-Saint-Georges notamment. « Une vingtaine » dans le département de source policière. Autant que le nombre de personnes qui se trouvaient toujours en garde à vue dans la nuit de mercredi à jeudi. Avec cette précision que la préfecture de police refuse depuis plusieurs années de communiquer ces chiffres pour « ne pas donner lieu à une émulation malsaine ».

*****

Ronchin (Nord) : Poubelles brûlées, pompiers caillassés

La Voix du Nord / vendredi 3 janvier 2020

Le 31 décembre, trois jeunes Ronchinois ont été interpellés par la police pour avoir tenté de brûler des poubelles et avoir caillassé des sapeurs-pompiers.

Le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre, vers 23 h 30, la police est sollicitée pour des feux de poubelles dans le quartier de la Comtesse-de-Ségur. Les forces de l’ordre repèrent une dizaine d’individus dont certains se déplaçant en Renault Captur.
Les policiers mettent pied à terre pour stopper le véhicule mais le conducteur décide de foncer vers les forces de l’ordre. La Renault a pris la fuite mais n’a pas été retrouvée. [article payant ; NdAtt.]

*****

Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) : 18 bagnoles en feu

La République de Seine-et-Marne / samedi 4 janvier 2020

Ce samedi 4 janvier 2020, 18 voitures stationnant sur la voie publique ont été incendiées à Dammarie-les-Lys.

*****

Soyaux (Charente) : Une personne passera en jugement

Sud-Ouest / vendredi 3 janvier 2020

Le Nouvel an a été mouvementé cette année pour les officiers de police et les pompiers d’Angoulême.Plusieurs bennes à ordures et un véhicule ont été incendiés dans le quartier du Champ-de-Manœuvre à Soyaux, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.
Les pompiers sont intervenus sur place pour éteindre les flammes. La police avait elle aussi été mobilisée toute la nuit à plusieurs reprises pour permettre un retour au calme et éviter toute autre dégradation.
Les officiers de police ont ainsi été la cible d’un groupe d’individus présents sur les lieux. Ils ont notamment subi des jets de pierres et ont été insultés.
Un des auteurs a été « formellement identifié et interpellé », a indiqué la Police. L’homme sera jugé lundi en comparution immédiate au tribunal correctionnel d’Angoulême.

*****

Nantes : Un jeune dans les mains de la justice

Ouest-France / jeudi 2 janvier 2020

Un jeune homme de 18 ans a été interpellé dans le quartier Malakoff, à Nantes, la nuit du 31 décembre, en possession d’une bouteille d’acide chlorhydrique et d’un rouleau de papier aluminium. Il est soupçonné d’avoir voulu fabriquer des cocktails explosifs avec ces produits. Le jeune homme, placé en garde à vue, a reconnu les faits. Il a été libéré et sera jugé devant le tribunal correctionnel le 5 mai 2020 pour violation de l’arrêté préfectoral interdisant le transport de substances et de produits incendiaires. Comme chaque année, le préfet avait en effet pris un arrêté interdisant le transport d’artifices de divertissement dans le département, entre le 31 décembre, 8 h et le 1er janvier, 10 h.
Rien qu’à Malakoff, à Nantes, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, une quinzaine de voitures ont été incendiées.

This entry was posted in ACAB, Brûle ton école, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.