Du Nord à la Gironde : Tentatives de blocage des lycées

Mérignac (Gironde) : Chariots de supermarché et barrières de chantier

Sud-Ouest / mardi 3 décembre 2019

Ce mardi matin, des élèves ont tenté de bloquer l’accès du lycée Daguin en utilisant notamment des chariots de supermarchés et des barrières de chantier.
Les élèves qui le souhaitaient ont pu rentrer jusqu’à 8h05, puis le blocage de la grille d’entrée s’est intensifié. A la demande de la direction de l’établissement, la police est intervenue et a fait dégager les élèves bloqueurs à 8h45, sans débordements.
Un container poubelle, auquel les élèves avaient mis le feu sur le parvis du lycée, a pu être éteint par les pompiers. L’accès du lycée a été rendu à 8h45.

Les cours sont maintenus ce mardi même en cas d’effectifs réduits, annonce le proviseur.

*****

Villeneuve d’Ascq (Nord) : Ici aussi, mieux vaut le blocage que les chantiers de rénovation urbaine 

La Voix du Nord (article payant)/ mardi 3 décembre 2019

Arrivés un quart d’heure avant le début des cours, les élèves ont utilisé les barrières des nombreux chantiers en cours à Pont-de-Bois pour bloquer l’accès au lycée. Ils étaient une vingtaine au départ, cinq fois plus au bout de deux heures et demie de mobilisation. Les lycéens ont ensuite bloqué l’autre entrée à l’arrière du lycée. Si quelques élèves ont pu se faufiler, ils n’étaient guère nombreux à l’intérieur.
Pas de banderole, pas de porte-parole… [bien ! NdAtt.]

*****

Lille : « Blocage » filtrant, contre la misère d’aujourd’hui et la misère de demain

La VdN / mardi 3 décembre 2019

Le jour n’était pas levé quand le rassemblement a commencé. Devant les grilles ouvertes du lycée international Montebello, à Lille, deux cordons de lycéens étaient réunis devant l’entrée. Pas de poubelles, ni de mobilier, pour bloquer le passage. « On n’empêche pas les gens de passer, on veut juste les inviter à se joindre à nous », indique Nicolas (*), lycéen, l’un des organisateurs de cette action.
Les BTS, les futurs bacheliers, passent l’entrée. D’autres lycéens, aussi. Parmi les organisateurs, beaucoup sont scolarisés dans d’autres établissements lillois. À Faidherbe, notamment. « On est là contre la précarité étudiante, contre la réforme du bac et contre Parcoursup », rappelle simplement Malo, en tenant les rangs devant l’entrée. « Et aussi contre la réforme des retraites ! », ajoute un de ses amis.

******

A Toulouse, hier, trois personnes en garde-à-vue

20 Minutes / mardi 3 décembre 2019

A l’approche du grand mouvement social de jeudi, et sur fond de contestation persistante de la réforme du bac et de Parcoursup, la situation est tendue dans certains établissements scolaires toulousains. Lundi matin, des jeunes gens avaient ainsi bloqué le lycée Bellevue, et allumé des containers poubelles devant l’entrée de cet établissement du sud de la ville.
La situation s’était envenimée, et deux adolescents de 16 et 17 ans avaient été interpellés par les policiers de la BAC (Brigade anticriminalité). Un troisième jeune, suspecté d’avoir participé activement à cette action, a été placé en garde à vue ce mardi matin.
Le trio se trouvait toujours au commissariat central mardi en milieu d’après-midi, pour « dégradation de biens publics par incendie ». Seul l’un d’entre eux est un élève de Bellevue.

This entry was posted in Brûle ton école and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.