Carcassonne (Aude) : Incendie d’une antenne-relais, et pas n’importe quelle

L’Indépendant / dimanche 17 novembre 2019

Au cours de la nuit de samedi à dimanche, les sapeurs-pompiers sont intervenus pour maîtriser trois feux de pneus. L’un de ces incendies volontaires a causé de sévères dommages à une antenne relais partagée par Orange et SFR dans la zone de Salvaza.
En un petit quart d’heure, les sapeurs-pompiers carcassonnais sont intervenus à trois reprises dans la nuit de samedi à dimanche pour maîtriser des incendies volontaires : à Prat-Mary et La Reille, c’est sur des ronds-points que les secours ont éteint les flammes qui s’échappaient de pneus incendiés.
Entre ces deux interventions justifiées par des alertes données à 23 h 30 et 23 h 45, c’est dans la zone de Salvaza, avenue Henry-Bouffet, que les pompiers ont à nouveau œuvré, cette fois pour un feu qui s’était propagé à un relais téléphonique.

Un relais utilisé par deux opérateurs, Orange et SFR, dont les cadres d’astreinte ont été alertés au cours de la nuit.
Sur place, Cédric Henric, de la société Circet, en charge de la maintenance du réseau mobile et fixe de SFR, faisait en cours de matinée un premier état des lieux, en précisant qu’un dépôt de plainte serait assuré : « Cet incendie a un impact sur les réseaux mobiles des deux opérateurs. C’est un site que l’on qualifie de nodal, ce qui veut dire que par répercussion, une vingtaine d’autres sites vont être impactés, avec des conséquences sur le réseau dans un rayon de 20 à 30 km. »
Pas de bilan chiffré pour l’heure du nombre d’abonnés SFR touchés, mais le technicien évoquait un temps d’intervention de « deux à trois jours pour tirer des câbles et assurer le fonctionnement des 19 autres sites ».
Dans le même temps, un expert devrait être mandaté pour inspecter la structure du pylône « dont une partie des membrures a fondu à cause de la chaleur dégagée par le feu ». Chez Orange, où un dépôt de plainte sera également engagé, on évoquait des « dégâts importants sur l’antenne et le mât. En raison des besoins de l’enquête, on risque de ne pas pouvoir pénétrer sur le site avant 48 heures. Mais on fera évidemment tout pour limiter l’impact dans une zone économique importante ».
En milieu de matinée, l’opérateur évaluait le nombre de clients impactés à un millier.

This entry was posted in Antitech, Bloquer les flux and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.