G7 de Biarritz : Rapide état des lieux des forces ennemies (MAJ 24/08)

Rencontre internationale regroupant chefs d’Etat et de gouvernement des sept plus grandes puissances mondiales, le G7 va accueillir en tout 25 délégations étrangères avec les pays invités et les ONG, soit environ 3.000 personnes. A cela, il faut rajouter plus de 3.000 journalistes accrédités. [extrait de 20 Minutes / lundi 19 août 2019]

Des flics à volonté

extrait du Parisien / mardi 20 août 2019

Le premier flic de France et Navarre au Poste de Commandement Interministériel de Biarritz – 20/08/2019

Un total de 13 200 policiers et gendarmes, épaulés par les forces militaires, ont été mobilisés pour assurer la sécurité du G7 à Biarritz ce week-end, a annoncé ce mardi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors d’un point presse. […]
Christophe Castaner a insisté sur « la coopération exceptionnelle », notamment en matière de renseignement, avec l’Espagne, qui mobilisera en « nombre particulièrement important » des effectifs de son côté de la frontière. Au total, 400 sapeurs-pompiers et de 13 équipes mobiles d’urgence et de réanimation [voilà que ça annonce la couleur; NdAtt.] seront également déployés, a-t-il annoncé.

Les militaires ont installé des dispositifs de surveillance sur le phare de Biarritz

Selon France Inter du 17 août, « Car ce sont principalement des gendarmes qui seront chargés de surveiller de plus ou moins loin les manifestations du contre G7 [et leurs chefs donnent des entretiens teint de préoccupation à leurs potes des médias…; NdAtt.]. Les gendarmes partagent l’analyse de risques majeurs encourus dans une région comme le Pays basque, en plein été. Cela fait des mois qu’ils ont décidé d’envoyer ce qui se fait de mieux au sein de leurs différentes composantes : des derniers drones, au GIGN, des blindés légers aux hélicoptères. Au cas où. » [Quelqu’un.e saurait où trouver des armes antichar et des roquettes sol-air ? Juste au cas où; NdAtt.]

*****

Des frontières qui ferment et des prisons pour migrants qui se reconvertissent

extrait du Parisien / lundi 29 juillet 2019

[…] Le centre rétention administrative d’Hendaye sera fermé et servira de local de garde à vue. « Une centaine de fonctionnaires de la police judiciaire vont venir épauler les policiers locaux de la sécurité publique et de la gendarmerie » pour gérer les procédures judiciaires, a aussi annoncé Samuel Vuelta Simon, le procureur de Bayonne. Le tribunal de la ville sera, lui, renforcé d’une dizaine de procureurs et de juges durant le G7. […]
Enfin, les touristes et les frontaliers de l’Espagne doivent s’attendre à passer du temps aux postes-frontières. « Les contrôles y seront renforcés », promet une source policière. De nombreux échanges ont déjà eu lieu sur ce point avec les autorités espagnoles. « Comme ils savent qu’ils sont très surveillés en France, certains radicaux pourraient tenter de rentrer par l’Espagne », estime un proche du dossier, qui assure qu’une fermeture temporaire de la frontière est aussi à l’étude par la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques. « C’est un événement important, note une source sécuritaire. Tout est fait pour que cela se déroule sans problème. » Après des mois de manifestations violentes en France et alors que les principales puissances du monde auront les yeux rivés sur Biarritz, c’est même un enjeu majeur pour le ministre de l’Intérieur.

NdAtt. : déjà deux personnes de nationalité allemande, fichées, ont été expulsées suite à des interdictions administratives de territoire (IAT). La premier avait été interpellé à Dijon le 9 août le deuxième le 21 août, à Saint-Jean-de-Luz (près de Biarritz) lors d’un contrôle routier.

*****

Saint-Martin-d’Arberoue (Pyrénées-Atlantiques) : Les bidasses font du camping

France Bleu / lundi 12 août 2019

Les militaires s’installent sur les crêtes basques pour surveiller le G7, depuis le début du mois d’août. Ce sont des points qu’on imagine stratégiques. Les autorités restent extrêmement discrètes, mais les installations militaires, elles, le sont beaucoup moins. Une base provisoire est implantée sur les hauteurs de St Martin d’Arberoue: une quinzaine d’hommes, trois camions bâchés et un radar qui tourne en permanence.
Près de l’ancien ball-trap [tiens…; NdAtt.], les militaires campent sous la tente, ils ont installés des toilettes sèches. Ceux qui se frottent les mains, ce sont les restaurateurs locaux qui ont 15 couverts assurés tous les jours pendant 3 semaines.

*****

Zone rouge, zone bleu… beaucoup de bleu… même du treillis… et le noir c’est par où ?

extraits d’Europe1 / mardi 20 août 2019

[…] Une zone rouge, dite de « protection renforcée », sera activée le long du littoral du 23 au 26 août, et à l’intérieur de laquelle, hormis les délégations officielles, seuls les commerçants, les salariés, les professionnels de santé et les riverains seront autorisés à circuler. Les véhicules à moteur y seront interdits. « Le sommet se déroule entre l’Hôtel du Palais et le Centre Bellevue où auront lieux les conférences. Il est naturel que cette zone-là soit très protégée, mais les autres places de Biarritz seront accessibles. Les zones protégées et contrôlées ne représentent qu’un quart de la ville », fait valoir l’édile.
Dans une seconde zone de sécurité, moins restrictive, la circulation automobile et le stationnement seront autorisés. « Vous savez que l’on a distribué 18.000 badges d’accès pour permettre justement à ceux qui sont dans la deuxième zone d’y évoluer librement », indique encore Michel Veunac.

À moins de quatre jours de ce grand raout mondial, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner doit présenter mardi après-midi les grandes lignes de la sécurisation de la zone, mobilisant au moins 10.000 membres des forces de l’ordre. De l’aveu même d’un haut gradé, il sera difficile de faire plus large échantillon de forces publiques sur une même bande de territoire.

Le plus gros des troupes réside dans les quelque 90 unités de forces mobiles, soit 6.000 CRS et gendarmes, pour qui hôtels, campings, et villages de vacances des environs ont été réquisitionnés. Une mobilisation jamais vue depuis certains samedis de manifestation des « gilets jaunes », mais concentrée cette fois sur une seule région. Trois matches de Ligue 1 (Montpellier-Lyon, Lille-Saint-Étienne et Nice-Marseille) ont même été reportés pour libérer des effectifs.

À ces unités s’ajouteront également les trois corps armée, terre, mer et air, avec tout un arsenal : un dispositif anti-drone, des radars tactiques contre l’intrusion éventuelle de parapentes ou d’ULM, mais aussi des avions Rafale en alerte depuis la base de Mont-de-Marsan, des hélicoptères de défense aérienne avec à leur bord des tireurs d’élite et même des missiles sol-air. La police espagnole est également mobilisée depuis lundi pour réaliser des barrages filtrants à la frontière.

Hôtel du Palais, à Biarritz. Point d’arrivée des manifestations.

*****

La mer polluée de bleu

extraits du Point / mercredi 21 août 2019

Tiens, donc ! Les CRS ne craignent même pas le mal de mer.

[…] Au large des côtes, un dispositif de sûreté maritime, qui fait intervenir marine nationale, douanes, affaires maritimes, gendarmerie et police nationale, a été renforcé pour sécuriser le littoral de cette cité balnéaire avant et pendant le sommet des chefs d’Etats. La zone interdite est d’une longueur de 1.700 mètres et va jusqu’à 1.400 mètres au large », explique le capitaine Pascal Gensous, responsable des moyens spécialisés engagés pour le G7. […] Dès vendredi à minuit, jusqu’au lundi minuit, dans cette zone qui fait face à la Grande plage, avec son casino et l’Hôtel du Palais où sont programmées les rencontres des sept grands, « aucun bateau ne pourra passer et on ne pourra pas se baigner », précise le policier. Six bateaux et environ une cinquantaine de policiers se relaieront sur la zone 24 heures sur 24, pour contrôler les embarcations et secourir les personnes qui tomberaient à l’eau. « Les plongeurs pourront aussi vérifier tout élément suspect, comme par exemple en inspectant une coque ou en repérant tout objet qui pourrait être dangereux » sur la mer, explique le capitaine Gensous. […]
Patrouilleur, vedettes, bateaux pneumatiques à moteur et semi-rigides de la gendarmerie maritime complètent le dispositif placé sous le commandement du préfet maritime de Brest, et déjà actif depuis quelques jours. […]

*****

Des gares et l’aéroport fermés… des fenêtres aussi !

extrait de 20 Minutes / lundi 19 août 2019

[…] La SNCF a fait le point ce lundi sur les mesures qui lui sont imposées. Les gares de Biarritz, Bayonne, Guéthary, Boucau, Deux-Jumeaux seront fermées au public dès le vendredi 23, jusqu’au lundi 26 août à 16 h. Elles ne seront donc pas desservies, hormis par 7 TGV en provenance de Paris qui s’arrêteront à Biarritz, Saint-Jean-de-Luz et Hendaye vendredi 23 août. Les autres gares de la ligne entre Dax et Hendaye seront, elles, desservies « quasi-normalement. » […] L’aéroport de Biarritz sera fermé à l’activité aérienne du public à partir du vendredi 23 à 7 h jusqu’au lundi 26 août à 20h. C’est l’aéroport de Pau qui prendra le relais pour le trafic aérien régulier. […]
Une charte stipule que les logements disposant d’une visibilité directe sur les sites qui accueilleront les rencontres officielles (Hôtel du Palais, casino, centre de congrès et grande plage) « pourront être soumis à des consignes temporaires de fermetures de fenêtres et/ou de non-occupation de balcons et terrasses », où il sera interdit d’installer des appareils de prises de vue. Le site de l’Hôtel du Palais, où résideront les chefs d’Etat, sera particulièrement sensible. […]

*****

Mise à jour de samedi 24 août 2019

Le Monde / vendredi 23 août 2019

Pendant le G7, Biarritz et ses alentours sont sous la surveillance d’un important dispositif de sécurité. Au total, 13 200 policiers et gendarmes sont mobilisés, dont 44 compagnies de CRS et 48 escadrons de gendarmerie mobile. De nombreuses unités spécialisées, comme le RAID, le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) ou la Garde républicaine, sont elles aussi mises à contribution. Aux abords du sommet, la circulation est restreinte aux résidents et ayants droit munis de badge, tandis que plusieurs gares et l’aéroport seront fermés dès vendredi.

Les forces militaires assurent, en outre, des missions de contre-terrorisme et de protection des abords du sommet. L’armée a ainsi été déployée discrètement dans le Pays basque, notamment sur les hauteurs à l’affût d’éventuels drones. La marine est présente au large et dispose d’une frégate. Les services de renseignement sont également mobilisés. Ils travaillent en coopération avec leurs homologues étrangers, en particulier ceux de l’Espagne, qui engage elle aussi des effectifs sur son territoire : 1 878 gardes civils, 932 agents de police et 4 000 membres de la police régionale basque sont mobilisés. Plus de 400 pompiers et 13 équipes mobiles d’urgence et de réanimation complètent le dispositif. Par ailleurs, l’Etat a installé des préfabriqués au tribunal de Bayonne et mobilisé le centre de rétention d’Hendaye en prévision des gardes à vue. […]

This entry was posted in General and tagged , , . Bookmark the permalink.