Allemagne : Incendie d’un centre de dressage canin de la police

Act for Freedom Now ! / vendredi 21 juin 2019

Combattons la police, combattons le système spéciste!

Le 5 juin, en tant que membres de l’Animal Liberation Front, on a incendié un centre de dressage canin de la police.
Pour nous, la légitimité de cette action réside dans le fait que la police, une institution classiste, sexiste et raciste, n’a aucun droit d’utiliser des animaux comme outils d’oppression.

Nous rappelons que la police sert le capitalisme et, de ce fait, elle est une ennemie dans la lutte pour la libération des humains et des animaux.

Avec cette action, nous voulons montrer qu’on est en train de grandir et de nous répandre; pas seulement en nombre, mais aussi stratégiquement; que nous nous en prenons aux problèmes fondamentaux à la place de nous focaliser sur les symptômes ; que nous n’acceptons pas la complicité entre la police et l’industrie de l’exploitation animale.

Chaque fois que la police arrête un.e de nous (que ce soit pour avoir brisé une vitrine ou pour avoir perturbé un McDonald’s), ils/elles collaborent avec l’industrie de l’exploitation animale et elles/ils s’en prennent à nous tou.te.s. C’est l’heure que cela s’arrête.

Nous voulons voir cette action comme une « célébration de rage » pour le 11 juin, « journée internationale de solidarité avec les prisonnier.e.s anarchistes purgeant des longue peines » et envoyer des salutations notamment à Matthias, qui est incarcéré en Suisse depuis plus de six mois en l’attente de son procès, accusé d’avoir brisé les vitrines d’une boucherie.

Pour un monde sans oppression, sans capitalisme et sans police – enflammons une révolution !
N’oublions pas nos ami.e.s casseur.euses de McDonald’s [voir par exemple ici et ; NdAtt.] ; que les vitres brisées puissent nous apporter la liberté !
Feu aux prisons, feu à la police, feu aux McDonald’s feu au système spéciste !

Animal Liberation Front

This entry was posted in ACAB, International, Liberté animale and tagged , . Bookmark the permalink.