Sartrouville (Yvelines) : Et voilà pour les livres de l’école

Le Parisien / vendredi 4 janvier 2019

Une classe de l’école maternelle Robert-Desnos de Sartrouville a été entièrement détruite par un incendie, durant la nuit de jeudi à vendredi.
L’origine criminelle du sinistre ne fait aucun doute : vers minuit et demi, un riverain a aperçu deux hommes casqués prendre la fuite sur un scooter de type TMax, après avoir mis le feu à l’intérieur de l’établissement de la rue Lakanal, au cœur de la cité des Indes. Il a aussitôt prévenu les secours. L’alarme anti-intrusion de l’école s’est d’ailleurs déclenchée à ce moment-là.

Lorsque les policiers et les pompiers sont arrivés sur les lieux, le feu s’était déjà emparé d’une salle de classe, située à l’arrière du bâtiment. Les soldats du feu sont rapidement venus à bout de l’incendie, mais cette salle, d’une quarantaine de mètres carrés, a été détruite.
« Cette pièce était celle où les instituteurs entreposaient des livres », indique le maire (LR) de Sartrouville, Pierre Fond, […].
Les premières constatations ont permis de découvrir qu’un incendie avait été allumé sous le tableau. « Les dégâts ont été limités parce que tous les bâtiments de la ville sont équipés de dispositifs anti-intrusion, ce qui fait que l’intervention a été extrêmement rapide », se félicite le maire.
Ce vendredi, les équipes de nettoyage et de traitement de l’air étaient déjà à l’ouvrage pour décontaminer l’école de l’effet nocif des fumées. La maternelle Robert-Desnos sera fermée ce lundi pour la rentrée. Elle devrait être rouverte « au cours de la semaine prochaine », précise Pierre Fond. En attendant, les quelque 63 enfants scolarisés au sein de l’établissement devraient être accueillis à l’école Georges-Brassens. Une collecte de livres a déjà été lancée sur Internet par les parents d’élèves.
A noter que cet incendie fait suite à un précédent sinistre, lui aussi d’origine criminelle, qui s’était produit le 30 décembre. L’école municipale des arts, située dans le quartier du Plateau, avait alors été visée. « Le mode opératoire est identique », indique une source proche de l’affaire. Durant la nuit, les malfaiteurs avaient brisé une fenêtre à l’arrière du bâtiment avant de jeter de l’essence au sol puis d’y mettre le feu. L’alarme s’était déclenchée et les dégâts se sont soldés par une pièce noircie.

This entry was posted in Antiélectoral, Brûle ton école and tagged , . Bookmark the permalink.