Nantes – Transports en commun : les tarifs augmentent, la répression aussi

Indymedia Nantes / mardi 3 juillet 2018

Nantes était la première ville à réimplanter un réseau de tramway à la fin des années 1980. Depuis, le réseau TAN a tissé sa toile dans la ville. La société semi privée perfusée par l’argent public annonce une nouvelle augmentation de ses tarifs à partir du mois de juillet. Dans le même temps, le réseau de transports en commun n’a qu’une obsession : la sécurité.

LE PRIX DES TRANSPORTS EN COMMUN AUGMENTE. ENCORE …

En 10 ans, c’est la dixième hausse des prix des transports en commun à Nantes. Année après année, les déplacements coûtent plus cher. Pourtant, se déplacer dans la ville est une nécessité vitale, pour se nourrir, travailler, avoir une vie sociale … Le ticket de base, à l’unité se vendra dès cet été 1,70 €. Les autres tarifs augmentent aussi. A titre de comparaison, le ticket de métro parisien coûte 20 centimes de plus – le prix le plus élevé de France – pour un réseau d’une ampleur et d’une efficacité sans commune mesure. Bref, non seulement cette augmentation est un nouvel exemple de guerre contre les plus pauvres, mais elle est totalement contradictoire avec la logique de « ville verte » prônée en permanence par la métropole … D’autant plus qu’il s’agit d’une décision politique, car plusieurs villes, en France comme ailleurs, ont fait le choix des transports gratuits : Tallinn en Estonie, ou encore Niort, Aubagne et bientôt Dunkerque.

TOUJOURS PLUS DE RÉPRESSION

En revanche, la TAN met les grands moyens pour la répression. L’ensemble du réseau, tramways, bus et parfois aubettes sont couverts de caméras de surveillance, qui peuvent être exploitées par la police. A la rentrée 2017, les salariés de la TAN ont mené une grande grève, paralysant totalement l’ensemble de la ville. Une première, dans un secteur qui ne se mobilise quasiment jamais pour ses droits sociaux. Il ne s’agissait pas de réclamer des augmentations, moins de précarité, ou plus d’embauches, mais d’exiger plus de « sécurité ». Demande exaucée immédiatement, évidemment, avec la présence de nombreux cars de CRS en permanence devant les arrêts du centre ville, et même des descentes de policiers armés dans les transports, parfois en appui des contrôleurs. Plusieurs cas de contrôles de police abusifs ou même de violences policières sur des passagers sans tickets nous ont été rapportées ces derniers mois. Ce n’est visiblement pas suffisant, puisque lundi 25 juin, la TAN, représentée par son directeur Alain Boeswillwald et le socialiste Pascal Bolo signaient devant les journalistes un partenariat avec le procureur de Nantes pour « permettre d’apporter une réponse pénale graduée, ferme et plus rapide. » Nous aurons donc des transports plus cher, plus d’amendes, et donc un passage au tribunal pour les fraudeurs et les récalcitrants.

En novembre 2017, un gréviste, employé de la TAN, était gravement blessé par des policiers dans une manifestation contre la Loi Travail de Macron : plusieurs fractures à la jambe dues à une grenade. Cette agression n’a pas provoqué la moindre réaction dans la corporation, pourtant prompte à réagir au quart de tour quand un contrôleur est bousculé. Étonnant.

BÉNÉVOLES DANS LES TRAMS

En prime, le réseau nantais tente de sous-traiter son service à pas cher. Par exemple, au début de l’été, la TAN annonçait qu’elle recherchait « des bénévoles motivés pour assurer un contrat sur la période des vacances d’été […] pour assurer l’accueil des voyageurs avec pour objectif sécuritaire de réguler circulation ». En parallèle, la TAN lançait aussi un recrutement d’étudiants pour conduire des rames de tramways. Une façon d’employer une main d’œuvre plus précaire et moins chère. « Certains conducteurs de bus attendent depuis deux, trois ans, de passer leur habilitation à la conduite du tramway. Et là, on va embaucher des étudiants pour ces postes sans qu’ils aient le permis de transport collectif» décryptaient les syndicats. Tickets plus chers et main d’œuvre gratuite : même le MEDEF n’avait pas osé.

Bref, l’objectif est clair : moins de charges salariales, toujours plus de profits, et les grands moyens pour réprimer les récalcitrants. Bienvenue en métropole socialiste, écologiste et participative !

Nantes Révoltée

 

Sources :

– https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-plus-10-cts-sur-votre-ticket-tan-partir-de-dimanche-5854261

– https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-bientot-des-etudiants-aux-manettes-des-tramways-5599401

– https://www.tousbenevoles.org/trouver-une-mission-benevole/accueil-information/44/nantes/assistance-bus-relais-tram-accueil-et-orientation-des-voyageurs-39543

This entry was posted in Portraits de collabos and tagged , , . Bookmark the permalink.