Des mauvais moments pour les bleus (mi-juillet 2017)

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : Nouveau ! Incroyable ! On peut peut-être soigner les flics !

L’Est Républicain / Vendredi 7 juillet 2017

Le contrôle d’identité avait dégénéré: un policier âgé de 39 ans avait été passé à tabac par une dizaine de jeunes, le 30 mai dernier, à La Plaine-Saint-Denis, selon BFM TV. Depuis, l’homme a totalement perdu la mémoire… et doit tout réapprendre de zéro. Un homme a été mis en examen et écroué.
Ce jour-là, le policier et un de ses collègues se font encercler par plusieurs jeunes hommes âgés d’une vingtaine d’années, qui les passent à tabac. Les coups pleuvent: le visage du policier amnésique est marqué par des traces de semelles…
Le principal suspect a été mis en examen mercredi et placé en détention provisoire pour violences volontaires sur personnes dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une infirmité permanente. Une information judiciaire a été ouverte et l’enquête se poursuit pour retrouver les autres agresseurs.
Depuis l’agression, ce policier de 39 ans n’a plus aucun souvenir et a perdu tous ses acquis, comme faire du vélo ou conduire. Il ne se souvient même plus qu’il était policier. Selon son ami Christophe, depuis, il se bat pour reprendre le cours de sa vie: « Le code pénal, le B-A-BA des techniques d’interventions… il doit tout réapprendre », raconte Christophe.
Mardi, il est venu au commissariat – le « sien » – rencontrer « ses » collègues. Il les a tous « oubliés », mais ils l’encouragent. « Ses collègues lui ont envoyé une petite photo avec leur nom et prénom, ce qui lui permet de mettre un nom sur les visages », raconte Christophe. Ce dernier assure que le policier veut reprendre l’uniforme à Saint-Denis, là où il a toujours travaillé. Là où, d’après lui, il a vécu le meilleur comme le pire.

*****

Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne) : On cible les bleus même avec de la vaisselle

La République de Seine-et-Marne / Vendredi 7 juillet 2017
Deux hommes ont été interpellés, ce vendredi 7 juillet vers 1 heures du matin, pour des faits présumés de dégradations sur des voitures et un pavillon, dans la commune de Souppes-sur-Loing. Les faits se sont produits au niveau de la rue Pasteur et plusieurs véhicules ont été dégradés, ainsi qu’une boîte à lettres mais également les volets d’un pavillon.
Les policiers sont intervenus mais l’interpellation a été mouvementée : l’un des deux individus a brisé la vitre du véhicule de patrouille. Les deux hommes ont été placés en garde à vue au commissariat de Nemours. Mercredi, des policiers avaient été pris à partie par des individus et avaient reçu de la vaisselle, en guise de projectile.

La République de Seine-et-Marne / Mercredi 5 juillet 2017

Il n’y a eu ni dégâts, ni blessés mais les projectiles sortent de l’ordinaires. Des policiers qui effectuaient une patrouille ont été bloqués par un groupe d’individus, ce mercredi 5 juillet vers 0 h 45, à Souppes-sur-Loing.
Les faits se sont produits au niveau de la rue Jean-Cocteau. Le véhicule des policiers a été contraint de s’arrêter à cause d’un regroupement de personnes. Des insultes ont fusé dans leur direction et des projectiles ont été lancés, sans toutefois les atteindre.
Les fonctionnaires ont dû faire usage d’une grenade de désencerclement, parfois utilisée pour disperser un attroupement, rappelle Le Monde. Mais les jets de projectiles ont continué et les policiers ont ensuite été ciblés avec de la vaisselle, confie une source proche du dossier. Une enquête a été ouverte mais il n’y a pour le moment pas eu d’interpellation.

*****

Taverny (Val d’Oise) : Les bleus ont du mal à s’en sortir

La gazette du Val d’Oise / jeudi 6 juillet 2017

Si aucun blessé n’est à déplorer, l’histoire aurait pu prendre une toute autre tournure. Tout commence dans la rue Pierre-de-Coubertin à Taverny, le mercredi 5 juillet. Vers 0h30, alors que les policiers effectuent une patrouille, un homme se détache d’un petit groupe d’individus et commence à invectiver les policiers. Les agents s’arrêtent et veulent le contrôler, mais celui-ci s’enfuit.
Dans le même temps, les policiers sont informés qu’une quinzaine d’individus ont bloqué la rue Jesse-Owens, à hauteur de la résidence Jean-Bouin. Sur place, ils constatent en effet que la rue a été partiellement bloquée, à l’aide de barrières et de chaises. À leur vue, les individus s’enfuient, mais les fonctionnaires remarquent l’homme qui les avait insultés quelques minutes plus tôt. Ils tentent de procéder à son arrestation, mais il se rebelle et leur assène des coups de pied.
Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Au même moment, une vingtaine d’individus, armés de bouts de bois, commencent à s’en prendre aux agents, victimes également de jets de projectiles (bouteilles, chaises et tables). Dans la confusion, le petit groupe tente de venir en aide à l’homme injurieux, alors qu’un des hommes menace les policiers avec un pied de table métallique. « On va vous tuer !», lance-t-il. Maîtrisé, il tente de dérober l’arme de service d’un des fonctionnaires. En vain.
Alors que les policiers se regroupent, le groupe sonne une nouvelle fois la charge. Pour se défendre, les policiers tirent à deux reprises à l’aide d’un Lanceur de balles de défense (Lbd 40). Alors qu’ils interpellent les deux fauteurs de troubles, un autre tente de dérober le Taser d’un des agents. Il n’y arrive pas et prend la fuite. Âgés de 17 et 19 ans, les deux individus ont été placés en garde à vue.

*****

Roubaix (Nord) : Pompiers et flics se font caillasser

Lille actu / mardi 4 juillet 2017

C’est un véritable guet-apens qui attendait les pompiers à Roubaix (Nord), dans le quartier de l’Epeule. Lundi 3 juillet 2017 aux alentours de 23 h 15, alors qu’ils se rendaient rue des Ogiers pour un feu de poubelle, ils ont essuyé des jets de pierres. Tout comme les policiers venus sécuriser rapidement l’intervention des soldats du feu. La vitre d’un véhicule des pompiers est dégradée et une portière a été enfoncée. Un véhicule des policiers a également subi des dégradations. L’arrivée de renforts et l’utilisation de gaz lacrymogène a permis de disperser le groupe, souffle un policier. Mais les perturbateurs avaient visiblement prévu de remettre le couvert. Un peu après minuit, un important groupe a ainsi été par des caméras de vidéosurveillance. Ils étaient en train de préparer un stock de pierres et de divers projectiles. Les policiers ont décidé de mobiliser d’importants effectifs pour mettre fin à ces agissements. Arrivés sur place par divers accès, ils sont parvenus à interpeller trois individus.

This entry was posted in ACAB, Des mauvais moments pour les bleus and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.