Piégros-la-Clastre (Drôme) : Votre monde est notre terrain de jeu [MAJ 18/06 : la revendication]

Indymedia Nantes / dimanche 18 juin 2017

attaque incendiaire pylone  juin dangereux

On ne se sent bien nulle part.
On ne se sent bien nulle part car aggressées partout.
Aggressés car ce qui n’est pas encore bétonné est soigneusement entreposé,éttiquetté,ou pousse en rang et devrait encore nous faire sourire.
Aggressés car chaque part de ce qui nous entoure tend à devenir un produit; mesurable, adaptable,consommable, vendable.
Aggressées car de par nos actes chaque jour nous soutenons ce mode de vie que ce soit par facilité ou contre notre volonté.
Aggressés car on nous vend ce système qui coule emportant toute vie avec lui en collant un sticker vert éco-responsable dessus. On construit des villes et des missiles nucléaires mais on nous sermonne en nous matraquant qu’il est impératif d’utiliser des ampoules basse consommation.
Aggressées car on voudra nous faire croire que la normalité c’est d’être actionnaire de sa propre misère.



Nous assistons à un désastre où le règne du superficiel nous noie sous un flot d’informations et un horizon plastifié.
A propos d’informations: les pylones qui poussent un peu partout sont des points névralgiques et vulnérables parce que ce sont des points de concentration des flux et parce qu’il suffit de quelques litres d’essence pour les endommager gravement.
C’est pour ca qu’après une randonnée nocturne dans la forêt nous nous en sommes pris aux antennes relais de piégros la clastre. Une fois avoir coupé les grillages et forcé le local technique on a incendié tout ce qu’on a pu. La tristesse et l’aggression ce sont alors transformées à ce moment là en joie et en sourires complices. Ce monde nous dégoute,nous n’en attendons plus rien. Ne voulons rien en garder.
Nous voulons juste y jouer pour accélerer chaque fois un peu sa destruction.
Il y a la grande autoroute de la vie qui est toute tracée direction le péage,l’âge adulte,les responsabilités,être des hommes,être des femmes.
On nous laisse aussi l’alternative de prendre les nationales. La vie d’artiste,les paniers bios et la bonne conscience qui va avec.

Nous refusons toutes les routes.
Nous voulons sortir des chemins. Parce que ça fait peur,parce qu’on doit inventer le sentier dans l’obscurité en se donnant les mains,parce qu’on veut rester des gosses sauvages et joueur.
Biensur on risque de se perdre,d’être couvertes d’épines,d’avoir faim ou froid.
Peu nous importe,au moins nous sommes vivantes.
Ainsi notre solidarité s’exprime aux personnes pour qui les dominations ne sont pas seulement des cibles extérieures à abattre mais aussi des réflexes ancrés en nous qu’il est toujours aussi urgent d’attaquer.
Nous ne trouverons pas la liberté dans des futurs hypothétiques mais dans des chemins de révoltes à vivre au quotidien.

Pour un mois de Juin dangereux.
Pour une vie dangereuse.
Votre monde qui s’écroule est notre plaine de jeu.

Des enfants avec des allumettes.

[in italiano]

*****

Pour ceux et celles qui voudraient lire la prose des journaflics, même quand il y a une revendication claire :

France Bleu / jeudi 15 juin 2017

45000 foyers drômois sont privés de téléphone portable et de télévision via TNT. Les pylones de TDF ( Télévision de France ) et de tous les réseaux de téléphonie mobile ont brûlé à Piegros-la-Clastre la nuit dernière. La panne concerne la vallée de la Drôme et le Diois.
Pour les enquêteurs, aucun doute : c’est bien un geste criminel qui est à l’origine des incendies. Les antennes sont très difficiles d’accès, en pleine forêt, sur les hauteurs du village de Piégros-la-Clastre. Elles se trouvent dans un enclos sécurisé, fermé à clé, et qui a été fracturé. Les gendarmes ont aussi trouvé sur les lieux du sinistre des traces de produits activateurs d’incendie, type carburant ou alcool à brûler. Les analyses devront préciser la nature exacte de ces produits.

Que ce soit TDF ou les opérateurs de téléphone portable, Free, Bouygues, Orange ou SFR , tout le monde est catastrophé : jamais des pylones n’avaient été endommagés à ce point. Le feu a entièrement détruit les câblages électriques et informatiques. Il y a au moins 200.000 euros de dégâts. 45.000 foyers sans télévision via TNT, plus de réseau de téléphonie mobile de Crest à Die en passant par Chamaloc…les équipes de réparation sont face à un véritable casse-tête. Les réparations ont démarré dès ce jeudi matin mais il sera impossible de tout reconnecter rapidement.
Reste aussi à déterminer qui est à l’origine de cet incendie criminel. L’ enquête est en cours mais impossible de ne pas faire le lien avec les militants libertaires qui ont déjà incendié les locaux d’Enedis à Crest il y a une semaine. Ces anarchistes l’ont revendiqué il y a quelques jours sur internet. Le groupuscule s’oppose notamment à « toutes les sociétés » où l’être humain est forcément dominé.

*****

Le Dauphine / jeudi 15 juin 2017

« Ce sont environ 1000 clients qui sont impactés sur la Vallée de la Drôme, rapporte Fabrice Cros, chargé des relations avec la presse Chez Orange, joint par nos soins. La 2G, 3G et 4G ne fonctionnent plus dans de nombreuses communes du Diois et sur la Départementale qui relie Crest à Die. Notre centre de supervision est en alerte et nous étudions toutes les solutions pour rétablir le réseau de manière provisoire avant d’évaluer précisément les travaux à réaliser…»
Selon nos informations, le préjudice de l’incendie de cette nuit s’élèverait à plus de 200 000 euros.

Depuis 1 heure du matin, les clients abonnés au réseau SFR de plusieurs communes du Diois sont privés de téléphone portable. Il s’agit des communes de Die, Vercheny, Aurel, Omblèze, Bouvante, Chamaloc, Saillans, Eyglouy, Châtillon-Diois Plan-de-Baix, Col de Rousset et Serre Nerpol, une petite commune situé dans le sud Gresivaudan (Isère). Contacté par nos soins, le service de relation presse de l’opérateur SFR indique que ses équipes de techniciens sont sur place pour évaluer les dégâts et mettent tout en œuvre pour « rerouter » le réseau vers un réseau national. Pour l’heure, il est impossible de prévoir une remise en fonction. »

Radio, télévision numérique et téléphonie portable sont donc très fortement impactées depuis ce matin dans la vallée de la Drôme et le Diois. Le retour du service risque d’être un peu long vue l’ampleur des dégâts.

Les deux pylônes TDF et ITAS TIM de Beaufort-sur-Gervanne/Puyjovent, sur la commune de Piégros-la-Clastre, qui diffusent la TNT dans la vallée de la Drôme mais aussi relaient les flux des opérateurs Orange, Bouygues et SFR ont été entièrement détruits selon les premières constatations des gendarmes. Colonnes de câbles, armoires de raccordement et baraquement abritant l’alimentation électrique et la commande informatique des pylônes ont été fortement endommagés par un incendie criminel. L’enquête est en cours.

Cette nuit, un incendie criminel a détruit une partie des installations de l’émetteur TNT de Beaufort-sur-Gervanne/Puyjovent, sur la commune de Piégros-la-Clastre, dans la vallée de la Drôme.

À cette heure on ne sait pas encore lequel des deux pylônes supportant chacun une antenne-relais TNT a été visé, ou si l’intégralité des installations a été détruite. Un pylône (appartenant à TDF) diffuse les multiplex R2 et R3, un autre équipé par le groupe ITAS TIM (et financé en partie par les collectivités du territoire) les multiplex R1, R4, R6 et R7. Bref, l’intégralité des flux TNT sont ainsi diffusés à 45 000 foyers de la vallée de la Drôme. […]

This entry was posted in Antitech, Bloquer les flux and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.