Rouen : La ville s’enjolive

actu.fr / vendredi 21 avril 2017

À l’aube du premier tour de la présidentielle, le dimanche 23 avril 2017, les tags anti-votes se multiplient à Rouen (Seine-Maritime). « Élections, pièges à c…  » côtoie le « ne votes (sic) pas, c’est mieux » sur la façade d’une résidence, à l’angle de la rue Gericault et Victor-Hugo. Ces messages contestataires sont apparus dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 avril 2017.

« Vraiment, je suis choquée, réagit l’une des habitantes à l’interphone, c’est la première fois qu’il y en a autant ». Quant à une autre résidente trentenaire : « Peu importe le message, ça augmente les charges lorsque c’est un bâtiment privé, et les impôts lorsque c’est un bâtiment public. C’est de la dégradation ! »
Loïc, 55 ans, propriétaire d’un appartement et membre du syndicat de copropriété, est partagé. Lassitude pour l’incident : « ce n’est pas la première fois, on a une société de détagage qui intervient ». Et agacement pour le propos : « C’est doublement irrespectueux : pour les habitants de l’immeuble et pour la France. Le vote est une liberté , on ne doit pas encourager à ne pas voter. Ce sont des gens qui n’ont rien compris. On a eu du mal à gagner ce droit, et il faut voter pour dire à un gouvernement qu’on n’est pas d’accord. Là, on critique sans agir. Il faut se mouiller un peu ! »
Coût du nettoyage : approximativement 600 euros qui se répercuteront sur les charges, indique Loïc qui s’interroge : « Ne vont-ils pas revenir pour le second tour ? » Selon le propriétaire, son assurance n’incluerait pas le graffiti dans le vandalisme. « L’assurance peut le couvrir, cela dépend du contrat », précise l’agence Maaf de la place Saint-Marc.
La Ville de Rouen prend aussi en charge les frais de nettoyage sur sollicitation des syndicats de copropriété et des propriétaires, si le graffiti orne une clôture ou un corps de bâtiments situés en bordure immédiate des voies publiques, dans les voies privées ouvertes à la circulation, ainsi que dans les espaces gérés par la Ville.

Rue de France : « L’émeute est la fête véritable » ;  avenue de la Porte-des-Champ : « 23/04 HDV 20h » (pour 23 avril, Hôtel de ville, 20h) ou rue Sainte-Geneviève-du-Mont « Nike (sic) les élections ». Les propos demeurent aussi parfois inaccessibles aux passants. Rue des Requis, le « 23/04/2017 » laisse perplexe la vendeuse en boulangerie Virginie, 48 ans. « C’est en rapport avec les élections ? Si encore ils nous faisaient de beaux dessins, des lys ou des cœurs. Si c’est bien fait, j’aime bien. Mais c’est un mode d’expression, faut que ça me parle. » Un peu plus haut, un locataire d’un immeuble présentant un message similaire s’insurge : « Ça fait quinze jours et c’est toujours pas nettoyé ! Ça fait dégueulasse sur les murs, je trouve cela con. C’est bien d’avoir des choses à dire, mais qu’ils aillent le faire en face ! » [on coupe la pub’ d’un collectif à la con qui parle avec les journaleaux ; NdAtt.]

This entry was posted in 2017 : des pavés dans les urnes, Antiélectoral and tagged , . Bookmark the permalink.