Région parisienne, 28 février : blocus des lycées et « climat de violence »

Le Parisien / mardi 28 février 2017

Une manifestation de lycéens a dégénéré, ce mardi, dans le XXe arrondissement de Paris, tandis que la proviseure d’un établissement du XIXe arrondissement a été légèrement blessée par un jet de projectile. Ces violences ont eu lieu dans le cadre d’une journée de mobilisation contre les violences policières suite à l’affaire Théo, ce jeune homme victime d’un viol présumé au moyen d’une matraque, au cours d’une interpellation brutale à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Appelés à se rassembler à 11 heures devant les lycées Hélène-Boucher et Ravel, situés sur le cours de Vincennes, dans le XXe arrondissement de Paris, 200 à 300 jeunes ont défilé en direction de la place de la Nation toute proche, où les attendait un important dispositif policier. Parmi les manifestants, de nombreux protestataires encagoulés qui ne semblaient pas être des lycéens.

Bloqué par les forces de police à l’approche de la place de la Nantion, le cortège a dévié peu avant midi vers les quartiers Buzenval et Avron. Selon un journaliste du Parisien, sur place, des violences contre les forces de l’ordre ont eu lieu. Plusieurs manifestants étaient munis de projectiles en verre après qu’un container de bouteilles et une pallette de marchandises placée devant un magasin d’alimentation ont été pillés.

Vers 12h30, une centaine de CRS nassait plusieurs dizaines de jeunes rue Planchat (XXe arrondissement). Les forces de l’ordre les ont progressivement laissés quitter cette nasse après avoir contrôlé leur identité. Vers 14 heures, il ne restait qu’une cinquantaine d’entre eux cernés par les CRS. […]

Selon les autorités, 15 établissements étaient perturbés mardi en milieu de journée, dont onze à Paris. Deux établissements étaient touchés dans les Hauts-de-Seine, un dans le Val-de-Marne et un autre en Seine-Saint-Denis. Au total, à la suite des incidents de ce mardi, neuf personnes ont été interpellées à Paris, dix à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, quatre à Gennevilliers, une à Clichy et deux à Vanves, dans les Hauts-de-Seine, soit 26 interpellations en tout. Au cours de la journée, trois policiers ont été légèrement blessés.
​​​​​​​

Lundi, déjà, 16 adolescents avaient été placés en garde à vue, à la suite d’incidents dans plusieurs lycées des Hauts-de-Seine, dont l’un était bloqué. Sur Paris et les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis), un total de 31 personnes ont été interpellées lundi, selon une source policière.
Jeudi dernier, un rassemblement des lycéens contre les violences policière et en «vengeance pour Théo» avait donné lieu à des heurts avec les forces de l’ordre, débouchant sur 28 interpellations.

*****

extrait du Monde / mardi 28 février 2017

Vingt-deux personnes ont été interpellées, mardi 28 février, à Paris et en banlieue, notamment pour jets de projectiles et dégradations, lors d’une nouvelle journée de mobilisation des lycéens contre les violences policières, selon des sources policières.

Sept personnes ont été arrêtées à Paris, dix à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, quatre à Gennevilliers et une à Clichy dans les Hauts-de-Seine. […]

Le premier syndicat des proviseurs, le SNPDEN-UNSA, a lui aussi condamné dans un communiqué « le climat de violence des blocages des lycées », déplorant qu’il y ait eu deux personnels de direction blessés en moins d’une semaine. […]

 

This entry was posted in ACAB and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.