COP21 : L’État contrôlera (mieux) ses frontières

Huffington Post / vendredi 6 novembre 2015

La France va rétablir un contrôle aux frontières pendant un mois, à l’occasion de la conférence de l’ONU sur le climat (COP21) qui débute fin novembre à Paris « dans un contexte de menace terroriste ou de risque de trouble à l’ordre public« . « Pendant un mois, nous allons établir des contrôles aux frontières, ce qui n’est pas du tout une suspension de Schengen (…) qui prévoit dans un de ses articles la possibilité pour des États de le faire dans des circonstances particulières qui correspondent à la COP21 », a annoncé le ministre de l’Intérieur sur RMC et BMFTV. […]

Ces contrôles aux frontières, dont la France a informé ses partenaires mi-octobre, seront rétablis du 13 novembre au 13 décembre, a précisé à l’AFP le ministère de l’Intérieur, selon lequel il ne s’agit en aucun cas d’une « fermeture » des frontières. Ils s’effectueront sur le points de passage routiers, ferroviaires, maritimes et aériens.
La COP21, qui rassemblera des dizaines de chefs d’État et de gouvernement et des milliers de délégués et journalistes, se tiendra du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, au nord de Paris.
La France a par le passé temporairement rétabli des contrôles aux frontières lors de sommets du G8 organisés sur son territoire ou encore pour le sommet de l’Otan à Strasbourg en 2009.
« C’est une bonne chose, bien sûr », a réagi sur LCP Frédéric Péchenard, directeur général du parti Les Républicains et ex-patron de la police nationale. « Quand il y a un événement de cette ampleur, il faut évidemment protéger. »
Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a de son côté demandé « au gouvernement de suspendre les accords Schengen bien au-delà de cette période » pour « maîtriser l’afflux de migrants et prévenir tout risque terroriste ».
Mais le ministre a réfuté tout lien avec la crise migratoire que traverse l’Europe: « Ce n’est parce que nous allons suspendre pendant quelques semaines la libre-circulation (…) que nous nous engageons dans un chemin qui consisterait, face à une crise migratoire majeure, à remettre en cause les principes de Schengen ».
« Ce qu’il faut rendre étanche, ou en tout cas davantage contrôler, c’est les frontières extérieures de l’Union européenne, si nous ne sommes pas capables de contrôler, nous ne serons pas capables d’accueillir durablement ceux qui relèvent du statut de réfugié en Europe et il n’y aura bientôt plus de capacité de maintenir la libre-circulation à l’intérieur » de l’espace Schengen, a-t-il expliqué.
L’espace Schengen, l’un des acquis les plus concrets de l’UE, est une zone de libre circulation où les contrôles aux frontières ont été abolis pour les voyageurs, sauf dans des circonstances exceptionnelles. […]

This entry was posted in Contre les frontières, Les outils de l'ennemi and tagged , . Bookmark the permalink.