Blois (Loir-et-Cher) : Répondre aux « violences policières » ?

Le monde / vendredi 31 octobre 2014

tumblr_mri4fyNPgF1snwhito1_500De violents incidents ont opposé jeudi 30 octobre des habitants d’une zone urbaine prioritaire (ou ZUP) des quartiers nord de Blois à des policiers, faisant plusieurs blessés dans les deux camps. Un jeune de 20 ans a été touché à un œil par une balle en caoutchouc, a-t-on appris de source policière. Emmené à l’hôpital par des proches, sa blessure est irréversible, a-t-on appris de source policière. Deux personnes, un majeur et un mineur, ont été interpellées et placées en garde à vue, et le parquet de Blois a ordonné une enquête sur ces violences urbaines, qui ont fait sept blessés côté policiers, ainsi que sur les circonstances du tir de balles en caoutchouc. Des enquêteurs de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale – la police des polices) sont arrivés vendredi sur place pour interroger notamment le policier qui a utilisé le lanceur de balles.

Le préfet du Loir-et-Cher a lancé un appel au calme et demandé des renforts pour assurer le maintien de l’ordre en cette veille de week-end. Il y a quinze ans que les quartiers nord de Blois n’avaient pas vécu d’incidents aussi graves. Jeudi soir trois policiers, venus mettre un terme à un rodéo à moto, ont été pris à partie par un groupe d’individus agressifs. Pour se dégager, un policier a eu recours à un tir de balles en caoutchouc, touchant le jeune homme à l’œil. Une série d’échauffourées a suivi, marquées par des jets de projectiles sur les policiers, dont sept ont été légèrement blessés, et des dégradations de matériel urbain et de commerces. Au total, quelque 60 personnes ont pris part à ces violences. Le calme est revenu vers 1 heure vendredi matin après que la quarantaine de policiers présents ont reçu le renfort d’environ 25 à 30 gendarmes du groupement départemental. Des tensions étaient déjà palpables dans certains quartiers de Blois depuis la fin de l’été, avec plusieurs actes de violences visant des sapeurs-pompiers et des policiers en intervention.

 

This entry was posted in ACAB and tagged . Bookmark the permalink.