Vauvert (Gard) : Saboter leur sale travail est une question de survie !

midilibre / mercredi 29 octobre 2014

tumblr_mwta7orHfP1svy40do1_1280Les faits s’étaient produits en février 2011 dans l’enceinte de la gendarmerie. Le tribunal correctionnel de Nîmes rendait son délibéré, mardi, dans une affaire d’incendie de voiture qui s’était produite dans l’enceinte de la gendarmerie de Vauvert. Les faits remontent à février 2011. En fait, une BMW, dérobée lors d’un vol à main armée dans la région de Marseille, avait été retrouvée dans le quartier du Bosquet. Les gendarmes l’avaient repérée et transportée dans les locaux de la gendarmerie où les techniciens en identification criminelle devaient effectuer des prélèvements pour tenter d’identifier les auteurs. Mais dans la nuit du 22 février 2011, la voiture brûlait étrangement, ce qui causait des dégâts considérables à la gendarmerie. Par ailleurs, des militaires étaient intoxiqués à cause des fumées.

Deux des trois prévenus relaxés

L’enquête de la section de recherches de Nîmes conduisait à l’implication de trois suspects. Lesquels étaient jugés début octobre par le tribunal qui a rendu son délibéré mardi 28 octobre. Deux prévenus ont été relaxés. Le troisième a été reconnu coupable de dégradation volontaire par incendie et de vol aggravé. Mohamed Oujaafar a écopé de six ans de prison ferme et de dommages et intérêts liés aux dégâts. Il est condamné à verser 30 000 € à la mairie de Vauvert et 17 000 € à la gendarmerie.

This entry was posted in ACAB and tagged . Bookmark the permalink.