Hénin-Beaumont : Meat is murder

La voix du Nord / dimanche 17 août 2014

Boucherie Colin Henin BeaumontUne institution du commerce héninois a été la cible d’un incendie, dans la nuit de samedi à dimanche […] Toit ravagé (alors qu’il avait été refait au printemps), murs couverts de suie… « Les faits se sont déroulés entre 3 et 4 heures du matin. C’est une voisine, qui dispose d’un détecteur de fumée, qui a été réveillée et a prévenu les pompiers. Un autre voisin est venu jusqu’à chez moi pour me prévenir, raconte Pascal Colin. On suppose qu’il y a eu plusieurs départs de feu. L’atelier boucherie a été fracturé en deux endroits avec un hachoir à viande.

[…] La boutique en elle-même n’a pas subi de dégâts, même s’il faut maintenant tout nettoyer et vérifier l’état des machines. J’avais de la marchandise dans mes réfrigérateurs, et a priori il y en a au moins pour 4 000 à 5000 euros de perte. Je suppose que la ou les personnes qui ont fait ça voulaient voler de l’argent, mais je vide ma caisse tous les soirs. Donc, il n’y avait rien à voler. Ils sont montés à l’étage, ont tout retourné… C’est de la méchanceté gratuite. Je travaille avec mon beau-père ici depuis 32 ans, et j’ai repris son activité il y a trois ans avec mon épouse. L’affaire tourne bien. On a des clients d’Hénin-Beaumont, de Dourges, d’Ostricourt… On va devoir fermer une dizaine de jours, le temps du passage de l’expert et du nettoyage. Heureusement que les pompiers ont fait du super boulot car ça aurait pu être bien pire. »

Plus de trois heures d’intervention pour les secours

Un important dispositif de secours a été mobilisé en raison de la gravité de cet incendie rue de Dourges, dans la nuit de samedi à dimanche.

Ce sont les soldats du feu d’Hénin-Beaumont, Oignies et Leforest qui ont été alertés vers 5 heures du matin et se sont immédiatement rendus sur les lieux avec deux fourgons pompe-tonne, une grande échelle et un véhicule d’assistance et de secours à victime. Heureusement, ce dernier n’a pas servi puisque les propriétaires étaient absents et qu’aucune victime n’était à déplorer.

Un acte criminel ?

Une fois l’incendie circonscrit, d’importants travaux de déblais attendaient les sapeurs-pompiers, qui ont œuvré durant plus de trois heures en tout.

Les services de police se sont présentés sur les lieux du sinistre afin de procéder aux premières constatations dans le cadre de l’enquête qui tentera de déterminer les causes exactes de l’incendie. D’après les premiers éléments recueillis sur place (lire ci-dessus), la piste criminelle serait explorée en raison de traces d’effraction

This entry was posted in Liberté animale and tagged , . Bookmark the permalink.