Quelque part en France : De l’antispécisme et de l’utilité des cours de javelot en EPS

reçu par mail / lundi 26 octobre 2020

j’étais au bord du large cours d’eau qui traverse la ville, profitant des rayons de soleil de cet après midi, aussi tranquille qu’on pouvait l’être malgré le bruit incessant des moteurs à explosion et la rumeur de la ville.
jusqu’à ce qu’une personne- nous l’appellerons jean-vomi – débarque à moins de deux mètre de moi avec un long étui sous le bras.
je l’observe et le vois déballer plusieurs cannes à pêche et tout ce qui va avec.. aïe, on va pas être potes..

je lui signifie que je ne veux pas qu’il pêche à côté de moi.
il ne comprend pas, je réitère donc en lui précisant que je ne veux pas qu’il tue des personnes à côté de moi.
jean-vomi commence à s’énerver et me dit qu’il a une carte qui l’autorise à tuer dans la zone.
je lui dis que je me fous de sa carte et que je veux juste qu’il se casse.
il monte en pression et après m’avoir reparlé de sa carte me dit que si je continue il va appeler les flics. ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il me traite également de « mongolien ».
alors là non, on va vraiiiiiiment pas être potes.

des badauds observent la scène de loin et jean-vomi continue à screugneugneu dans son coin, pour ma part je me tais et réfléchis.
ça y est, il a fait sa première victime.
ok, j’ai pris ma décision. je plie mes affaires, met mon masque, analyse les alentours.
j’attends que jean vomi ait le dos tourné, je saisis une de ses cannes de mort, essaye de me souvenir au mieux des cours de javelot d’autrefois et la jette la plus loin possible dans le cours d’eau, puis détale !

pendant ma course je me fais copieusement insulter puis je vois du coin de l’œil qu’un des badauds qui nous observait se met à me poursuivre.
ok, tout droit, tout droit, droite je saute par dessus un grillage puis je m’enfonce dans la végétation pour finir par tomber dans une impasse..
j’attende une dizaine de minutes que la situation se tasse et décide de rebrousser chemin. il n’y a personne.. je réescalade le grillage et m’enfuis dans l’autre sens en marchant…
fiou fuite réussie…

vous l’aurez compris, la préparation de la fuite était loin d’être optimale et ça s’est joué sur de la chance et du cardio..
même pour des actions sur le vif et diurne comme celle-ci c’est important de préparer un minimum le plan d’action et de fuite si on veut éviter au max des conséquences chiantes.
ah oui, big up au covid pour nous donner le devoir d’être masqué en tout temps !

mort au spécisme (tellement oublié) et à toutes le oppressions

This entry was posted in Liberté animale and tagged . Bookmark the permalink.