Philadelphie (USA) : Récit de la nuit du Nouvel an

Philly Anti-Capitalist / jeudi 2 janvier 2020

Nous ne savons pas s’il y a eu une manifestation bruyante devant la prison, cette année, s’il y en a eu nous ne l’avons pas su [on trouvera un compte rendu, en anglais, de la manif devant la prison fédérale de Philadelphie, et les jolis photos des tags laissés sur le parcours, ici ; NdAtt.]. Mais on a pris nos feux d’artifice et on a fait une petite fête du Nouvel an, pour préparer notre propre action. Presque toutes les vitres de la Millcreek Tavern ont été brisées, ce qui coûtera environs 7000 à 10000 dollars de réparations à ce salaud d’ex-flic de propriétaire, si le chiffre qu’il a donné dans une émission radio, après la dernière fois qu’une fenêtre a été brisée, soit 1500 $ par fenêtre, est exacte.

Il y a quelque chose de beau dans le fait de faire équipe avec ses ami.e.s et ses amant.e.s, et d’y aller plus fort que ce qu’on a déjà fait.

Aussi, il y a deux nuits, on a trouvé l’endroit où les bus de la Drexel University dorment la nuit, et on en a mis complètement hors service un, vite fait, bien fait, en crevant les pneus avec un poinçon, puis on a découvert qu’il avait été laissé ouvert, et on a tagué toutes les fenêtres, ainsi que le pare-brises, de l’intérieur.

La gentrification rapide portée par les universités peut être combattue ; tout ce qu’il faut, c’est de la créativité, de petits groupes et des outils faciles à se procurer.
Pour les fenêtres renforcées à double vitrage d’un quart de pouce d’épaisseurs, il faut environ 2 à 3 coups de marteau pour les faire tomber entièrement, dans une belle cascade de verre.
Bonne année à tou.te.s, une année 2020 sans loi.

Signé :
Une bande anarchiste fatiguée, heureuse et gay de Philly

This entry was posted in ACAB, Gentrification toi-même !, International and tagged , , , . Bookmark the permalink.